MEMORABILIA

« Il faut mettre un terme à ce diktat » : contre l’UE, Viktor Orban hausse le ton

Scroll down to content

A l’occasion d’une réunion du Groupe de Višegrad, cercle réunissant la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie, Viktor Orban s’en est une nouvelle fois pris à l’Union européenne, en des termes forts. 

Par  valeursactuelles.com. Publié le 2 juillet 2021

Viktor Orban de passage au Parlement européen en juin 2021 © Aris Oikonomou/AP/SIPAPartager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Orban vs. Union européenne, épisode 1000. Si les relations entre Budapest et Bruxelles sont pour le moins tendues depuis des années, elles ont pris un tour plus critique depuis quelques semaines. En cause : une loi votée par le Parlement hongrois au début du mois de juin, interdisant la diffusion de « la propagande LGBT » aux mineurs. Une loi qui n’a pas du tout été appréciée par la frange occidentale de l’Union européenne, et qui est à l’origine d’importantes passes d’armes diplomatiques. Les dirigeants de l’Union ont même formellement dénoncé le texte de loi, par la voix d’Ursula Von der Leyen, le qualifiant de « honte ». Une pression idéologique que n’apprécie pas Viktor Orban, qui proteste contre un dépassement de fonction de l’UE. Le jeudi 1er juillet, lors d’une réunion du Groupe de Višegrad, qui rassemble la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie, le Premier ministre hongrois a appelé à « mettre fin à ce diktat »européen, rapporte notamment Euronews.

A LIRE UE, migrants, droits LGBT : Viktor Orban contre-attaque face à l’Union européenne

Non à l’empire

« Nous ne pouvons pas accepter que d’autres pays membres de l’UE nous disent comment nous devons élever les enfants hongrois », développe Viktor Orban, prenant à témoin les autres membres du Groupe de Višegrad. « On ne peut pas accepter qu’un pays quelconque de l’UE nous dise qu’il faut mettre à genoux un des pays du groupe de Višegrad ». En début de semaine, déjà, le Premier ministre magyar avait fait diffuser un communiqué dans plusieurs journaux européens, dénonçant la croisade anti-Hongrie engagée par certains membres des 27. Il y dénonçait déjà un « Parlement européen représentant exclusivement ses propres intérêts idéologiques », et rappelait que la seule raison d’être de l’Union est une alliance économique – n’impliquant pas de consensus idéologique. « Il s’édifie à Bruxelles un super-Etat pour lequel personne n’a donné de mandat », écrivait même Viktor Orban, martelant son opposition « à l’empire européen ».Lire les commentaires (23)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :