MEMORABILIA

Éric Zemmour: «Cinq ans après, Emmanuel Macron est seul, malgré son parti En marche»

 Réservé aux abonnés

CHRONIQUE – Ce parti n’a jamais réussi à s’enraciner, car la ligne idéologique de son patron est celle d’une élite hors sol, déracinée, mondialisée, celle d’une «start-up nation» chimérique.

Par Eric Zemmour LE FIGARO. 9 avril 2021

Emmanuel Macron n’a pas à s’encombrer avec un appareil, des militants, et surtout des élus. Eric TSCHAEN/REA

C’était il y a cinq ans. On s’interrogeait sur les intentions d’Emmanuel Macron. On ne parlait pas encore de campagne présidentielle ni de parti politique même si les initiales d’En marche! en rappelaient d’autres plus personnelles. Aujourd’hui, le mystère a été largement dissipé. Mais En marche! est resté au même stade: un mouvement lié à un homme, aux structures lâches, à l’enracinement inexistant. Une bulle de savon qui l’est restée. Pour paraphraser le mot qu’on prête à de Gaulle sur le Brésil: En marche! est un parti d’avenir et le restera. Quasiment pas d’élus locaux ni de militants: un fantôme de parti. Le mouvement de Macron a perdu toutes les élections intermédiaires. Même dans les métropoles, où se retrouve pourtant son électorat privilégié de «vainqueurs de la mondialisation», il n’a pas réussi à déloger les sortants, qu’ils soient socialistes (Hidalgo, à Paris) ou centristes (Moudenc, à Toulouse). Ceux qui parvenaient à sortir les sortants étaient les écologistes, que ce soit à Lyon ou à Bordeaux. Un échec complet.

La semaine du FigaroVoxNewsletter

Le samedi

Retrouvez les chroniques, les analyses et les tribunes qui animent le monde des idées et l’actualité. Garanti sans langue de bois.S’INSCRIRE

À LIRE AUSSI :Guillaume Tabard: «Le chantier inachevé du macronisme politique»

En 2017, les nombreux thuriféraires du Président comparaient son accession à celle du général de Gaulle en 1958. Mais dès 1959, le parti gaulliste remportait de belles victoires aux municipales. En marche! n’a jamais réussi à s’enraciner, car la ligne idéologique de son patron est celle d’une élite hors sol, déracinée, mondialisée, celle d’une «start-up nation» chimérique et de la «souveraineté européenne», non pas celle du «cher et vieux pays».

Il n’y a pas que des mauvais côtés à cet échec retentissant: contrairement à François Hollande, et même à Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron n’a pas à s’encombrer avec un appareil, des militants, et surtout des élus. Pas de frondeurs à En marche. Plus profondément, les conditions politiques ont radicalement changé. La décentralisation, et surtout la suppression du cumul de mandats député-maire, a déconnecté le local du national. Les élus sont jugés sur leurs résultats, pas sur leur étiquette politique. C’est la forme même de parti politique qui est rejetée au temps des réseaux sociaux et de la défiance vis-à-vis de toutes les structures. Tous les partis souffrent, même le Rassemblement national: les effectifs militants fondent comme neige au soleil ; les consignes ne sont plus respectées ; les votes de plus en plus volatils et personnalisés.

À LIRE AUSSI :Troisième confinement: Emmanuel Macron relance la machine administrative infernale

Emmanuel Macron a été élu sur une vague de «dégagisme» politique qui visait toute la vieille classe politique. Mais il n’a pas réussi à en forger une nouvelle. Il reste un homme seul. Pour le meilleur: il est libre de ses mouvements et de ses (nombreuses) circonvolutions, voire apostasies. Pour le pire: ce qu’il a fait subir à François Hollande et à d’autres adversaires le menace à son tour. Il n’a pas de protection, pas de garde prétorienne pour le protéger, pas de militants pour relayer son bilan et son discours dans le pays profond. Il a les médias et les réseaux sociaux. Comme en 2017. Et ce n’est pas rien. Mais le vieux monde, désormais, c’est lui. Et l’homme à dégager.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :