MEMORABILIA

En communion avec la Commune? Non merci!

Scroll down to content

 Réservé aux abonnés

CHRONIQUE – Quelques rappels sur ce que fut aussi le mouvement né le 18 mars 1871…

Par Jean-Christophe Buisson LE FIGARO. 19 mars 2021

On pourrait s’amuser de voir la masochiste Mairie de Paris s’agiter pour célébrer les 150 ans d’un événement, la Commune (18 mars-28 mai 1871), dont les chefs mirent le feu à l’Hôtel de Ville – mais aussi à ces lieux culturels dont la même Mairie supplie qu’on les rouvre: le palais d’Orsay, le Louvre *, le Théâtre de laPorte Saint-Martin, le Théâtre-Lyrique, la manufacture des Gobelins, etc.

On pourrait s’étonner que les aboyeurs du vivre-ensemble chantent les louanges d’une miniguerre civile qui fit des milliers de victimes françaises sous le regard satisfait de l’ennemi prussien.

On pourrait s’insurger que ce soit une élue communiste (!), Laurence Patrice, qui, «en charge de la mémoire et du monde combattant», s’occupe d’organiser la glorification d’un moment de terreur et d’anarchie annonçant la révolution russe de 1917 (que Mme Patrice vénère sûrement aussi, fût-elle la matrice d’un totalitarisme qui fit des dizaines de millions de victimes).

On pourrait gentiment rappeler à cette bourgeoisie bohème de gauche contemporaine imbibée d’anticléricalisme bonhomme quel effroi la Commune suscita chez des écrivains «de gauche» et fort peu cléricaux comme Émile Zola et Victor Hugo.

On pourrait exiger de responsables politiques qu’ils s’abstiennent de parler de «noble combat» quand celui-ci consiste notamment à fusiller des otages civils en vertu d’un décret édicté par son «gouvernement».

On pourrait espérer que cette période soit considérée, d’un point de vue mémoriel, comme 1944-1945 où l’on sait distinguer la libération de l’épuration, dont on sait les excès: ne pourrait-on pas se réjouir de la fin de la guerre contre les Prussiens et de l’instauration de la IIIeRépublique en s’abstenant de fêter la Commune? Du reste, n’est-il pas paradoxal, pour ne pas dire grotesque, pour des républicains, de saluer les ennemis proclamés de la république et de son gouvernement démocratiquement élu (celui de Thiers)?

Bref, on pourrait se demander si Anne Hidalgo sait vraiment ce que fut la Commune.

Voir le film remarquable de Nicolas Chaudun, Le Brasier – 1871. Le Louvre sous le feu de la Commune, diffusé sur Histoire TV, d’après son récit Le Brasier (Actes Sud/Babel), lundi 22 mars, 23 h 40, et en replay.La rédaction vous conseille

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :