MEMORABILIA

Les clés pour comprendre la gangrène djihadiste au Mozambique

 Réservé aux abonnés

DÉCRYPTAGE – Un groupe de combattants affiliés à l’État islamique sème la terreur dans le nord-est du pays. L’attaque sanglante de la ville de Palma attire bien tardivement les regards du monde entier sur une région de l’Afrique jusque-là en partie épargnée par l’islamisme.

Par Vincent Jolly. LE FIGARO. 9 avril 2021

1. Des djihadistes récemment adoubés par l’État islamique

Qui sont ces insurgés devenus djihadistes? Ils se sont baptisés «al-Shabab» (les jeunes hommes, en arabe) – mais ne seraient pas reliés au groupe terroriste somalien jumelé avec al-Qaida qui porte le même nom. Leur mouvement officiel se fait appeler Ansar al-Sunna et leur leader se nomme Abu Yasir Hassan. Ils ne portent pas d’uniforme particulier, hormis un bandana rouge que la plupart des combattants semblent arborer, et ils ont juré allégeance à l’État islamique en 2019.

À LIRE AUSSI :Mozambique: les djihadistes sèment la mort à Palma

Une démarche similaire à d’autres groupes terroristes africains: à 1500 kilomètres de là, en Ouganda et en République démocratique du Congo, les ADF se sont également rapprochés de l’EI. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, il y a quelques semaines, le gouvernement américain ajoutait Ansar al-Sunna et les ADF à sa liste rouge des organisations terroristes internationales affiliées à l’État islamique. Des rapprochements pragmatiques qui, longtemps minimisés ou ignorés par la communauté internationale, ont eu le temps de se cristalliser, laissant aux milices locales l’opportunité de s’entraîner militairement et idéologiquement sous la direction des prêcheurs radicaux.

2. La prise de Palma n’est que la partie émergée de l’iceberg

L’assaut aura duré plusieurs jours. Du 24 au 27 mars dernier, des centaines de djihadistes ont fait le siège de la ville de Palma, dans le nord du pays, à la frontière avec la Tanzanie. Armés de fusils automatiques et de lance-grenades, ils ont finalement réussi à s’emparer de la ville côtière. En plus des habitants, une centaine d’expatriés se sont retrouvés prisonniers, réfugiés dans un hôtel. Les insurgés avaient stratégiquement coupé Palma du reste du pays depuis le début du mois de mars en attaquant d’abord des postes frontières à Nonje, près de Nangade, la destruction d’antennes relais leur ayant également permis de perturber les communications.

À LIRE AUSSI : Attaque au Mozambique: «Les islamistes vont tenter d’étendre leur influence tout le long de la côte»

Mais la prise de Palma, dont le gouvernement mozambicain assurait en début de semaine avoir repris le contrôle, n’est que le point d’orgue d’une sinistre litanie de massacres qui a fait plus de 2500 morts et 700.000 déplacés depuis le début de l’insurrection en 2017. Mi-mars, l’ONG Save The Children rapportait des récits de mères racontant la décapitation de leurs enfants par les djihadistes. Mais il aura fallu cet assaut spectaculaire et la présence d’expatriés dans la liste des victimes de l’attaque pour émouvoir la communauté internationale.

3. Des enjeux économiques et stratégiques colossaux

La région de Cabo Delgado, théâtre de cet embrasement islamiste, est aussi le berceau du projet gazier le plus ambitieux du continent et piloté par Total: 20 milliards de dollars d’investissement pour un complexe censé être opérationnel en 2024. Mais au-delà de ces enjeux économiques, c’est la terrifiante perspective d’une tranchée islamiste en Afrique qui se dessine du Niger jusqu’au Mozambique, en passant par la République démocratique du Congo. Depuis le début de la crise, le gouvernement du Mozambique – dépassé par les événements – a fait appel à des sociétés militaires privées, notamment russes. Des opérateurs contraints de battre en retraite et qui ne sont pas parvenus à éteindre le brasier.

Les événements de Palma changent la donne: le Portugal a d’ores et déjà annoncé l’envoi d’instructeurs pour aider l’armée mozambicaine à se former à ce type de guérilla. Les États-Unis ont dépêché des membres des bérets verts, leurs forces spéciales, dans le même but.

Mais si l’histoire récente (Sahel, Afghanistan, Syrie, Irak) nous a appris quelque chose, c’est qu’une réponse simplement militaire ne suffit pas à combattre ce type d’insurrection islamiste.

*********************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :