MEMORABILIA

Couvre-feu et ramadan : une tolérance accordée pour les musulmans dans certains départements !….

 Réservé aux abonnés

INFO LE FIGARO – Selon nos informations, la direction départementale de l’Hérault a reçu un message d’information du ministère de l’Intérieur indiquant qu’une «tolérance est accordée» aux «fidèles» souhaitant prier avant la fin du couvre-feu.

Par Steve Tenré et Etienne Jacob. LE FIGARO. 16 avril 2021

Dans une mosquée de Mulhouse, le 13 avril.
Dans une mosquée de Mulhouse, le 13 avril. SEBASTIEN BOZON / AFP

La polémique a enflé toute la journée. Dans le Tarn, comme l’ont révélé nos confrères du média local Le Journal d’Ici , les forces de l’ordre ont reçu pour consigne, de la part de la préfecture, de ne pas verbaliser les musulmans circulant entre 19 heures et 22 heures, et à partir de 5 heures, alors que la France est actuellement sous couvre-feu pour cause de Covid.

Un courriel reçu le mercredi 14 avril par les gendarmes et les policiers du département, que le média local a pu consulter, assurait que «les pratiquants sont autorisés par la préfecture à dispenser l’aumône (se traduisant par la livraison de nourriture à des amis, famille…)». Cette consigne, indiquée dans un mail que Le Parisien «est en mesure de confirmer» , vaut pour toute la durée du ramadan, fixée cette année du 13 avril au 12 mai.

Le directeur de cabinet de la préfète a répondu au journal tarnais. «Ces consignes encouragent les forces de l’ordre au discernement. Elles ne s’appliquent pas aux cas individuels mais uniquement aux actions menées au bénéfice des nécessiteux dans le cadre des associations ou des mosquées, dans la mesure où la situation sanitaire ne permet pas la rupture du jeûne dans les lieux de culte et autres locaux collectifs», dit-il au journal. Selon France Bleu, «tout est en fait partie d’une seule autorisation à faire l’aumône pour une association albigeoise, Lueurs de l’Islam». Le directeur de cabinet ajoute: «La même tolérance est déjà appliquée aux maraudes des organismes caritatifs, mais aussi à la livraison de repas à domicile par les restaurants et les sociétés spécialisées». Lorsqu’elle fait des maraudes, la Croix-Rouge dispose de la même autorisation, reprend France Bleu.

La préfecture du Tarn a réagi à l’article du Journal d’Icisur Facebook. «La préfète rappelle que le couvre-feu s’applique à tous sans aucune distinction. Constatant la mauvaise compréhension des consignes données aux forces de l’ordre, la préfète leur rappelle ce jour clairement que toute personne contrevenant aux règles du couvre-feu doit faire l’objet de verbalisation.» Pour certains, la publication fait office de rétropédalage.https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=Le_Figaro&dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfX0%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=true&id=1382987762752757760&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.lefigaro.fr%2Factualite-france%2Fcouvre-feu-et-ramadan-une-tolerance-accordee-pour-les-musulmans-dans-certains-departements-20210416&sessionId=a6a6d7304556f00ed646375103e87b9116773a25&siteScreenName=Le_Figaro&theme=light&widgetsVersion=ff2e7cf%3A1618526400629&width=550px

Consigne ministérielle ?

Ce vendredi soir, Le Figaro est en mesure de confirmer que le Tarn n’est pas le seul département concerné par ces mesures de «tolérance». La direction départementale de l’Hérault, dans le sud de la France, a également transmis cette consigne, a appris Le Figaro de source policière. Dans un mail reçu par les autorités locales, que Le Figaro a consulté, l’on peut lire: «Nous venons d’être destinataires d’un message d’information du ministère au sujet du ramadan. Plusieurs responsables locaux du culte musulman ont demandé à pouvoir autoriser leurs coreligionnaires le désirant à pratiquer la prière du matin à 5h30, une demi-heure avant la fin du couvre-feu. Cette pratique ne devrait concerner que peu de fidèles, notamment les personnes les plus âgées. Le ministère nous informe que cette tolérance est accordée pour ces fidèles.»

À LIRE AUSSI :Pourquoi les djihadistes profitent du ramadan pour multiplier les attaques terroristes

Dans un communiqué paru mercredi 14 avril sur le site du Conseil français du culte musulman (CFCM), l’institution confirme et «informe les musulmans de France qu’il est toléré de se rendre au lieu de culte le plus proche de son domicile pour accomplir la prière du matin». Sans qu’il ne soit précisé d’horaire. «Cette dérogation est accordée par monsieur le ministre de l’Intérieur à la demande du CFCM. Le CFCM recommande aux imams de retarder cette prière dans la mesure du possible pour permettre un usage utile et limité de la dérogation.»

À cette heure, Le Figaro ne peut pas confirmer la transmission de ces consignes dans d’autres départements. Interrogés, plusieurs responsables policiers précisent que cette tolérance est «officielle» et ces dérogations, «nationales». «J’ai eu pas mal d’interrogations sur tout le territoire, et plusieurs préfectures s’interrogent, puisque ce sont des consignes ministérielles», nous assure-t-on, en Occitanie. «Cette instruction ministérielle de tolérance a été répercutée dans de nombreux services départementaux, avance-t-on dans la région parisienne. Dans plusieurs Directions centrales de la sécurité publique (DDSP), ces consignes, qui stipulent que l’on doit faire preuve de “discernement”, ont déjà été transmises jusque sur le terrain

Tolérance «localement»

Joint par nos soins, le ministère de l’Intérieur affirme pourtant que «toutes les demandes pour dépasser le couvre-feu après 19 heures pour des motifs religieux ont été refusées». Il peut cependant y avoir «localement» une «tolérance de quelques minutes (pas davantage !) pour la première prière du matin, qui a lieu entre 5h30 et 6 heures», concède-t-on.

À LIRE AUSSI :Loi sécurité globale: les polices municipales vont pouvoir contrôler et verbaliser tous azimuts

Côté police, l’instruction fait, quoi qu’il en soit, jaser. «On se retrouve dans une position délicate. On va devoir gérer des investigations impossibles à mener: comment voulez-vous qu’un policier sache qu’untel est musulman, juif ou catholique? La religion musulmane fait déjà l’objet d’attaques des uns et des autres, il ne faudrait pas que ça empire», vocifère un syndicaliste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :