MEMORABILIA

« Affront de la chaise » : le président turc Erdogan, provocateur incorrigible des Européens

Scroll down to content

Le dirigeant turc a privé la présidente de la commision européenne Ursula von der Leyen de fauteuil lors d’une visite officielle à Ankara. Alors qu’il avait affiché sa volonté d’apaiser les tensions avec l’UE, le « reis » n’a pas pu s’empêcher d’envoyer un message à sa base.

Ce n’est pas seulement un affront aux Européens, c’est un affront « culturel » à tout l’Occident, et un clin d’oeil à tous ses partisans, le rappel que pour un islamiste, la femme n’est pas grand chose !…Artofus

 Article réservé aux abonnés

Lors de la rencontre entre le président turc et les représentants de l'UE, la présidente de la Commission européenne s'est retrouvée sans siège.

Lors de la rencontre entre le président turc et les représentants de l’UE, la présidente de la Commission européenne s’est retrouvée sans siège.

C’est un affront dont se souviendra longtemps Ursula von der Leyen. Venue à Ankara pour relancer le dialogue avec la Turquie, mardi 6 avril, la patronne de la Commission européenne s’est vue proposer le canapé, quand un fauteuil doré attendait le président du Conseil européen, Charles Michel, au côté de l’hôte du jour, Recep Tayyip Erdogan. Une caméra a capté cette scène des plus embarrassantes. « Ehm », a réagi l’Allemande, interloquée, avec un geste de dépit, au moment où les deux hommes prennent place sur leurs sièges, la laissant debout. 

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=cdaniez&dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfX0%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1379483767161622535&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.lexpress.fr%2Factualite%2Fmonde%2Feurope%2Faffront-de-la-chaise-le-president-turc-erdogan-provocateur-incorrigible-des-europeens_2148405.html&sessionId=3ffbcfb8fa510a867e9d2de1523e3f6d91e6d833&siteScreenName=lexpress&theme=light&widgetsVersion=1ead0c7%3A1617660954974&width=550px

Alors qu’il réfrène ses attaques verbales contre les Européens depuis plusieurs mois, Erdogan n’a pu s’empêcher de provoquer cette humiliation protocolaire. Une drôle de façon de rebâtir une relation de confiance avec eux : les dirigeants européens en ressortent chacun égratignés. Von der Leyen, pour le dédain avec lequel elle a été considérée. Michel, pour sa goujaterie et, surtout, sa naïveté. « Comment a-t-il pu accepter ce traitement infligé à von der Leyen ? » s’interroge l’eurodéputé français Raphaël Glucksmann sur Twitter. « La violence symbolique de la séquence imposée par Erdogan est dingue. En s’asseyant quand même, Michel s’assoit aussi sur l’égalité femmes-hommes… » 

L’épisode en rappelle un autre, tout aussi humiliant pour Bruxelles : celui de la visite en Russie du haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, Josep Borell, début février. Sans le prévenir, Moscou avait annoncé au milieu de son séjour l’expulsion de diplomates allemand, polonais et suédois, accusés d’avoir violé leurs obligations diplomatiques en assistant à des manifestations de soutien à l’opposant Alexeï Navalny.  

Accumulation de signes négatifs

Le dirigeant turc vient à son tour de prouver qu’il comptait faire très peu de cadeaux aux Européens, bien qu’il a répété, ce mardi, sa volonté d’un retour à une relation apaisée. « Cela lui permet de dire à son aile conservatrice qu’il reste le chef et ne se mettra pas à genou, quand bien même personne ne le lui demande, explique Didier Billion, directeur adjoint de l’Iris. Cette mesquinerie de sa part envoie un message déplorable, d’autant qu’il est rare que les présidents de la Commission et du Conseil voyagent ainsi ensemble. » 

Jusqu’à quel point les Européens peuvent-ils faire confiance à Erdogan ? Derrière la volonté de renouer avec l’UE et d’apaiser les tensions de l’année 2020 – liées en particulier aux missions turques d’exploration gazière dans des eaux grecques et chypriotes – les mauvais signes s’accumulent. D’un trait de plume, il a retiré mi-mars son pays de la Convention d’Istanbul pour lutter contre les violences faites aux femmes. Son régime tente également d’interdire le parti pro-kurde HDP, accusé d’activités terroristes. A Ankara, von der Leyen et Michel ont tous deux fait part de leurs préoccupations concernant le respect des « droits fondamentaux ». LIRE AUSSI >> L’Europe prise dans le double jeu d’Erdogan

Pas sûr que l’incident diplomatique de mardi serve la Turquie, menacée par une crise économique. « Elle continue de subir une chute de sa monnaie et voit l’inflation monter, Erdogan a donc tout intérêt à s’entendre avec l’UE, premier investisseur sur son territoire », remarque Jean Marcou, titulaire de la chaire Méditerranée et Moyen-Orient à Sciences Po Grenoble. A condition qu’Ankara donne des gages, les Européens se disent d’ailleurs prêts à renforcer l’Union douanière avec elle, à reprendre le dialogue sur certains sujets comme la sécurité ou la santé, et à accorder des facilités de visas aux ressortissants turcs. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :