MEMORABILIA

ROD DREHER : « LA MEILLEURE CHOSE À FAIRE EST DE CHERCHER À SURVIVRE TOUT EN ÉTANT ISOLÉS »

Scroll down to content

Célèbre journaliste américain, chrétien orthodoxe de compétition et auteur de best-sellers comme Le pari bénédictin, Rod Dreher récidive et en tournée en France a accordé à l’Incorrect une interview fleuve drôle, violente, désespérante mais pas désespérée. 

PartagePartager sur facebook Partager sur twitter Partager sur linkedin Partager sur email

© Benjamin de Diesbach pour L’Incorrect

Comparer ce monde « woke » au totalitarisme soviétique, n’est-ce pas un peu exagéré ? 

C’est ce que je pensais, jusqu’à ce que j’aie rencontré des personnes venues d’anciens pays communistes qui m’ont dit : « Ce qui arrive ici aux États-Unis nous rappelle ce que nous avons vécu dans les pays que nous avons laissés derrière nous ». Et plus j’enquêtais, plus je voyais qu’ils avaient raison : les gens perdent leur travail, ont peur de dire ce qu’ils pensent, ont peur d’être mis au ban de la société. Comme dans l’Union Soviétique. On ne le voit pas, car notre conception du totalitarisme est définie par la guerre froide. C’est une grave erreur. 

J’appelle ça du totalitarisme « soft » parce qu’il ne s’accompagne pas des méthodes totalitaires anciennes, comme brutalité, torture, douleur et terreur. Mais ce totalitarisme doux atteint les mêmes buts avec des moyens libéraux. Les wokes conquièrent tour à tour les institutions, les médias, les maisons d’éditions, ou les académies. Dans son essence, le totalitarisme, c’est une société où une seule idéologie peut exister, contrôle le champ politique, et où l’intégralité de l’existence est politisée. Le totalitarisme peut exister dans une société démocratique libérale et capitaliste, c’est ce que nous sommes en train de découvrir. Un exemple : aux États-Unis, l’entreprise Oréo a commercialisé des « gay pride cookies » fourrés avec une crème arc-en-ciel. Même les cookies doivent être pro LGBT.

Si cette gauche woke a gagné le combat par des moyens libéraux, rien ne nous interdit de faire la même chose. 

Le meilleur moyen de combattre le wokisme serait d’utiliser la raison dans le débat, mais ces gens sont dans l’émotion pure. J’aimerais vivre dans une société libérale où la liberté d’opinion, la liberté de religion, la liberté d’expression seraient défendues férocement. Mais devons-nous dépendre de méthodes illibérales pour défendre des valeurs libérales comme la liberté de parole ou la liberté religieuse ? J’étais à Budapest : Viktor Orban est un démon aux yeux des libéraux occidentaux, et pourtant, dans la Hongrie d’Orban j’ai trouvé qu’il était plus facile d’exprimer librement ses opinions que dans la majeure partie des États-Unis. J’y ai interrogé un professeur qui malgré sa détestation pour Orban avouait qu’il jouissait d’une liberté totale d’expression dans ses salles de cours et qu’il n’avait pas à craindre de représailles. Chose dont vous ne pouvez pas vous targuer aux États-Unis, même si vous êtes libéral. Chez moi, l’État se fiche de ce que vous racontez, mais votre université peut vous « canceller », vos étudiants vous attaquer, et vous ne serez plus jamais en mesure d’enseigner nulle part. Alors où est-on le plus libre, dans la Hongrie de Viktor Orban ou aux États-Unis ?

Lire aussi ROD DREHER « Comment être chrétien dans un monde qui ne l’est plus »

Viktor Orban a décrété que les études de genre ne seraient plus subventionnées dans les universités hongroises. Il y a dix ans, j’aurais désapprouvé, en pensant que les études de genre sont stupides mais que l’État ne devrait pas interférer avec le domaine universitaire. Aujourd’hui je crie : « Dieu bénisse Orban ! ». Car nous voyons l’emprise de la théorie du genre à travers toutes les institutions américaines. Et cette idéologie du genre est totalement intolérante.

Mais comment expliquez-vous que ce totalitarisme soft soit né dans les pays les plus libéraux et a priori les plus attachés à la liberté ? 

Je pense que ça vient du libéralisme lui-même, qui a réussi à complètement détacher les individus de leurs traditions, de leur nation, de toutes les racines traditionnelles de leur identité. Le libéralisme nous apprend que nous trouvons notre identité dans les choix que nous faisons et seulement ça. Mais personne ne peut se construire ainsi. Tous ces jeunes gens qui ont grandi dans cette culture libérale qui leur assène « choisis ce que tu veux être » sont désespérément en manque d’identité, et voient dans ces idéologies folles ce qui va leur donner une raison d’exister et une communauté. Arendt, dans Les Origines du totalitarisme, explique que l’un des principaux facteurs menant au totalitarisme est la solitude des masses. Nous y sommes.

Avez-vous vous-même été victime de ce totalitarisme soft ? 

Non pas encore, mais cela ne saurait tarder. Cependant, je constate déjà que l’on ne parle pas de mes livres dans le New York Times, par exemple. Je ne me plains pas, le livre se vend très bien, mais il est intéressant de voir que les médias ne s’y sont pas intéressés. Je crois que c’est l’effet Trump. Un ami journaliste libéral me confiait : « Après Trump, quelque chose s’est cassé dans le cerveau des médias. Tout ce que nous pouvons mettre en place pour le combattre est justifiable ». Voilà pourquoi les médias ignorent désormais toute parole, toute pensée, tout argument qui les dérange, car ils pensent faire ce qui est moral.

Y a-t-il une réelle différence entre la cancel culture et le politiquement correct des années 80 ? 

Il y a eu une bascule en 2013 : les jeunes complètement acculturés par la smartphone culture et les médias sociaux ont commencé à être diplômés des universités et à trouver du travail dans les rédactions américaines. Là ils se sont mis à militer, à réclamer des privilèges. L’élection de Trump n’a fait que déclencher un brasier à gauche : ils sont devenus complètement fanatiques. Et parce que la gauche contrôle toutes les institutions, cette révolution s’est institutionnalisée, comme l’avait prédit Gramsci.

N’est-ce pas notre faute de ne pas avoir fait preuve d’inventivité comme la gauche woke ? Plutôt que de se replier toujours plus, est-ce qu’on ne gagnerait pas à combattre sur le même terrain ? 

Le problème, c’est que nous ne pouvons pas revivre les trente dernières années. Les conservateurs pensent que si l’on ne gagne que le pouvoir politique, et que l’on vit au-dessus du système, tout ira bien. Ils ignorent complètement la culture, alors que le pouvoir politique est en aval, quand la culture est en amont. Et nous en payons le prix aujourd’hui. La culture a été phagocytée par la gauche. Nous le voyons chez les jeunes générations. Ils n’ont aucune compréhension, ils ne savent pas ce qu’ils ignorent. Ceux qui sont nés après la guerre froide n’ont aucune conscience de ce qu’était le communisme. 

Aux Etats-Unis, l’entreprise Oréao a commercialisé des « gay pride cookies » fourrés avec une crème arc-en-ciel. Même les cookies doivent être pro LGBT

Que nous le voulions ou non, en tant que conservateurs, nous serons forcément isolés. La meilleure chose à faire donc est de chercher à survivre tout en étant isolés. Nos enfants ne seront pas aptes à affronter une idéologie mettant en péril des siècles de civilisation s’ils n’ont pas un ancrage familial solide qui leur transmette des valeurs telles que la loyauté et l’amour envers les autres membres de leur famille, le fait d’être responsable les uns des autres, et de savoir reconnaître ce qui est juste, bon et beau.

Cette transmission ne peut-elle se faire que dans des familles chrétiennes ?

C’est en effet possible dans des familles non chrétiennes. Mais l’avantage des chrétiens est leur conception de la souffrance : lorsque j’ai interrogé d’anciens dissidents chrétiens des ex-pays communistes, j’ai compris que c’est de là qu’ils tiraient leur force. Tous étaient convaincus que chacun devait faire ce qui est juste, peu importe le prix à payer. Parce qu’ils étaient chrétiens, ils savaient qu’ils devaient souffrir unis dans la foi, dans le Christ – peu importe s’ils se faisaient tuer ou étaient envoyés en prison, Dieu utiliserait leur souffrance pour délivrer le monde. Notre chrétienté elle-même est devenue bien trop molle, trop consensuelle, trop bourgeoise. Les chrétiens menacés de perdre leur emploi ou leur statut social à cause de leurs convictions finissent par plier, car ils sont incapables de concevoir qu’une vie de souffrance puisse être une bonne vie. Nous avons oublié l’exemple du Christ et des martyrs. Un prêtre russe me confiait : « Retourne aux États- Unis, et dis aux chrétiens là-bas que s’ils ne sont pas prêts à souffrir pour leur foi, alors ce n’est qu’une hypocrisie ». C’est une chose très dure à entendre pour les chrétiens modernes, mais c’est la vérité.

Voyez-vous dans le monde contemporain, des pays ou des communautés qui résistent ? 

Dans les pays d’Europe de l’Est comme la Hongrie ou la Pologne, on voit une vraie résistance. On peut s’en réjouir, mais si vous ne tenez pas le champ culturel, vous perdez. Un ami me confiait qu’il suffirait de peu de temps pour que les jeunes Hongrois veuillent voir leur pays devenir la Suède. Ils aspirent aux libertés occidentales, sans en percevoir les dangers. La plus grosse erreur des Occidentaux est de croire que ce qui est arrivé en Russie, ne pourrait pas leur arriver. De fait, cela peut arriver n’importe où sur terre.

Ils veulent que leurs enfants fassent partie de la classe dominante. Voilà pourquoi le wokisme gagne, car il contrôle l’accès au pouvoir.

Justement, nous Français, l’avons déjà expérimenté lors de la Révolution française. 

Oui, vous avez cette expérience historique. Robespierre était le social justice warrior par excellence ! Très « moral », profondément animé par son idéologie et complètement intolérant. Ce qui est arrivé à Robespierre finira par arriver à bon nombre d’entre eux, car comme ils ne tarderont pas à le découvrir, il y aura toujours quelqu’un de plus woke qu’eux. Trotsky a fini avec un piolet dans la tête.

Là nous parlons d’une population éduquée, diplômée. Existe-t-il un
« prolétariat woke » ? 

Les wokes sont persuadés être l’avant-garde du prolétariat. La plupart sont blancs, éduqués, diplômés, privilégiés, n’ont jamais rencontré un pauvre de leur vie, mais se considèrent comme les soldats de première ligne qui libèrent tous les autres. Le fait est qu’ils ont accès à toutes les institutions, notamment les universités : ils sont donc en mesure d’imposer leur idéologie à tous, de gré mais surtout de force. C’est vraiment l’aspect le plus surprenant du phénomène. La plupart des gens n’aime pas le wokisme, mais tous sont trop effrayés pour le dire. À New-York par exemple, vous avez des écoles élitistes, qui ont été complètement phagocytées par le wokisme le plus radical. 

Oui, nous avons des médias conservateurs, mais ils sont gangrénés par le même vice que la gauche woke, c’est-à-dire refuser de se confronter à ce qui ne les conforte pas dans leurs idées

Ces écoles coûtent 20 000 $ l’année, et les professeurs sont terrorisés par les élèves. Les parents vous confient en aparté : « Nous haïssons cette idéologie véhiculée à l’école ». Retirent-ils pour autant leurs enfants de ces écoles ? Non. Parce qu’ils veulent que leurs enfants fassent partie de la classe dominante. Voilà pourquoi le wokisme gagne, car il contrôle l’accès au pouvoir. Nous croyons vivre dans une démocratie libérale, alors que dans les faits nous vivons dans un totalitarisme woke. On arrive donc à cette situation folle, avec un capitalisme où des super wokes dirigent d’énormes entreprises. Et parce qu’ils sont wokes, qu’ils brandissent le drapeau arc-en-ciel et soutiennent Black Lives Matter, personne ne va les questionner sur leur façon de traiter leurs employés, y compris sur les esclaves chinois qu’ils exploitent. Leur seule préoccupation religieuse, c’est d’être « moral ».

N’est-ce pas du christianisme renversé finalement ? 

Si. René Girard parlait de « christianisme contrefait ». Le véritable christianisme prend soin des faibles, protège les victimes, ce qui est bien. Mais ce faux christianisme en a fait un dogme indiscutable, qui mène inévitablement à une tyrannie et au totalitarisme.

Y a-t-il aux États-Unis des institutions ou des journaux conservateurs qui seraient susceptibles de faire le contrepoids ? 

Oui, nous avons des médias conservateurs, mais ils sont gangrénés par le même vice que la gauche woke, c’est-à-dire refuser de se confronter à ce qui ne les conforte pas dans leurs idées. Nous le constatons avec le trumpisme. Beaucoup d’admirateurs de Trump n’acceptent d’entendre aucune critique à son encontre. Et c’est ce qui me fait dire que la faiblesse vis-à-vis du totalitarisme couve aussi à droite. Je suis conservateur, mais j’ai de nombreuses critiques à l’égard de Trump, choses dont il m’est impossible de discuter avec certains de mes amis eux-aussi conservateurs. Ils en arrivent même à me traiter de « traître ». Encore une chose que m’avaient expliquée les dissidents chrétiens des ex-pays communistes : le totalitarisme fracture même au sein des familles. C’est exactement ce qui est en train de se passer aux États-Unis. Dans les écoles américaines, il y a une politique : si un enfant dit qu’il est transgenre, interdiction d’en avertir les parents. « Nous allons aider cet enfant à faire sa transition de genre, mais nous n’avertirons pas ses parents, et le dissuaderons de le faire ». Les anciens dissidents chrétiens expliquent que le procédé était le même pour séparer les enfants de leur famille dans les pays soviétiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :