MEMORABILIA

Laurent Jacobelli : « L’islamo-droitisme, il faut le dénoncer »

Scroll down to content

Le porte-parole du Rassemblement national, qualifié au second tour des régionales dans le Grand Est, croit encore à une victoire ce dimanche. Il appelle les électeurs à se mobiliser pour l’emporter face à la liste du président Jean Rottner, qu’il fustige pour ce qu’il considère être de « l’islamo-droitisme ». Entretien.

Par  Lucas Planavergne. Publié le 25 juin 2021 VALEURS ACTUELLES

Laurent Jacobelli, en mobilisant « tous les électeurs du RN, de droite, gaullistes et patriotes » pense encore pouvoir accéder à la présidence du Grand Est. Photo © JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFPPartager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Valeurs actuelles. Vous vous êtes déplacé ce jeudi à Farébersviller (Moselle), commune où la liste de l’Union des Démocrates Musulmans Français a recueilli 28% des voix. Comment interprétez-vous ce score ?
Laurent Jacobelli. Tout d’abord, je trouve ça très grave pour notre République laïque. Une liste qui est là pour faire avancer l’agenda d’une communauté religieuse, avec des revendications comme le port du voile, n’a pas sa place en France. C’est également grave parce que, quand nos électeurs restent chez eux, d’autres vont voter. Si on continue comme ça, ils auront bientôt des maires et des députés. Mais surtout, j’ai fait ce déplacement car l’islamo-droitisme, il faut le dénoncer. Celui qui conduit cette liste musulmane était l’adjoint de François Grosdidier, colistier de Jean Rottner, lorsqu’il était maire de Woippy. François Grosdidier dont on connaît d’ailleurs le communautarisme exacerbé, ayant notamment mis des drapeaux musulmans dans sa ville lors de fêtes religieuses. Tout ça pour attirer le vote communautaire. Tant qu’on aura des hommes politiques qui pensent à leur carrière, et qui considèrent que les bulletins de vote n’ont pas d’odeur, ça n’ira pas. Je suis là pour sonner l’alarme, notre France ne doit pas se diviser en communauté. Quelle que soit la religion d’ailleurs, il faut bien être clair.

En quoi un parti se présentant comme « démocrate musulman » dérangerait davantage que le Parti Chrétien Démocrate par exemple – d’ailleurs récemment renommé Via, la voix du peuple ?
Historiquement, je ne considère pas que le poids des chrétiens dans notre civilisation, par rapport aux musulmans, soit le même. Les citoyens peuvent avoir la religion qu’ils veulent, là n’est pas le problème. Mais lorsqu’on lit le programme de ce parti musulman, il est clairement communautariste, il est lié à certaines organisations problématiques et représente un danger pour notre République.

Les sondages vous annonçaient au coude à coude avec Jean Rottner au premier tour. Finalement, avec 21,12 %, vous êtes dix points derrière. Comment voyez-vous ce résultat moins important que prévu ?
Il y a eu une abstention massive, et lorsqu’on regarde la sociologie et les classes d’âge, c’est pile-poil celles qui votent pour nous. Comme à chaque fois qu’il y a une importante abstention, il y a prime au sortant, notamment grâce au réseau et au lien avec les maires. Mais quand on regarde l’écart en nombre de voix et en pourcentage des inscrits entre Jean Rottner et moi, c’est faible. Il est à 9%, je suis à 6%. Si on mobilise nos électeurs, la victoire reste largement possible.

Vous avez beaucoup critiqué le système d’organisation des élections. Mais à l’image des résultats du RN dans les autres régions, n’est-ce pas le parti qui est directement remis en question par les électeurs ?
Je ne le crois pas, car tous les partis d’opposition, dans chaque région, sont largement touchés par cette abstention. Au vu de l’organisation de ces élections, on peut déduire que le gouvernement n’avait pas tellement envie que les gens aillent voter. Il n’y a pas eu de campagne incitative comme il y en a d’habitude et il y avait deux élections en même temps, ce qui est très compliqué. Ce premier tour avait aussi lieu le jour de la fête des pères, c’était le déconfinement, on est en plein Euro de football… L’abstention rime avec Macron, c’est sa meilleure alliée. Il ne faut pas être fataliste, je dis à tous les électeurs que ne pas voter, c’est continuer avec Rottner. Il faut un électrochoc, une prise de conscience. On peut l’emporter en quadrangulaire. Avec la PACA, nous sommes probablement la région de France où la victoire est la plus possible. Ça fait des décennies que de nombreux électeurs attendent ce moment, leur destin est entre leur main. Il faut donner six minutes de son temps dimanche pour améliorer les six années qui viennent. Ça vaut le coup de se lever.

Durant votre campagne, vous avez choisi de mettre l’accent sur la sécurité et le retour aux trois anciennes régions. Ne pensez-vous pas que le fait de moins se concentrer sur les principales compétences régionales vous a porté préjudice lors du scrutin ?
Pas une seconde, car dans les villes où se trouve le cœur de notre électorat, nous avons fait des scores assez remarquables, comme les 46% à Hayange. Je crois que la sécurité fait partie des domaines où la région peut combler un vide venant de l’État. Aujourd’hui, j’ai lu dans la presse quotidienne régionale qu’un commissariat a été attaqué à Nancy, trouvez-vous ça normal ? J’ai lu qu’à Reims, une femme a été agressée sexuellement, par quelqu’un qui visiblement venait d’ailleurs, et qui avait déjà été reconnu coupable de faits similaires. Comment un élu responsable pourrait ne pas réagir ? La faute majeure de Jean Rottner, c’est d’avoir été un petit administrateur, un rond-de-cuir, qui n’a jamais mis son poids dans la balance. Moi je veux être un président de région qui défend nos concitoyens coûte que coûte, même face à un État défaillant.

Florian Philippot (Les Patriotes) a refusé de fusionner et n’appelle pas ses électeurs à voter pour votre liste. Comment les attirer malgré tout ?
Je leur dis que s’ils veulent vraiment aider l’économie locale en consommant local, s’ils veulent lutter contre l’insécurité et l’immigration clandestine, notamment contre la répartition de migrants venus d’Île-de-France, s’ils veulent retrouver nos trois régions, il n’y a que ma liste qu’ils peuvent soutenir. Je les appelle à voter pour leurs idées et à ne pas entrer dans des querelles d’ego, même si c’est ce qui semble se confirmer dans le non-appel au vote de Philippot. Les électeurs ne doivent pas être pris en otage par l’ambition d’un homme.

Avec vos colistiers, vous avez récemment signé une « Charte contre la corruption et pour la transparence ». En quoi cela consiste-t-il ?
Le lien entre les électeurs et les élus s’est distendu pour plein de raisons. L’une d’entre elles est le manque de confiance. Et clairement, la majorité régionale actuelle envoie des signaux qui sont troubles, qui peuvent semer le doute chez les électeurs. Moi je veux une transparence totale. Quand la région, gérée par Jean Rottner, dans la précipitation la plus totale, achète des bureaux à Nancy, dans un immeuble dont on peut dire que le permis de construire est folklorique puisqu’il a d’ailleurs été retiré par la suite, que ces bureaux sont payés 35% de plus que la valeur du marché, avec un apport dès la signature qui est assez inhabituelle dans ce genre de transaction, l’électeur peut avoir une suspicion légitime. Quand Valérie Debord, sa colistière en Meurthe-et-Moselle, touche des indemnités d’élue en même temps que des indemnités chômage, que peuvent bien penser les électeurs ? Quand François Grosdidier, dont le passé judiciaire est malheureusement apparu dans la presse et qui est à nouveau mis en examen, est tête de liste en Moselle, que croyez-vous qu’il se passe dans la tête des électeurs ?Lire les commentaires (3)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :