MEMORABILIA

Sébastien Le Fol – Lettre au fugueur Sylvain Tesson

Scroll down to content

Pourquoi les Français aiment-ils autant cet écrivain voyageur ? Parce qu’il les fuit. Ses livres sont une invitation à la dissidence.

Sylvain Tesson en 2017.
Sylvain Tesson en 2017.© JOEL SAGET / AFP

Par Sébastien Le Fol. Publié le 17/05/2021 LE POINT

Cher Sylvain,

J’aurais pu te donner du « chère vieille branche », car j’ai fait ta connaissance à l’époque où tu ressemblais à un khâgneux. Ton actualité éditoriale s’y prête. Outre ton radieux Un été avec Rimbaud (Éditions des Équateurs/France Inter), tu présentes un bel album de photographies sur les planteurs d’arbres soutenus par le Breton Jacques Rocher (Albin Michel).

Tel Walden, le personnage de Thoreau, tu as toujours l’air de sortir d’un bois. Et, quand tu presses le pas après un rendez-vous, comme le nôtre l’autre jour, on s’imagine que c’est pour retrouver le peuple feuillu. Au passage, j’ai trouvé que tu te portais comme un charme.

Dans la forêt, tu ne cherches pas l’ombre mais la lumière. Laquelle ? C’est ton mystère. Tu aspires à une verticalité qui te fait parfois tomber des toits. Un élan fiévreux te pousse vers les sommets. Il n’y a pas toujours des branches pour te retenir.

En te voyant t’éloigner rue Huyghens, dans le 14e arrondissement de Paris, je me suis dit que l’expression « faire du chemin » avait été inventée pour toi. Oui, tu en as fait du chemin. Seules deux personnes sont parvenues à te suivre : Olivier Frébourg, l’ami éditeur qui t’a aidé à accoucher de toi, et le photographe Thomas Goisque, complice de tes échappées. Nous avons l’air bien ridicule, nous autres citadins, avec nos 10 000 pas par jour. « En marche ! » Bon titre pour tes futurs Mémoires. Qui se souviendra du nom du parti politique ?

À LIRE AUSSISylvain Tesson : « La laïcité et la liberté d’expression, ça ne suffit pas »

Il n’y a plus une seule maison de campagne en France qui n’ait un de tes livres dans sa bibliothèque. Les sociologues se penchent sur ton succès. Attention aux dégâts ! Certains pensent que les Français t’ont donné procuration pour vivre des aventures. Autour de moi, je vois des gens qui, après t’avoir lu, prennent un congé sabbatique pour aller randonner sur le GR34, le sentier qui longe les côtes bretonnes.

Éloge de la fuite

À Léa Salamé, qui te demandait l’autre matin sur France Inter quelles leçons pour aujourd’hui nous pouvions tirer de la destinée de Rimbaud, tu as répondu : aucune. Les poètes ne sont pas des pharmaciens. « On ne rentre pas dans une librairie en disant : “Je voudrais un cachet pour mon âme” ou : “Je voudrais un sérum pour mon cœur.” »

C’est la même chose avec toi. Il n’y a dans ton œuvre ni thérapie ni programme politique. On cherche à te classer. « Icône réac » ? Tu es tout autant une « icône gauchiste », comme l’a démontré Saïd Mahrane. Tu détestes par-dessus tout les « patrouilles morales ». C’est la raison pour laquelle, bien qu’écologiste, tu n’es pas soluble dans le vert de Julien Bayou. Tu bouscules aussi une certaine droite, qui confond libéralisme et matérialisme. Et ton amour du dieu Pan a de quoi déranger certaines paroisses. Tes aphorismes sous la lune sont des pensées sauvages, donc inclassables.

À LIRE AUSSISylvain Tesson – Mes circumambulationsTes livres sont en réalité une invitation à la dissidence. Un éloge de la fuite. Pourquoi les Français t’aiment-ils ? Parce que tu les fuis. En te lisant, ils espèrent comprendre pourquoi on peut avoir envie de leur fausser compagnie au XXIe siècle. Il y aurait donc une autre vie possible sans le smartphone, le yield management et les 35 heures ?

En t’écoutant célébrer les vertus forestières, je me suis demandé ce qui te reliait encore à nous, pauvres humains. Sommes-nous devenus si infréquentables ? Si vieux ? C’est le printemps. Tu es l’être de la Renaissance.

À toi, ma jeune branche.

**********************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :