MEMORABILIA

«Faits et gestes» N°13 : J’avoue tout. Ivan Rioufol.

 Réservé aux abonnés

– Une analyse percutante des détails de l’actualité de la semaine écoulée.

Par Ivan Rioufol. LE FIGARO. 27 juin 2021

Ivan Rioufol.
Ivan Rioufol. Le Figaro.

Chers lecteurs,

Voici quelques-unes de mes notes (non utilisées) de cette semaine :

Lundi 21 juin : C’est avec accablement que j’ai lu hier, dans le JDD, une tribune de dix dirigeants de grandes sociétés françaises (Accor, Barilla, PNB Paribas, L’Oréal, Ikea, Michelin, Sodexo, Ipsos, etc.). Ils écrivent, angéliques : « La France accueille 50.000 personnes réfugiées et autant de talents ! ».

Alors que l’immigration est une préoccupation pour la majorité des Français, ces dirigeants balaient ces craintes pour ne voir que le profit qu’ils peuvent tirer de ce marché. « Tous ont des compétences et des expertises recherchées par les organisations et avant tout une forte volonté d’intégration ». Cette généralisation hâtive est typique des raisonnements idéologiques. Le collectif s’appelle : «Refugees Are Talents ». Il est certain que bien des exilés sont des personnes respectables. Mais cette source d’immigration est devenue massive. Elle ne présente plus les garanties d’une assimilation à la société d’accueil. L’assimilation est d’ailleurs un mot qui n’est pas dit dans ce texte, qui passe sous silence la montée du séparatisme identitaire. « Il est de notre responsabilité à tous de préparer l’avenir de nos entreprises », expliquent ces grands patrons, indifférents à l’avenir de la nation fragile. Eux parlent comme la gauche immigrationniste, en faisant le même éloge de « l’inclusion », c’est-à-dire de l’abandon de toutes exigences d’identification à la société française. Ce même lundi, je lis que L’Union des démocrates musulmans avait présenté des listes éparses à l’occasion des Départementales. Dans 27 communes de plus de 5000 habitants, cette formation islamique a obtenu plus de 5% des suffrages (8,3% à Trappes, 27,28 % à Farebersviller). Qu’en sera-t-il dans dix ans, dans trente ans ? Ces grands patrons mondialistes ont-ils des yeux pour voir ? Que comprennent-ils à la France millénaire ?

Mardi 22 juin : Ce matin, je découvre ce tweet du Docteur Jérôme Marty, président de l’Union française pour une médecine libre (UFML) : « Ivan Rioufol, vous êtes censé être journaliste, comment pouvez-vous à longueur de mois depuis le début de la crise du Covid propager des « faits » sans jamais effectuer la moindre vérification. C’est quoi le but ? Reprenez vos déclarations depuis le début…Si vous l’osez… ». Le « commissaire du peuple » Marty commente ici, avec retard, l’extrait d’une vidéo où je m’interrogeais, sur CNews, sur les effets des vaccins anti-Covid, tels que rapportés par certains témoignages. Mais, pour ce flic de la pensée sanitairement correcte, ce doute élémentaire n’a pas lieu d’être. En réalité, ce médecin généraliste, inconnu il y a un an, a pris goût à sa notoriété médiatique. Le voici sur tous les plateaux, et rémunéré dans l’émission les Grandes Gueules sur RMC. Même s’il n’est pas épidémiologiste ni infectiologue, il a décrété que l’hydroxychloroquine et l’ivermectine ne marchaient pas, que le professeur Didier Raoult disait des âneries et que votre serviteur ferait mieux de se taire. Surtout, le Dr Marty se révèle être dans la politisation quasi-permanente, suivi en cela par une petite bande de praticiens de gauche, plus vulgaires, menaçants et insultants les uns que les autres. Comment un obscur médecin a-t-il pu en arriver à se transformer en arrogant garde-chiourme et à pérorer sur twitter ? Dans cette épidémie, les virus du sectarisme et de la bêtise ne sont pas les moins contaminants.

Mercredi 23 juin : Titre de Libération : « Le spectre de la bande FN ». En sous-titre : « Effrayés par la dérive populiste de CNews, les salariés de la radio (Europe 1) se mobilisent contre la reprise en main de Vincent Bolloré. Ils entament ce mercredi leur 6e jour de grève ». L’affolement de la gauche fait plaisir à voir. Cela faisait des décennies qu’elle était en situation de quasi-monopole dans l’audiovisuel. L’ouverture de CNews aux libres débats est saluée comme une libération par une opinion qui ne se retrouvait pas dans l’aseptisation obligée. Jamais la presse ne s’est offusquée de la place majoritaire que tiennent, notamment dans l’audiovisuel public, des journalistes de gauche ou d’extrême gauche. Mais Libé estime insupportable que CNews ait réussi à briser le consensus officiel en s’ouvrant à des intervenants naguère non agréés par les censeurs. Je m’honore de faire partie de ceux à qui la chaîne a fait appel et j’ai plaisir à débattre sans entraves, notamment chez Pascal Praud, avec des contradicteurs de gauche. Dois-je préciser qu’en plus de quarante ans de journalisme, je n’ai jamais été invité sur France Inter, radio d’État ?

Jeudi 24 juin : Entretien de Valérie Pécresse, dans Le Figaro. La candidate LR pour l’Ile-de-France explique: « Il existe une vraie « équipe de France » de droite dans nos régions. Elle devra se rassembler après les régionales (…) ». Cette expression – « belle équipe de France » – a été employée la veille par Xavier Bertrand sur Europe 1. Oubliant qu’il a quitté les Républicains, il parle de « Laurent » (Wauquiez) comme d’un membre de la famille. « Il faut continuer ensemble », explique Bertrand. Mais le soir-même, le président sortant des Hauts-de-France réplique, sur BFMTV face à son concurrent Sébastien Chenu (RN) : « Il vaut mieux être avec les communistes qu’avec les identitaires ». Comment Bertrand, qui se dit de droite, peut-il dire une telle absurdité, en banalisant une idéologie comptable de dizaines de millions de morts ? Le PCF fait aujourd’hui partie de cette extrême gauche qui pactise avec l’islam politique sur le dos de la démocratie libérale. On peut ne pas aimer les identitaires, mais ils sont moins dangereux que les islamo-gauchistes. Serait-ce le retour de la droite la plus bête du monde ?

Vendredi 25 juin : Je dois faire ici un aveu : je n’ai pas voté au premier tour. Je ne voterai pas au second. J’ai quitté Paris précipitamment vendredi 18 juin et rentrerai trop tard ce dimanche, sans avoir eu le temps de faire des démarches en mairie pour un vote par procuration. Je trouve qu’il ne serait pas inutile à l’avenir de réfléchir à assouplir les modalités de vote (par correspondance, par électronique, etc.), en multipliant évidemment les barrières à la fraude. Pour autant, mon incivisme ne me culpabilise pas plus que cela. Je comprends ces électeurs qui se sont abstenus, à force d’être écartés des décisions. Le pouvoir appartient aujourd’hui à l’Union européenne, aux juges, aux minorités, aux groupes de pression, aux mandarins, aux réseaux. Les régions sont devenues des monstres administratifs, le parlement fait de la figuration et le président lui-même pèse peu sur le cours des choses. Dans cette crise de la démocratie, tout est à revoir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :