MEMORABILIA

Algérie : les élections Potemkine…

Scroll down to content

LETTRE DU MAGHREB. Abstention massive et arrangements caractérisent les trois scrutins qui viennent de se succéder. Un blocage politique qui impacte la région.

Les Algeriens ont defile au compte-gouttes dans les isoloirs comme en atteste le faible niveau de participation, autour de 10 % a la mi-journee.
Les Algériens ont défilé au compte-gouttes dans les isoloirs comme en atteste le faible niveau de participation, autour de 10 % à la mi-journée. © RYAD KRAMDI / AFP

Par notre correspondant à Tunis, Benoît Delmas Publié le 13/06/2021 LE POINT

Preuve que les législatives anticipées algériennes sont une formalité, calme plat et absence de migraines au menu des capitales du Maghreb. Vendredi soir, le match opposant les Aigles de Carthage aux Fennecs suscitait plus de suspense que le recours aux urnes chez « le grand frère ». Dans ce coquetier géant qu’est le stade de Radès, au nord de Tunis, l’amicale confrontation s’est soldée par une victoire algérienne, deux à zéro. La vingt-septième d’affilée, de quoi consolider son statut de géant du foot africain. Sur un plan politique, les élections se suivent et se ressemblent. En 21 mois, les 24 millions d’électeurs (pour une population de 43 millions) auront été convoqués à quatre reprises. Présidentielle, référendum constitutionnel, législatives, municipales (septembre prochain). Une salve électorale qui aurait pu modifier le visage politique après deux années de hirak.

Le hirak a poussé…

Ce mouvement, dont le pouvoir expliquait en 2019 qu’il conduirait au « chaos », à « la guerre civile » et à une anarchie guidée par « la main de l’étranger », s’est révélé d’une bienveillance assortie d’une patience civique dont les Français, professionnels du grommellement, pourraient s’inspirer. Au terme de quelque 120 vendredis de marches pacifiques, ce mouvement horizontal, se refusant à avoir leaders, candidats ou programme, connaît des heures de doute. S’il a obtenu la fin de la présidence à vie de Bouteflika (sa réélection n’était qu’une chinoiserie administrative), le hirak se casse l’ambition sur des élections de type Potemkine. Petit rappel : lorsque Catherine II de Russie visitait la Crimée, on apprêtait des villages frappés de pauvreté afin que l’impératrice fût satisfaite. On les fleurissait, on les revêtait d’habits du dimanche, on maquillait la réalité. On bâtissait de faux villages. Ainsi des législatives algériennes, véritable vernis électoral badigeonné sur un fonctionnement présidentiel.

À LIRE AUSSIAlgérie : ce qu’il faut savoir sur les législatives anticipées

… mais les fondamentaux du régime persistent

12 décembre 2019, la présidentielle se conclut par un 58 % dès le premier tour pour l’héritier de Bouteflika, le candidat désigné Abdelmadjid Tebboune. L’abstention dépasse les 60 %. 1er novembre 2020, la révision de la Constitution est adoptée par 66,80 % des votants. Les abstentionnistes pèsent 76,86 %. Certes, la pandémie est un facteur aggravant. Samedi 12 juin, ils n’étaient que 10 % à 13 heures, à avoir glissé un bulletin dans les urnes des 61 000 bureaux de vote. Les dépêches de l’agence de presse étatique APS cultivaient l’euphémisme en évoquant une participation « mitigée ». Ce premier chiffre argue d’une lassitude et d’une incrédulité.

Le « système » qui gouverne l’Algérie depuis des décennies, irrigué par les dollars des hydrocarbures, a ses quartiers généraux dans quelques casernes et à la présidence de la République. Le rôle de l’Assemblée nationale populaire revient à valider les projets de lois qui lui sont soumis par un exécutif surpuissant. Les deux partis (FLN et RND) qui formaient la clé de voûte parlementaire du « système » se sont démonétisés au fur et à mesure d’élections arrangées. Partis qui seront remplacés par une coalition de partis « indépendants », voire islamistes. Quant au mécontentement populaire, il se heurte à une répression croissante. On n’attend plus les manifestations pour procéder à des arrestations, on va directement aux domiciles des frondeurs. Les justifications aux scrutins (ouverture) se cassent le nez sur ces agissements sécuritaires.

Quid de l’économique face au Covid ?

Paradoxalement, l’Algérie est le pays du Maghreb le moins impacté par les conséquences économiques du Covid. Ses finances publiques reposent aux deux tiers sur le pétrole et le gaz exploités par la Sonatrach. Sur les cinq premiers mois de l’année 2021, ses exportations sont reparties à la hausse de 32,7 %. Quant aux importations, elles ont baissé de 20 % à la suite d’« un encadrement du commerce extérieur ». Le Maroc, hub entre l’Europe et l’Afrique, a beaucoup plus souffert de la fermeture des frontières. La pauvreté y a crû. Ce qui se trame à Alger concerne ses voisins, cette Union du Maghreb arabe créée en 1989, demeurée à l’état de coquille vide.

À LIRE AUSSIAbdelmadjid Tebboune : « L’islamisme en tant qu’idéologie n’existera plus jamais en Algérie »

Un Maghreb en attente d’une Algérie ouverte

Une Algérie « empêchée », affairée par ses démons intérieurs, mazoutant dans son marigot militaro-politique, et c’est toute une région qui en pâtit. Les législatives n’ont fait frémir ni la démocratie tunisienne ni la royauté marocaine. Quant à la Libye, elle a traversé une décennie de heurts sans qu’Alger ne se manifeste outre mesure. Le président Tebboune a expliqué durant la campagne, sur la chaîne d’information qatarie Al Jazeera, que Tripoli était une ligne rouge, que la puissance régionale refusait la présence de mercenaires étrangers et qu’Alger l’avait fait savoir. L’absence de changements à Alger est l’une des raisons de la faiblesse économique du Maghreb, région la moins intégrée économiquement au monde selon le FMI. Le conflit avec Rabat, frontières fermées depuis 1994, ne risque pas de progresser d’un iota vers une solution sans sang neuf ni idées nouvelles. « Si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change », cinglait Tancrède dans Le Guépard. Quatre élections pour que tout reste tel que c’est ?

À LIRE AUSSIAlgérie : l’agenda politique de Tebboune tangue entre l’urne et la rue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :