MEMORABILIA

Renaud Girard: «L’UE ne sera jamais une puissance géopolitique!»

 Réservé aux abonnés

CHRONIQUE – Malgré des intérêts économiques communs, les pays de l’Union européenne ne se sentent pas appartenir à une communauté de destin.Par Renaud GirardPublié hier à 20:34, mis à jour hier à 20:39

L’Union européenne (UE) est une superpuissance économique, mais elle n’a pas réussi à devenir une puissance politique. Le PIB de l’UE (14 trillions de dollars) est l’équivalent de celui de la Chine. C’est l’un des trois plus grands marchés du monde et il est organisé. Tous les pays du monde veulent commercer avec l’UE, et ils doivent pour cela passer sous ses fourches caudines en termes de normes – sanitaires, techniques, sociales ou environnementales. La direction générale de la concurrence de la Commission européenne est une autorité respectée dans le monde entier, à laquelle toutes les grandes sociétés du monde, qu’elles soient européennes ou étrangères à l’Europe, finissent toujours par se soumettre. Aujourd’hui, ce n’est pas l’UE qui doit s’adapter aux normes des autres ; ce sont les autres qui s’adaptent à ses règles. On peut lui reprocher de manquer de politique industrielle, mais elle commence à élaborer une stratégie industrielle, grâce au très efficace commissaire européen Thierry Breton. On reproche souvent à l’UE la lourdeur de sa bureaucratie. Mais les fonctionnaires européens (43.000) sont trois fois moins nombreux que les fonctionnaires du ministère français des Finances (130.000).À découvrir

À LIRE AUSSI :Renaud Girard: «Biden-Poutine, un intérêt en commun»

Enfin, l’UE est la deuxième puissance financière du monde, derrière les États-Unis. Sa monnaie, l’euro, est acceptée partout dans le monde ; sa banque centrale parle d’égal à égal avec la Réserve fédérale américaine ; sa capacité d’endettement ne connaît pas de borne visible. Mais, malgré les intentions exprimées dans le traité de Maastricht (1992), l’UE n’est pas devenue une superpuissance géopolitique. Trop disparates, ses membres ne se voient pas une réelle communauté de destin. On l’a vu lors du sommet informel de Bruxelles des 24 au 25 juin 2021. Les Français et les Allemands souhaitaient que l’UE fasse comme l’Amérique de Joe Biden, et qu’elle tienne un sommet avec la Russie de Vladimir Poutine, où tous les différends auraient été abordés avec franchise. Mais le projet a échoué, car les Pays baltes et la Pologne, traumatisés par leur passé, s’y sont fermement opposés. Ces derniers ont une seule politique à l’égard de la Russie, celle de leur protecteur – jusqu’à quand? – américain.

Des promesses dans le vent

Quinze jours après son entrée dans l’UE – qui allait lui procurer près de 300 milliards d’aides structurelles et de subventions agricoles -, la Pologne a choisi son nouvel avion de combat. Elle avait trois options, dont deux européennes. Une suédoise, une française, une américaine. Elle a choisi la dernière. La Pologne avait beaucoup insisté pour que les Français renoncent en 2014 à vendre à la Russie les deux navires de commandement et d’appui Mistral qu’ils avaient construits pour elle à Saint-Nazaire. En guise de compensation, elle avait promis qu’elle lui achèterait des hélicoptères de combat Airbus. Les Mistral ont finalement été dirigés vers l’Égypte, mais la Pologne n’a jamais honoré sa promesse. De 2016 à 2019, la Pologne a reçu environ 50 milliards d’euros d’aides européennes. Dans le même laps de temps, elle a dépensé 10 milliards de dollars pour acheter des armes américaines. L’avantage de la soumission totale des Polonais à l’Amérique est que cela bloque toute résurgence antisémite chez eux. Ainsi ont-ils dû renoncer à une loi de janvier 2018 qui criminalisait les historiens examinant les responsabilités polonaises dans l’extermination des Juifs par les occupants allemands de 1940 à 1945.

À LIRE AUSSI :Renaud Girard: «En Iran, la théocratie se consolide»

L’absence d’existence géopolitique de l’UE fut déjà exposée au monde entier, lors de l’invasion anglo-saxonne de l’Irak de 2003. Alors que la France, l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg, avaient préconisé la prudence face aux folies néoconservatrices de Washington, la Pologne, l’Italie et l’Espagne s’étaient précipitées pour envoyer leurs soldats entre le Tigre et l’Euphrate.

Lors de la crise migratoire de 2015, la chancelière allemande négligea de consulter ses collègues européens avant de prendre sa décision historique d’ouverture de ses frontières. L’agence européenne Frontex parviendra-t-elle, à brève échéance, à détruire les réseaux de trafic d’êtres humains qui prolifèrent désormais? Rien n’est moins sûr.

À LIRE AUSSI :Renaud Girard: «La nouvelle stratégie israélienne au Levant»

Face à l’expansionnisme turc au Levant, en mer Méditerranée et dans le Caucase, l’UE n’a pas été capable d’envoyer un signal fort à l’autocrate Erdogan. Quand certains Européens hurlent, Erdogan continue ; mais quand les Américains froncent les sourcils, il s’arrête sur le champ. Les Européens pourront continuer à dialoguer ensemble avec la Chine car les enjeux géopolitiques du Pacifique sont loin d’eux. En revanche, pour parler avec la Russie voisine, il ne restera plus que le tandem franco-allemand, qui a déjà eu le mérite d’arrêter l’effusion de sang dans le Donbass en février 2015.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :