MEMORABILIA

La coalition des enracinés

Scroll down to content

FRONT POPULAIRE 6 juin 2021

OPINION. Au milieu du brouillard de notre époque, le retour de l’enracinement est une force profondément réjouissante. Car au-delà du piètre théâtre politicien, ce sont aussi ces dynamiques de fond qui changent le cours de l’histoire.

La coalition des enracinés

Auteur

Jean-Baptiste BOISEntrepreneurPublié le 6 juin 2021OFFRE SPECIALE: ABONNEMENT 1 AN (PAPIER + WEB) + HS1 59€ Abonnez-vous pendant un an à Front Populaire (site + 4 numéros de la revue) et recevez chez vous en plus le Premier Hors Série: l’abécédaire du souverainisme.J’EN PROFITE!

Il est en train de se passer quelque chose, pour peu que l’on veuille bien sortir des ornières creusées par le passage incessant de l’information en direct et autres véhicules de malheur. Derrière le vacarme des insultes qui pleuvent pour un rien sous les masques, des dialogues se nouent, des rapprochements se font, que l’on pensait impossibles jusque-là. Les indices pointent le bout de leur nez : ces commentaires enthousiastes sous la vidéo du récent passage de Philippe de Villiers sur la chaîne Thinkerview, avouant ressentir contre toute attente une certaine sympathie pour cet homme qu’ils pensaient rétrograde ; ces courageux qui dépassent leur rôle de simples followers et vont faire le nombre autour de Louis Fouché sur l’Esplanade de Nîmes il y a quelques jours ; ces jeunes actifs qui décident de sortir hors de la machine infernale du carriérisme et font le pas de côté ; ces retraités qui en ont marre qu’on culpabilise tout un pays pour leur survie et qui voient exploser les symptômes de l’enfermement… Autant de graines diverses qui ont réussi à germer dans la grisaille du coronavirus.

Tout se passe comme si les plaques tectoniques des extrémismes en tous genres, à force de s’entrechoquer, avaient fini par faire remonter à la surface de la Terre des lignes de crête venues du fond des âges. Et sur ces chemins escarpés, à la merci de tous les vents et des sortilèges d’un universalisme idiot, se réunit une foule de marcheurs qui s’encouragent d’un regard ou d’un sourire complice.

Comment sont-ils arrivés-là ? Pendant cet interminable crépuscule, moment troublé où le soleil n’éclaire plus assez et où les lanternes pas encore suffisamment pour voir au loin, il semble qu’une boussole intérieure, une voix ancestrale, ou encore les murmures d’un drame aient réussi à les guider jusque-là. Nous, qui nous écharpions hier pour des élections et des partis qui n’en valaient pas la peine, qui regardions tel ou tel mouvement de haut et de loin, nous réalisons que tout cela était une forme de luxe confortable et que ce qui est en jeu aujourd’hui est ce qui nous rassemble et non ce qui nous divise.

La marchandisation de notre planète arrive à son terme et c’est l’humain qui risque désormais de devenir un objet connecté comme un autre. Être Homme… voilà qu’au moment où tout semble de plus en plus compliqué, fractionné, éparpillé façon puzzle, le combat est en fait réduit à sa plus simple cause. Nous voulons continuer à faire vivre la part humaine dans l’homme. Nous préférons le progressif au progressisme : nous accordons infiniment plus de valeur au travail bien fait et à la confiance qui met du temps à se construire, qu’à l’hystérie quotidienne et aux combats faciles que l’on zappe au gré de l’actualité. Nous privilégierons toujours l’infinie profondeur humaine qui est source intarissable d’un doute salutaire, face à l’illimité des droits, de la consommation et des certitudes gueulardes.

Nous sommes capables de vivre avec peu et beaucoup à la fois : la beauté d’un paysage, le partage d’un simple repas, le plaisir dans l’échange et la créativité nous combleront bien mieux que la course aux objets. Nous reconnaissons à leur juste valeur les bienfaits de la science et de la technique qui nous ont sortis de bien des embarras, mais que nous souhaitons voir rester à hauteur d’homme. Nous acceptons que la solution ne soit jamais aussi parfaite, jamais aussi pure que ce que les cerveaux bien lustrés à la tête du pays, de certaines entreprises et même d’associations cherchent à nous vendre pour mieux nous enchaîner. De la même manière que la beauté est une harmonie, la vie est une question d’équilibre, d’échecs et de réussites, de volonté et d’abnégation.

Nous voulons sortir du règne administratif d’un État-nounou qui, au motif de répondre à la moindre de nos inquiétudes, engendre au contraire une explosion du coût et du poids de la vie quotidienne. Nous pressentons qu’il est du devoir de chacun de faire sa part, mais que le changement global n’aura lieu qu’à la faveur d’un mouvement politique au sens noble du terme. Une gestion de la Cité qui confie un rôle responsable et riche de sens à tous.

Nous chérissons le confort, la sécurité et la chaleur de la demeure sans être pour autant des demeurés. Pour que le vélo roule, il lui faut de l’élan et du mouvement. Nous avons hérité des murs porteurs bâtis par nos ancêtres. Ils sont munis de portes qui peuvent à la fois se fermer pour nous protéger des crises, mais aussi s’ouvrir sur le monde et sur la diversité des cultures. Nous affirmons que détruire cet enracinement, c’est détruire toute possibilité d’émancipation. Nous avons découvert au fil du chemin que la recherche de la vérité donne la force et l’empathie nécessaires pour faire tomber les barrières qui nous avaient séparés si longtemps. Tout ce qui élève unit.

Nous sommes des enracinés, des gens de quelque part, d’un lieu, d’une famille, d’une histoire. Nous avons des choses à protéger, à partager et à faire grandir. On aura beau chercher à nous couper les pieds, de notre cœur viendra toujours le surnombre. Nous sommes imparfaits, mortels et pourtant pleins d’espoir devant la beauté de l’aventure humaine. Nous sommes de plus en plus nombreux.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :