MEMORABILIA

Comment grâce au rap, les dialectes algériens et marocains s’immiscent dans la langue française

Scroll down to content

Par  Auteur valeursactuelles.com / Samedi 13 mars 2021

Comment grâce au rap, les dialectes algériens et marocains s’immiscent dans la langue française (Photo © SADAKA EDMOND/SIPA)

Au travers du rap, la langue arabe se popularise et s’intègre encore plus à celle de Molière.

Depuis une vingtaine d’années, les chansons de rap intègrent de plus en plus la langue arabe. Les stars de ce style musical, Booba, PNL, Heuss et bien d’autres, participent activement à immiscer les dialectes algériens et marocains dans leurs paroles, rapporte le site marocain Diaspora. Le linguiste Julien Barret explique l’une des raisons de cette popularisation du langage arabe dans la langue française : « Historiquement, le rap français est fait par des artistes issus des banlieues périphériques des grandes villes, comme le groupe NTM, et de Paris intra-muros, comme Assassin […] Les rappeurs diffusent donc un argot urbain qui se répand dans le langage commun, notamment à travers leur musique. » Les deux frères du groupe PNL par exemple, d’origine corse et algérienne, et enfants de la cité Tarterêts dans l’Essonne (91), utilisent de nombreux mots venus du Maghreb dans leurs textes. La «hess» (la galère) ou encore «khey» (frère de cœur) sont par exemple utilisés à de nombreuses reprises. Les artistes usent et abusent des mots du « bled » pour évoquer et dénoncer «la vie de quartier, le rapport aux institutions en tant que descendants d’immigrés maghrébins », confieune chroniqueuse de l’émission #AfterRap, dont le site se fait l’écho.

Une mode qui dure 

Aujourd’hui, le rap est la musique la plus écoutée en France, rappelle Diaspora. Une étude du Snep (Syndicat national de l’édition phonographique) datant de 2020 affirme que sept albums sur les dix plus écoutés sont des musiques de rap. Les morceaux se multiplient sur les ondes et les expressions en darija, l’arabe dialectal marocain pénètrent les chaumières, notamment celles des adolescents friands de ces artistes. « Ces mots en arabe sont entrés pleinement dans la langue française. Il ne s’agit pas d’une volonté consciente d’introduire ces mots, il s’agit juste d’une langue qui s’enrichit », estime Ouafa Mameche, journaliste musicale. Une mode qui n’est pas prête à mourir, puisque le Duc du rap français, Booba, d’origine franco-sénégalaise, est lui-même très avide de ces mots arabes dans ses chansons et refrains. Dans son dernier morceau «Rapti World», il invite ses fans à faire le «hlel» (mariage arabe). 

*********************

Quelle triste destinée pour « l’exception culturelle française » et le « rayonnement de la France » dont nos gouvernants se rengorgeaient il n’y a pas bien longtemps…Artofus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :