MEMORABILIA

« Sofagate » : et pendant ce temps-là les Turcs avancent leurs pions

Pendant que von der Leyen et Michel se déchirent sur un sofa, Erdogan pousse les migrants vers la Grèce, qui alerte la Commission par une lettre que « Le Point » s’est procurée.

Par Emmanuel Berretta. Publié le 09/04/2021 LE POINT

Pendant que Charles Michel défend son rang protocolaire face à Ursula von der Leyen, la Turquie, elle, maintient sa pression migratoire vis-à-vis de la Grèce.

Les autorités grecques ont alerté de nouveau les commissaires européens Margaritis Schinas et Ylva Johansson des agissements turcs en Méditerranée orientale par un courrier du 5 avril, signé par Notis Mitarachi, le ministre de la Migration et de l’Asile.

« Les gardes-côtes helléniques ont signalé de multiples incidents dans lesquels les gardes-côtes turcs et la marine ont été impliqués dans l’accompagnement de bateaux de migrants fragiles jusqu’à la frontière de l’Europe, écrit-il. Il est factuellement bien établi que ces migrants ont quitté les côtes turques et, étant donné qu’ils étaient accompagnés et étroitement surveillés par les moyens navals turcs, ils ne fuyaient pas les persécutions ni n’étaient en détresse. »

Notis Mitarachi a d’ailleurs aussitôt enregistré une vidéo appelant les Turcs à se retirer et à mettre fin à cette provocation injustifiée en raccompagnant les migrants sur les côtes turques conformément à leurs engagements vis-à-vis de l’Europe.

À LIRE AUSSIErdogan et les « cent nuances de zones grises » contre la Grèce

L’Europe regarde ailleurs

Les gardes-côtes grecs ont d’ailleurs diffusé, le 2 avril, sur leur site des éléments de preuve des agissements turcs.

Si ces éléments sont corroborés par une enquête européenne, la question plus générale qui se pose est : pourquoi l’Union européenne feint-elle de croire que, depuis décembre, le régime d’Ankara aurait cessé la déstabilisation qui fut la sienne au cours de l’année 2020 ?

Pourquoi se voiler la face ? Pourquoi cette politique de la « main tendue » alors que le président Erdogan mène une politique de duplicité à l’égard de l’UE ?

Et donc, finalement, pourquoi Charles Michel et Ursula von der Leyen ont-ils fait le déplacement catastrophique d’Ankara en occultant les provocations de la Turquie ?

À LIRE AUSSILe jour où Erdogan a humilié von der Leyen

« Il ne fait plus aucun doute que les autorités turques continuent de soutenir les passages de migrants dans le but flagrant de créer des opportunités de propagande médiatique, d’exercer des pressions sur les frontières extérieures de l’UE et de provoquer une escalade avec la Grèce », estime le ministre grec.

Du reste, la Turquie continue de faire la sourde oreille et refuse de reprendre 1 450 migrants venus de son territoire et actuellement logés sur les îles grecques. Ursula von der Leyen en a fait mention lors de sa conférence de presse après son déjeuner de travail avec le président Erdogan.

Pression allemande

La pression de l’Allemagne, le pays qui a le plus d’intérêts économiques en Turquie, au sein du Conseil européen pour une normalisation des relations avec Ankara ne peut justifier cette cécité.

En outre, ni Charles Michel ni Ursula von der Leyen n’ont eu un mot, lors de leur prise de parole publique, pour défendre Frontex, l’agence européenne des gardes-côtes et gardes-frontières qui a fait l’objet d’attaques inouïes de la part du ministre de l’Intérieur turc, Süleyman Soylu.

Lors d’un point de presse fin mars, celui-ci réclamait de l’UE le démantèlement de Frontex, dont les actions étaient jugées « inhumaines ». « Déshabiller les migrants illégaux capturés, leur attacher les mains avec des menottes en plastique et les jeter pour mourir dans les eaux glaciales de la mer Égée en plein hiver sans leurs bottes, il n’y a rien de compatible ni avec la loi, ni avec l’humanité, ni avec aucune autre valeur. Il n’est pas possible de comprendre le silence de la communauté internationale sur ces actions, lançait-il. L’agence Frontex est une honte pour l’Europe et a du sang humain sur les mains. […] Nous voulons avertir l’Europe une fois de plus. L’agence Frontex est une autre tache noire dans votre histoire faite de comportements d’exploitation. »

Charles Michel est visiblement trop occupé à défendre son « fauteuil » et la préséance de son institution pour défendre l’Europe et ses agents.

Le Parlement européen a réclamé l’audition des deux dirigeants européens lors de sa prochaine session, en avril, tant ils ont représenté la désunion européenne face aux autorités turques au lieu de réagir ensemble et de rétablir la dignité à laquelle Ursula von der Leyen avait droit, comme son prédécesseur masculin, Jean-Claude Juncker, lorsqu’il était reçu par le leader turc, sans « humiliation protocolaire ».

« Si l’Europe veut construire un partenariat constructif avec des pays comme la Turquie, et il est dans notre intérêt stratégique de le faire, nous devons parler clairement et honnêtement des faits sur le terrain, a déclaré Manfred Weber, chef du groupe PPE (chrétien-démocrate) du Parlement européen.

C’est aussi la raison pour laquelle nous demandons depuis des années au Conseil d’arrêter définitivement la procédure d’élargissement de l’UE à la Turquie. Nous sommes catégoriquement opposés à une perspective d’adhésion de la Turquie à l’UE et, tant qu’elle sera sur la table, elle fera obstacle à une relation plus réaliste et plus franche avec ce pays. »

****************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :