MEMORABILIA

Philippe Gélie: «Défaite»

LE FIGARO. 14 avril 2021

N’accablons pas le vaincu. Comme ses prédécesseurs, Joe Biden n’avait que des mauvais choix devant lui en Afghanistan.

Après vingt ans de guerre, il a finalement opté pour «l’Amérique d’abord» en y mettant à peine plus de formes que Donald Trump. En février 2020, ce dernier avait signé aux talibans une promesse de retrait américain d’ici au 1er mai prochain, sans concertation avec ses alliés de l’Otan et du gouvernement afghan.

Biden repousse le curseur de quatre mois, ouvrant tout juste la fenêtre logistique nécessaire à un départ ordonné. Il s’estimera heureux si lui sont épargnées les images d’une sortie version Saïgon 1975…

Les Américains s’en vont sans poser de conditions: ils ont fini par comprendre que, dans ce cimetière des empires, c’était la garantie de ne jamais partir.

Les talibans, quant à eux, n’ont pas tenu leurs engagements envers Trump de couper les ponts avec al-Qaida et de négocier un partage du pouvoir avec les autorités élues. Débarrassés des forces occidentales, ils ne devraient pas tarder à remettre la main sur le pays, renvoyant les droits de l’homme – et plus encore de la femme – «à l’âge de pierre», selon l’avertissement du chef d’état-major américain. Moins de deux ans avaient suffi pour que s’écroule le régime prosoviétique laissé par l’Armée rouge après son départ précipité en 1989. Il est illusoire de penser que le château de cartes édifié par Washington à force de dollars (plus de 1000 milliards) et de sang (2000 GI et 100.000 Afghans tués au bas mot) résiste beaucoup plus longtemps.

Cette défaite qui est aussi la nôtre – celle de l’Otan, drapeau sous lequel la France déploya jusqu’à 4000 hommes avant son retrait en 2012 prépare la prochaine guerre d’Afghanistan.

Guerre civile entre seigneurs locaux qui réactivent déjà leurs armées privées ; guerre antiterroriste téléguidée à coups de drones et d’opérations spéciales…

Comme l’a montré le retrait d’Irak en 2012, la région a horreur du vide. Au moins les Occidentaux devraient-ils être guéris pour un certain temps du rêve naïf d’exporter la démocratie.

***************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :