MEMORABILIA

L’ambassade de Chine qualifie de “petite frappe” un chercheur français qui rappelait que la France n’obéit pas à Pékin

Scroll down to content

Par  Auteurvaleursactuelles.com / Vendredi 19 mars 2021

Toute l’affaire a commencé après une lettre de l’ambassadeur de Chine à Paris qui invitait des sénateurs français à ne pas se rendre à Taïwan. 

La Chine voudrait-elle s’immiscer dans les affaires diplomatiques françaises ? C’est en tout cas ce que dénonce Antoine Bondaz, chercheur français pour la FRS (Fondation pour la recherche stratégique) après les révélations de supposées pressions de l’ambassadeur de Chine sur des parlementaires français. Selon Marianne, tout remonte au début de semaine. L’ambassadeur de Chine a envoyé une lettre au groupe d’amitié Sénat-Taïwan invitant ses membres à ne pas se rendre à Taïwan cet été. Interrogé par nos confrères, le sénateur LREM Alain Richard confiait que ce genre d’acte n’avait rien de nouveau bien que ce soit la première lettre de ce type que le groupe recevait. Il a ajouté cependant qu’ « aujourd’hui les diplomates chinois semblent considérer que laisser passer sans réaction un acte public, si minime soit-il, affaiblirait leur position constante selon laquelle ‘Il n’y a qu’une seule Chine’ ». Et de remarquer pour éclaircir la situation : « L’ambassade de Chine fait montre ces derniers mois d’une expression combative, parfois éloignée des usages de respect mutuel. »

Le 15 mars donc, Antoine Bondaz a interpelé l’ambassade de Chine sur Twitter lui rappelant d’une part que la France restait ouverte malgré tous désaccords : « Personne n’empêche les parlementaires chinois de se rendre en Corse », par exemple. Puis, il leur a signifié qu’ils n’avaient « aucune autorité pour demander à des parlementaires français de ne pas se rendre à Taïwan. Les parlementaires ne remettent pas en cause la politique étrangère française », a-t-il rappelé. 

L’ambassadeur convoqué ?

Ce vendredi matin, le chercheur français est allé encore plus loin, signifiant à l’ambassade de Chine que le Quai d’Orsay lui avait répondu en estimant que les « parlementaires décident librement de leurs projets de déplacement et de leurs contacts ». Une saillie qui n’a guère plu à l’ambassade de Chine, qui sur son compte Twitter, a répondu d’un simple « petite frappe » à Antoine Bondaz. Sur les réseaux sociaux, le chercheur a reçu bon nombre de soutiens, français et étrangers. Le député européen Raphaël Glucksmann a notamment souligné que « si nos dirigeants ont un peu de dignité et de sens de l’Etat », ils devaient « convoquer » immédiatement l’ambassadeur. « A un moment donné, il ne faut plus baisser les yeux », ajoute-t-il.https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?dnt=false&embedId=twitter-widget-0&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1372813385688027138&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.valeursactuelles.com%2Fmonde%2Flambassade-de-chine-qualifie-de-petite-frappe-un-chercheur-francais-qui-rappelait-que-la-france-nobeit-pas-pekin-129666&siteScreenName=Valeurs&theme=light&widgetsVersion=e1ffbdb%3A1614796141937&width=550px

Même son de cloche pour le député au Parlement européen, François-Xavier Bellamy, qui ne comprend pas comment l’ambassade de Chine peut « insulter » un chercheur reconnu qui avait seulement « rappelé que nous n’obéissons pas à Pékin ». Il a appelé Jean-Yves Le Drian à « ne pas laisser passer ça : ce serait lâche et dangereux ». De son côté, le sénateur Alain Richard a d’ores et déjà prévenu : il maintiendra son déplacement sur l’île cet été alors que le gouvernement taïwanais lui a envoyé officiellement une invitation. 

*********************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :