MEMORABILIA

Gavekal  De Gavekal17 avril 2021 Dans Asie de l’Est 

Taïwan est la question géopolitique la plus importante en Asie aujourd’hui. Les raisons ne sont pas loin à chercher : la récente affirmation par la Chine d’un contrôle politique total sur Hong Kong, le durcissement de la rivalité stratégique entre les États-Unis et la Chine, et le rôle central de la technologie, et notamment des semi-conducteurs, dans cette rivalité. Dans quelle mesure devons-nous nous inquiéter d’une guerre à propos de Taïwan ?

Un article de Arthur Kroeber pour Gavekal.

Le risque est faible aujourd’hui, mais il est susceptible d’augmenter au cours des prochaines années. Dans les milieux financiers, la question est souvent centrée sur la société Taiwan Semiconductor Manufacturing Corp, qui a pris le leadership mondial dans le domaine des semi-conducteurs. Alors que la Chine cherche à atteindre l’autosuffisance technologique, ne serait-il pas logique qu’elle tente de s’emparer des joyaux de la couronne taïwanaise ? Mais comme Dan Wang l’a fait remarquer il y a quelques semaines, un assaut militaire dans ce but n’a en fait que peu de sens (voir Chips And Cross-Strait Tensions). Les installations de fabrication de puces de Taïwan auraient peu de chances de survivre à un conflit militaire, et les sanctions technologiques imposées à la Chine par les États-Unis et leurs alliés, qui suivraient certainement un tel conflit, empêcheraient TSMC de se reconstruire et pourraient bien paralyser l’industrie chinoise des puces.

La dépendance technologique de la Chine rend le risque concernant Taïwan faible pour le moment, car le coût économique final d’une action militaire, même réussie, pourrait être trop lourd à supporter pour Pékin. Mais Taïwan est important pour la Chine pour des raisons bien plus profondes que les semi-conducteurs. Et le risque de conflit augmente en raison de la croissance de la capacité militaire et technologique de la Chine et de l’incertitude quant à la force de dissuasion des États-Unis. Comme la capacité technique de la Chine à lancer une prise de contrôle réussie de Taïwan ne fera bientôt plus de doute, la variable clé est la qualité de la dissuasion américaine. Pour être efficace, cette dissuasion doit avoir des dimensions non seulement militaires mais aussi économiques et politiques.

Pourquoi Taïwan est importante

Depuis 1949, Taïwan est importante pour les dirigeants chinois pour des raisons de souveraineté et d’intégrité territoriale. Le récit historique de base du Parti communiste chinois est que, à partir des années 1840, la nation a été malmenée par les puissances coloniales qui ont érodé la souveraineté de la Chine – par le biais de traités inégaux et de privilèges extraterritoriaux dans de nombreuses villes chinoises clés – et ont érodé son intégrité territoriale. Au XIXe siècle, la Chine a perdu le contrôle de plusieurs villes portuaires (notamment Hong Kong, Macao, Qingdao et Dalian) et de l’île de Taïwan au profit des puissances coloniales. Après la chute de la dynastie Qing en 1911, la Mongolie est devenue un pays séparé, et le Japon s’est emparé de la Mandchourie dans les années 1930.

L’un des projets fondamentaux du PCC depuis son arrivée au pouvoir est de restaurer la pleine souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine. Avec sa victoire dans la guerre civile chinoise en 1949, le PCC a établi sa souveraineté sur la quasi-totalité de la Chine continentale. Il a choisi de respecter le statut colonial de Hong Kong et de Macao. Une invasion prévue de Taïwan, où le Kuomintang vaincu s’était réinstallé, a été annulée, en partie à cause de la guerre de Corée. À la fin de ce conflit, l’invasion de Taïwan n’était plus envisageable grâce au soutien militaire apporté par les États-Unis au KMT, que les États-Unis continuaient de reconnaître comme le gouvernement de la Chine.

Au cours des décennies suivantes, la Chine a poursuivi la réintégration territoriale par la diplomatie. Lors des négociations avec les administrations Nixon et Carter en vue du rétablissement des relations avec les États-Unis, les dirigeants chinois ont clairement exprimé leur intention de réincorporer Taïwan dans une Chine unifiée. Il a fallu une décennie et trois communiqués conjoints pour trouver un langage diplomatique qui tienne compte à la fois de l’insistance de Pékin sur le principe d’ »une seule Chine » (y compris Taïwan) et de la réticence de Washington à accepter une réunification de la Chine et de Taïwan par la force. En 1984 et 1987, la Chine a signé des accords avec le Royaume-Uni et le Portugal pour le retour de Hong Kong et de Macao à la souveraineté chinoise, ce qui s’est produit en 1997 et 1999, respectivement.

Deng Xiaoping espérait manifestement que le modèle « un pays, deux systèmes » qu’il avait conçu pour Hong Kong et Macao – qui permettait aux villes de conserver une grande autonomie et un statut douanier distinct après leur retour sous la domination chinoise – pourrait servir de modèle pour un futur arrangement avec Taïwan. Ce modèle était probablement irréaliste dès le départ, et la décision de mettre fin à l’autonomie politique limitée de Hong Kong trois décennies plus tôt que prévu a détruit la crédibilité de ce modèle pour les Taïwanais.

Plus important encore, Taïwan revêt une importance stratégique pour les États-Unis d’une manière que Hong Kong et Macao n’avaient pas. Depuis la fin du XIXe siècle, sous l’influence du théoricien de la marine Alfred Thayer Mahan, les stratèges américains considèrent leur pays comme une puissance du Pacifique. Le corollaire est la nécessité d’une position forte dans la « première chaîne d’îles » du Pacifique, qui s’étend en gros du Kamtchatka à Bornéo et comprend le Japon, Taïwan et les Philippines. Dans les années 1980, le dirigeant taïwanais Chiang Ching-kuo a perçu avec perspicacité qu’après la reconnaissance officielle du gouvernement du PCC par les États-Unis, les chances de Taiwan de conserver son autonomie seraient grandement améliorées si le pays pouvait s’aligner non seulement sur les intérêts stratégiques des États-Unis, mais aussi sur leurs valeurs. C’est ainsi qu’il a amorcé la transition de Taïwan de la dictature à la démocratie.

À écouter aussi : Podcast : Taïwan : l’autre Chine

Une collision d’intérêts

C’est la raison pour laquelle Taïwan est un point chaud potentiellement dangereux : c’est le seul endroit où un intérêt véritablement essentiel de la Chine (l’intégrité territoriale) entre en collision avec des intérêts sans doute essentiels des États-Unis (la protection de leur périmètre Pacifique et d’une autre démocratie). « Sans doute », parce que depuis la rupture des relations officielles avec Taipei en 1979 et la reconnaissance de Pékin, les États-Unis ont été intentionnellement méfiants quant à l’ampleur de leur soutien à Taïwan en cas de guerre, une politique connue sous le nom d’ »ambiguïté stratégique ». L’un des objectifs de cette politique était de dissuader la Chine d’envahir Taïwan, en raison du risque que les États-Unis viennent à la défense de Taïwan avec une force écrasante. Un autre objectif, au moins aussi important, était de dissuader Taïwan de mener des actions imprudentes qui provoqueraient une réponse militaire de la Chine. Malgré les récents appels lancés aux États-Unis pour qu’ils rendent explicite leur garantie de sécurité envers Taïwan, l’ »ambiguïté stratégique » restera presque certainement la position américaine.

L’une des principales sources du risque taïwanais réside dans ce conflit entre les intérêts fondamentaux de la Chine et des États-Unis. La raison pour laquelle le risque augmente est que les capacités militaires de la Chine se développent rapidement. Il est difficile de dire quand exactement la Chine sera en mesure de lancer une prise de pouvoir militaire en étant sûre qu’elle ne pourra pas être contrecarrée par les États-Unis : les estimations publiées par les services de renseignement et les sources militaires américains vont de maintenant à une décennie. La réalité objective n’est peut-être pas aussi importante que la conviction de Pékin qu’elle a cette capacité, et il y a de plus en plus de preuves que les dirigeants du PCC pensent maintenant que la Chine pourrait gagner une guerre contre Taïwan. La Chine n’a pas besoin d’une parité militaire généralisée avec les États-Unis. Tout ce dont elle a besoin, c’est de l’emporter dans un conflit limité, proche de la Chine et éloigné des États-Unis, sur une question que la Chine considère comme existentiellement importante et que les États-Unis ne considèrent peut-être pas.

L’intention de la Chine compte également. La perception générale est que Xi Jinping a accéléré le calendrier de la réunification en la rendant essentielle à la réalisation du « rajeunissement national », son objectif général pour l’état de la nation chinoise en 2049, date du 100e anniversaire du règne du PCC. Les médias chinois nationalistes ne manquent pas de commentaires selon lesquels Pékin a désormais le pouvoir de fixer les conditions du retour de Taïwan dans le giron du continent, et ces commentaires sont parfois interprétés comme signifiant que des plans d’action militaire sont en préparation. C’est peut-être le cas, mais il s’agit plus vraisemblablement de la posture d’un gouvernement qui a besoin de montrer à son peuple qu’il est fort face à des adversaires étrangers.

Scénarios de coercition

Mais supposons que, pour une raison ou une autre, la Chine décide de lancer une campagne coercitive pour prendre le contrôle de Taïwan. Quels sont les moyens par lesquels elle pourrait essayer de le faire, et quelles seraient les conséquences probables de chaque scénario ? Un rapport récent du Council on Foreign Relations, rédigé par deux vétérans de la sécurité nationale américaine, constitue un guide utile. Selon eux, la Chine dispose de trois grandes options :

Envahir la périphérie de Taïwan. Il s’agirait de s’emparer d’une ou plusieurs petites îles contrôlées par Taïwan : une petite île de l’archipel des Spratly, entre le Viêt Nam et les Philippines, un atoll plus au nord dans la mer de Chine méridionale, ou l’une des nombreuses îles du détroit de Taïwan, dont deux (Kinmen et Matsu) se trouvent au large des côtes chinoises.

La mise en quarantaine. Cela signifie prendre le contrôle de l’espace aérien et maritime de Taïwan, sans toutefois imposer un blocus complet.

Prise de contrôle militaire totale

La première approche pourrait être un moyen peu coûteux pour la Chine de tester la volonté des États-Unis et de leurs alliés de prendre la défense de Taïwan. La Chine pourrait facilement capturer et défendre ces îles, de sorte qu’il y aurait peu de chances qu’une campagne militaire soit lancée pour les reprendre. La question serait de savoir si les États-Unis répondraient en imposant des sanctions – et si oui, quelle serait la force de ces sanctions – ou par un renforcement militaire massif dans la région. Si la Chine jugeait la réponse faible, elle pourrait passer à un assaut armé à grande échelle ou attendre son heure, en utilisant la menace militaire et la faiblesse apparente de la détermination américaine pour convaincre Taipei de négocier les conditions d’une réunification non violente.

Dans le second scénario, la Chine prendrait le contrôle de l’espace aérien et maritime de Taïwan et déciderait qui peut entrer et sortir de l’île. Il ne s’agirait pas d’un blocus, car la plupart des échanges commerciaux normaux pourraient se poursuivre sans être affectés. L’objectif serait simplement de forcer les dirigeants de Taïwan à accepter une perte de contrôle et d’empêcher l’arrivée d’un soutien militaire. Cela permettrait également de transférer les choix militaires difficiles à Taïwan et à ses alliés. Au lieu que la Chine doive décider de lancer un conflit armé, Taïwan et les États-Unis devraient décider de répondre à la quarantaine par la force militaire. S’ils choisissent de ne pas le faire, la Chine aura créé des faits sur le terrain qui pourraient contraindre Taipei à accepter la réunification.

La Chine a élaboré des plans détaillés pour le troisième scénario, selon une analyse d’Oriana Skylar Mastro, spécialiste de l’armée chinoise. Ces plans prévoient d’abord la destruction de cibles clés à Taïwan par des attaques coordonnées de l’armée, de la marine, de l’aviation et des cyberforces chinoises, puis la coupure de l’île du monde extérieur par un blocus et la rupture des liens de communication, avant de lancer un assaut amphibie tout en utilisant des techniques de cyberguerre pour perturber les communications militaires américaines et empêcher leur capacité de réaction.

À lire aussi : Face à la Chine, Taïwan aura du mal à conserver son indépendance

Tout est question de dissuasion

Il n’y a pas de moyen facile de juger de la probabilité relative de ces scénarios. Mais l’exercice permet de clarifier certaines choses. Premièrement, la Chine dispose d’un éventail d’options coercitives qui ne vont pas jusqu’à une prise de pouvoir armée à grande échelle, mais qui pourraient être efficaces pour réaliser la réunification à moindre coût. Étant donné que Pékin a toujours essayé de résoudre ses problèmes d’intégrité territoriale par des moyens non militaires, ceux qui s’inquiètent du risque taïwanais devraient probablement accorder plus d’attention à ces scénarios.

Deuxièmement, même si la Chine parvient (si elle ne l’a pas déjà fait) à se doter de la capacité technique nécessaire pour réussir une prise de contrôle, on peut se demander si elle a le cran de supporter les répercussions économiques et politiques qui pourraient s’ensuivre. Avec des exportations annuelles équivalant à environ 18 % du PIB, des entrées annuelles d’IDE de 150 milliards de dollars et une dépendance presque totale à l’égard des États-Unis et de leurs alliés pour les technologies de base, la Chine dépend fortement de l’accès aux marchés, aux capitaux et aux technologies mondiaux. En principe, les États-Unis pourraient imposer des sanctions économiques sévères et un blocus technologique quasi total, paralysant ainsi les aspirations de la Chine en matière de développement.

Les États-Unis pourraient également utiliser une crise taïwanaise pour renforcer leurs alliances asiatiques. De nombreux pays asiatiques, qui se protègent actuellement en raison de leurs relations économiques avec la Chine, pourraient être disposés à accepter une garantie de sécurité américaine plus forte. Des augmentations massives des capacités militaires américaines dans la région suivraient. Le Japon abandonnerait presque certainement sa politique de démilitarisation et commencerait à se réarmer.

Bien entendu, toutes ces actions auraient un coût considérable pour les États-Unis, et pas seulement en termes budgétaires. Un embargo économique sur la Chine pourrait entraîner la destruction ou l’expropriation d’importants intérêts commerciaux américains dans ce pays. L’efficacité des sanctions ou d’un embargo serait limitée par la volonté des alliés des États-Unis de les suivre, et il n’est pas certain que l’Union européenne – qui a un grand intérêt économique dans la Chine mais ne la considère pas comme une menace pour la sécurité – joue le jeu.

Cela nous amène au dernier point : l’ampleur du risque taïwanais au cours de la prochaine décennie dépend moins de la capacité ou des intentions de la Chine que de la crédibilité de la dissuasion américaine. Dans le passé, les analystes de la défense s’accordaient à dire que le principal risque provenait de Taïwan même : les dirigeants de l’île pouvaient faire un geste irréfléchi en faveur de l’indépendance et provoquer une action militaire de la Chine. Aujourd’hui, les analystes s’accordent à dire que le principal risque vient de la Chine : enhardie par sa puissance militaire, motivée par le désir d’un dirigeant puissant de mener à bien la tâche historique de la réunification de la Chine, et convaincue de l’incapacité des États-Unis et de leurs alliés à contrecarrer une réunification par la force ou à imposer une réelle souffrance économique ou politique par la suite, Pékin pourrait décider que les avantages d’une attaque sont supérieurs aux coûts.

Le corollaire de ce consensus est que la principale contrainte pour la Chine est la qualité de la dissuasion américaine. Malgré les plaintes (valables) des stratèges américains selon lesquelles la composante militaire de cette dissuasion est faible, la composante économique est forte, étant donné la mainmise des États-Unis sur les technologies de base et la volonté de Washington, sous Trump, d’utiliser cette mainmise pour paralyser les capacités technologiques de la Chine (voir L’étranglement lent de Huawei). À l’heure actuelle, cela suffit probablement à dissuader la Chine de prendre des mesures coercitives unilatérales sur Taïwan.

Dans quelques années, ce ne sera peut-être plus le cas, surtout si la Chine perçoit que les États-Unis sont incapables de mobiliser leurs alliés et/ou qu’ils s’inquiètent trop des dommages commerciaux qu’un embargo économique pourrait causer à leurs propres entreprises technologiques. Ceux qui s’inquiètent du risque taïwanais devraient garder les yeux fixés sur la rapidité avec laquelle la Chine peut réduire sa dépendance technologique à l’égard des États-Unis et sur la capacité de l’administration Biden à renforcer les facteurs de dissuasion économiques, politiques et militaires d’une action militaire chinoise.

À lire aussi : Xi Jinping demande à l’armée chinoise d’« être prête à réagir » en période d’instabilité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :