MEMORABILIA

Charles Jaigu: «Sombres réflexions sur un “événement fatal“»

CHRONIQUE – Raffaele Simone offre sa vision de l’attitude xénophobe et ouvre un débat sur la migration en Europe.

Par Charles Jaigu. LE FIGARO. 5 mai 2021

Gérald Sfez nous présente une analyse fine et équitable de la pensée de Leo Strauss. Aux sources du lien entre Athènes et Jérusalem, pour nous projeter vers nos enjeux contemporains.À découvrir

Un cri qui nous vient d’Italie nous demande de sortir l’Europe des mirages de l’accueil inconditionnel aux immigrés. Elle en sort en ordre dispersé. Mais Simone pense que c’est trop tard.

Raffaele Simone n’est pas un libelliste de la droite post-mussolinienne, mais un intellectuel respecté de la gauche italienne. Une sorte de Régis Debray, tout aussi pessimiste, eurosceptique et bougon. Mais il n’a pas les timidités de ce dernier sur la question migratoire.

À LIRE AUSSI :Charles Jaigu: «Vie et mort de la civilisation républicaine»

Son pavé dans la mare s’adresse aux bien-pensants de l’Europe entière, partisans de l’accueil indifférencié et à fonds perdu des migrants venus en Europe trouver le confort d’une démocratie sociale.

La « Grande Migration » en cours est conceptualisée par Simone comme un « événement fatal »: quelque chose qui change en profondeur la physionomie d’une civilisation.

Par téléphone depuis Rome, il nous confie son inquiétude d’une récupération de son discours par la droite: «Ne me faites pas ce coup-là!» Cette récupération aura lieu, et d’ailleurs il le sait bien. Il assume le risque en écrivant ce livre.

Car le but de ce texte est de contrer énergiquement ceux qui ont choisi la logique de soumission bien réfléchie: il faut se soumettre aux musulmans (quelle que soit leur nature, douce ou dure) parce qu’ils ont la jeunesse et parce qu’ils rendent à l’Occident la monnaie de sa pièce.

Ceux qui ont conquis seront conquis: la roue tourne. Tel est le triple ressort de «l’événement fatal» en cours: islam, jeunesse, revanche. «Une enquête du Pew Research Center de 2017 montre qu’entre 2015 et 2060 la population mondiale grossira de 32 %, et sa composante musulmane de 70 %, ce qui fera de l’islam la première religion devant le christianisme», écrit Simone.

Tout comme la découverte de l’Amérique ou la révolution industrielle, la «Grande Migration» en cours est ainsi conceptualisée par Simone comme un « événement fatal »: quelque chose qui change en profondeur la physionomie d’une civilisation.

À LIRE AUSSI :Charles Jaigu: «L’égalité de masse, cette grande faucheuse»

La plupart des experts de ces sujets ont tendance à désapprouver cette vision théâtrale de l’agonie européenne. Ils insistent sur le décalage entre la réalité migratoire, qu’ils jugent moins grave qu’on ne le dit, et sa dramatisation dans le discours public. Ils veulent que l’on regarde les chiffres, sans tenir compte d’un autre ordre de grandeur: le mode de vie et le sentiment qu’un monde commun est en danger.

Or, si la dimension quantitative est encore supportable pour les 460 millions d’Européens, la perturbation qualitative propre à une migration d’origine musulmane l’est beaucoup moins.

Simone ose «essentialiser» l’opposition entre les valeurs de l’Occident et celle de l’Islam. Il juge inassimilable cette vague migratoire. L’auteur estime perdu d’avance le pari de convertir les migrants venus du monde arabo-musulman aux valeurs critiques et dialectiques qui sont, souligne-t-il en convoquant George Steiner ou Milan Kundera, le propre de l’esprit européen. Il y aurait beaucoup à nuancer, qu’il s’agisse de la vision illibérale de l’islam – les Éditions Gallimard, qui publient Simone, viennent aussi de publier l’excellent L’Islam et la Démocratie , de Yadh Ben Achour, qui soutient avec talent l’argument contraire.

La xénophobie n’est donc pas un racisme, mais la manifestation ethnocentrique naturelle d’une volonté de protéger son intégrité aussi bien spirituelle que physique.

Quelles que soient les capacités de ces populations à se fondre finalement dans le paysage européen, il est certain que le «stock» de migrants naturalisés arrivés en Europe depuis cinquante ans est largement suffisant.

Il faut donc admettre que le refus d’un accueil inconditionnel, ou le refus de la logique juridique de l’immigration familiale ne peuvent plus être dénoncés comme des dérives xénophobes.

Simone a d’ailleurs raison de rappeler que l’attitude xénophobe n’est qu’une des formes normales du désir de persévérer dans son être. Qu’elle est « une réaction psychique spontanée de peur à l’égard de ce que l’on ne connaît pas, de ce qui n’est pas familier ».

À LIRE AUSSI :Bruno Le Maire-Henri Guaino: comment répondre au malaise de l’Europe?

Dans l’art et la morale modernes, on a brodé sur l’éloge de l’étranger, de la différence, etc. En effet, le migrant apporte du sang et des idées neuves – il y a toujours un impensé messianique dans la figure de l’étranger. Mais ce postulat différentialiste doit être équilibré par le point de vue opposé.

Preuve en est: la xénophobie est une passion sociale répandue dans presque tous les groupes humains. Et on ne rencontre la xénophilie spontanée que dans des contextes particuliers et rarissimes. La xénophobie n’est donc pas un racisme, mais la manifestation ethnocentrique naturelle d’une volonté de protéger son intégrité aussi bien spirituelle que physique.

Le racisme, en revanche, est bien autre chose. Ce n’est pas une réaction instinctive, c’est une théorie politique qui prétend rendre légitime l’assignation d’une race à une position subalterne.

L’attitude xénophobe peut être surmontée quand un modèle assimilationniste garantit que l’étranger deviendra un semblable. Le xénophobe peut aussi se transformer en raciste. Mais les phénomènes qui nous occupent dans l’Europe contemporaine n’ont rien à voir avec du racisme. Simone a raison de le marteler.

« Au bout de combien de temps les dettes de l’histoire sont-elles caduques ? »Raffaele Simone, auteur du livre «Le Débat», Gallimard.

Il s’agit en effet d’un enjeu plus profond, du moins tel qu’il est pensé par les partisans de l’accueil inconditionnel, dont l’offensive idéologique se déploie sur tous les fronts: féminisme, décolonialisme, multiculturalisme.

Selon les membres de ce «Club radical», comme les nomme l’auteur, il faut que l’Occident s’offre en sacrifice pour expier les fautes commises. Ce sacrifice doit aller beaucoup plus loin que l’exercice de lucidité mémoriel que s’est imposé l’Allemagne après l’holocauste. Il s’agit d’un exercice de renoncement à soi qui demande à l’Occident de s’abolir.

Au fond, il n’y a que deux directions possibles. Celle voulue par les immigrationnistes suppose que l’Europe n’a pas d’autre choix que de se laisser enfanter à nouveau, si l’on peut dire, par ceux venus d’ailleurs: un nouveau peuple en sortira. L’autre solution est suggérée par l’auteur: «Au lieu de dépenser des sommes énormes pour faire face à l’immigration, ne serait-il pas mieux d’établir une politique d’aide aux jeunes couples et un réseau de services pour les aider à s’occuper de leurs enfants?»

À LIRE AUSSI :Éric Zemmour: «Quand la France se prive elle-même des moyens de se défendre»

Une chose paraît en tout cas acquise. Le retrait xénophobe d’un côté, l’hostilité des nouveaux venus à leur nouvelle terre d’accueil de l’autre préparent non pas un métissage, ou une assimilation, comme au bon vieux temps, mais un «monoculturalisme pluriel» (selon l’expression d’Amartya Sen), autrement dit une juxtaposition de tribus plus ou moins hostiles.

Pour y faire face, il faudrait que les Européens commencent à s’aimer un peu plus. Et à s’admirer sans arrogance. Simone lui-même a du mal. L’homme de gauche en lui se sent obligé de condamner en bloc « les horreurs du colonialisme ».

Mais, ce faisant, il affaiblit son propos, car cette réalité historique complexe et différenciée n’est ni un crime contre l’humanité ni un génocide ; elle ne suppose pas de pénitence ad libitum. C’est d’ailleurs ce que finit par demander l’auteur: «Au bout de combien de temps les dettes de l’histoire sont-elles caduques?» Il propose, ironiquement, une journée de l’oubli, qui ferait pendant aux journées de repentances qui sont au goût du jour. Proposons une journée de la fierté d’être français, européen et occidental.

**********************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :