MEMORABILIA
L’ACTU DU JOUR. VALEURS ACTUELLES. 23 juin 2021




Libération face à la pluralité des opinions

Libération en perdition. Le quotidien progressiste consacre sa une du jour à Europe 1, en passe de devenir, selon le journal, le « CNews de la radio ». Dans un paysage politique où la doxa bien-pensante est plus que jamais omniprésente — 74 % des journalistes votent à gauche, selon un sondage d’Harris Interactive de 2012 —, la pluralité des opinions dérange. Après CNews, devenue en moins de cinq ans la chaîne la plus détestée du microcosme parisien, Vincent Bolloré hérisse une nouvelle fois les poils de la meute journalistique. L’actionnaire majoritaire du groupe Vivendi, conforté dans ses positions par le succès d’audience du canal 16, s’attaque maintenant à la radio, chasse gardée d’une idéologie incarnée à la perfection par Radio France. Devenu actionnaire principal d’Europe 1, l’homme d’affaires veut ressusciter une station au bord du gouffre. Europe 1 a perdu plus de 26 millions d’euros ces deux dernières années, et ses audiences sont à la dérive (5 % d’audience cumulée début 2020).

Pour inverser une tendance morbide, Vincent Bolloré et le groupe Lagardère — qui possède toujours la station — voient les choses en grand. Dès la rentrée, Europe 1 et CNews partageront certains de leurs programmes. Dimitri Pavlenko et Laurence Ferrari, déjà présents ponctuellement sur la chaîne d’information, viendront épauler leur collègue Sonia Mabrouk. Une “radio d’opinion de droite” sur la bande FM ? Inconcevable pour les salariés d’Europe 1, qui ont vociféré quand Louis de Raguenel, ex-journaliste de Valeurs actuelles, a rejoint leurs rangs ! Depuis vendredi dernier, la rédaction est en grève. Un mouvement de contestation soutenu par Libération. Dans son dossier de couverture, le quotidien multiplie les allusions ridicules sur les accointances supposées entre le duo CNews-Europe 1 et le mal absolu que représente pour eux l’“extrême droite” et le “populisme”. Une position difficilement recevable de la part d’un média qui a depuis longtemps oublié toute idée de pluralité des opinions et d’objectivité journalistique. Quelques jours avant le second tour de la présidentielle en 2017, le journal appelait ouvertement à « voter Macron ». Mais bon, un média de gauche n’est jamais un média d’opinion…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :