MEMORABILIA

États-Unis : des universitaires ripostent face à la censure « woke »…

Scroll down to content
VALEURS ACTUELLES, 8 avril 2021



Face à la cancel culture, des enseignants issus de diverses obédiences politiques s’organisent. Le politologue et professeur à l’université de Princeton Keith Whittington a créé une association afin de soutenir les professeurs censurés ou suspendus pour avoir tenu des propos soi-disant “offensants” : l’Alliance pour la liberté académique. Une initiative qui fait suite à la suspension temporaire d’un professeur de droit à l’université de Chicago. Ce dernier avait inclus, dans un examen, un cas fictif de discrimination au travail. Dans ce cas pratique, une employée noire fut traité de « n***** ». Des étudiants se sont plaints et ont expliqué que cela avait causé « de la détresse et de l’anxiété à ceux qui passaient l’examen ». Le fait d’être offensé justifie désormais le bannissement. Keith Whittington déclare d’ailleurs que « ces incidents connus du public ne sont que la partie émergée de l’iceberg ». En septembre dernier, un professeur de langues fut suspendu pour avoir utilisé le terme chinois ne-ga, un mot proche phonétiquement de “nègre” en anglais. D’après Anna Khalif, professeur d’histoire et membre de l’association, cette dérive s’explique par le fait que « la gauche d’aujourd’hui a abandonné la bataille de la liberté d’expression ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :