MEMORABILIA

«La situation de la France dicte à la droite de grands devoirs: sera-t-elle à la hauteur?»

 Réservé aux abonnés

TRIBUNE – Au premier tour des départementales et des régionales, marqué par une abstention d’une ampleur historique, la droite classique est arrivée en tête. Se montrera-t-elle digne de ce résultat qui l’oblige pour 2022?, s’interroge l’historien et essayiste, chroniqueur régulier de FigaroVox.

Par Maxime Tandonnet. LE FIGARO 23 juin 2021

Maxime Tandonnet. F Clairefond

Les défaites subies par le Rassemblement national et La République en marche au premier tour des régionales ont semé le doute sur le caractère inéluctable d’un duel Macron-Le Pen au futur scrutin présidentiel. Cependant, pour la droite, l’heure n’est naturellement pas au triomphalisme.

Le taux d’abstention de 66,7 % manifeste en effet une désaffection spectaculaire des Français pour la chose publique. Un seuil est franchi: l’effondrement de la participation exprime une défiance paroxystique envers les politiques et le sentiment largement partagé que le vote est devenu inutile. Une profonde déconnexion est à l’œuvre entre l’hystérie politico-médiatique nationale – à chaque jour sa polémique – et la résignation quotidienne des Français. Dès lors, même si les élections régionales – après les municipales – ont débouché sur une majorité relative de droite, l’issue de la présidentielle et des législatives de 2022 demeure très incertaine. Nul n’a la moindre idée de ce qui peut sortir d’un tel chaos lors des futures élections nationales.La droite doit marquer une rupture avec les mauvaises habitudes qui l’ont entraînée par le fond. Il lui faut le prouver, et non pas simplement le promettre une fois de plus.

Comment s’adresser aux 66,7 % d’abstentionnistes? Quel message lancer aux Français pour regagner leur confiance et rendre à la politique – le gouvernement de la cité – ses lettres de noblesse? Telles sont les clés d’un éventuel succès de la droite en 2022.

Avant tout, la droite doit marquer une rupture avec les mauvaises habitudes qui l’ont entraînée par le fond. Il lui faut le prouver, et non pas simplement le promettre une fois de plus. D’abord en mettant un terme aux honteuses batailles d’ego qui ont tant desservi son image. Ainsi doit-elle se garder de son obsession traditionnelle de «l’incarnation». C’est mésestimer l’intelligence des Français d’imaginer qu’ils vivent dans le fantasme d’un chef et du culte de la personnalité. Certes, il faudra un candidat à la présidentielle – le plus rassembleur possible – mais l’essentiel et le plus urgent est de convaincre le pays qu’une équipe responsable et soudée autour d’un projet est prête à prendre la relève.

À LIRE AUSSI :Abstention: les territoires perdus de la politique

Il revient à la droite de montrer qu’elle est capable d’afficher des convictions, une ligne politique et un programme dans l’intérêt du pays sans baisser les yeux face à la tyrannie du politiquement correct, c’est-à-dire le culte de la mauvaise conscience et de la repentance. Son avenir dépend aussi de sa lucidité face à la tentation de compromissions électoralistes (y compris le supposé «front républicain») qui donnent le sentiment aux Français d’un entre-soi délétère destiné au partage du gâteau.

D’ailleurs son intérêt n’est pas d’attiser les braises et de surenchérir dans l’affichage de la prétendue lutte contre le «mal populiste» – comme si les Français n’avaient pas d’autres préoccupations! – mais plutôt de montrer sa résolutionà en traiter les causes profondes.

À LIRE AUSSI :Jérôme Jaffré: «Les cartes sont rebattues pour la présidentielle de 2022»

Ainsi, après deux quinquennats imprégnés de mépris – des «sans-dents» aux «gens qui ne sont rien» – la droite doit impérativement donner des gages de sa volonté de renouer avec les fondamentaux de la Res publica. Il est temps pour elle de tenir un discours de rupture avec le style «jupitérien». Non, les Français ne sont pas des «fainéants» répugnant à traverser la rue pour trouver un emploi. Non, ils n’ont pas vocation à se soumettre sans broncher à la «verticalité» du pouvoir. Le peuple est l’unique souverain – digne de respect – dans une démocratie. Les dirigeants politiques, y compris l’occupant de l’Élysée, ne sont rien d’autre que ses représentants et ses serviteurs. Et l’autorité procède de la confiance.L’heure sera à l’accomplissement d’un devoir au service de la France. Les Français, méfiants envers la démagogie, apprécieront un discours de courage et de vérité sans provocation inutile.

Enfin et surtout, la droite doit prendre l’engagement solennel de revenir aux sujets de fond. Il lui faudra apporter la preuve de sa volonté de réhabiliter le débat d’idées ou la notion d’intérêt général et de rompre avec le naufrage de la politique dans la communication à outrance, le grand spectacle et l’exubérance narcissique tournée vers la réélection.

La future équipe issue des élections de 2022 prendra en charge une situation désastreuse: dette publique et déficit des comptes nationaux de 120 % et de 9 % du PIB ; une société rongée par la violence et le repli communautariste ; un chômage monstrueux, sans aucun précédent historique en France, de 4 à 6 millions de personnes et un niveau de pauvreté colossal (près de 10 millions de personnes selon l’Insee), qui coexistent, paradoxalement, avec des dépenses publiques, des impôts et des cotisations sociales parmi les plus élevés de tous les pays industrialisés. L’heure sera à l’accomplissement d’un devoir au service de la France. Les Français, méfiants envers la démagogie, apprécieront un discours de courage et de vérité sans provocation inutile.

À LIRE AUSSI :Droite: «La possibilité d’une victoire en 2022»

De même, dans le secteur régalien – sécurité, maîtrise des frontières et des migrations, respect de la laïcité – 60 % à 70 % des Français réclament une politique de fermeté mais éprouvent le sentiment de n’être jamais entendus. La droite doit donner des gages de sa volonté de traiter ces questions en priorité et en pleine transparence sur les résultats.

En outre, dans un pays profondément traumatisé par les défaillances administratives face à la crise sanitaire, il lui faudra parler aux Français de la réhabilitation des services publics essentiels en particulier l’hôpital et l’école sinistrée par une politique de nivellement par le bas et l’effondrement du niveau dans toutes les disciplines.

Pendant plus d’un an, les Français ont, bien plus qu’il ne paraît, souffert dans leur vie quotidienne et leur dignité des contraintes liées à l’état d’urgence sanitaire, la succession des confinements et des couvre-feux dont l’efficacité n’a pas toujours été démontrée. Ils ont été humiliés par les ingérences d’une puissance publique se permettant de décider quels étaient leurs besoins essentiels et non essentiels. La droite doit se réconcilier avec un mot qui fut pendant des siècles un symbole de la France: la liberté.

À LIRE AUSSI :La droite se réinstalle avec espoir au cœur du débat

Elle doit enfin se saisir à bras-le-corps d’un autre sujet essentiel qui conditionne tous les autres: celui de l’avenir de la démocratie. À l’heure où les Français semblent avoir cessé d’y croire, il est temps d’ouvrir le grand chantier de la restauration d’une démocratie à la fois représentative – par la réhabilitation de la souveraineté du Parlement – et référendaire par un recours systématique au vote populaire, non pas comme gadget démagogique, mais face aux grands sujets qui engagent l’avenir de la nation.


*Auteur de nombreux ouvrages historiques salués par la critique, Maxime Tandonnet a en particulier publié: «1940. Un autre 11 novembre» (Tallandier, 2009), «Histoire des présidents de la République» (Perrin, coll. «Tempus», 2017), «Les Parias de la République» (Perrin, 2017) et «André Tardieu, l’incompris» (Perrin, 2019).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :