MEMORABILIA

Barochez – Réinventer (vraiment) la Grande Europe

Scroll down to content

ÉDITO. L’élargissement de l’Union européenne est en panne, dans un voisinage de plus en plus hostile. Une stratégie de rechange est nécessaire.

Les drapeaux de pays d'Europe centrale et celui de l'Union europeenne, le 30 juin dernier a Katowice.
Les drapeaux de pays d’Europe centrale et celui de l’Union européenne, le 30 juin dernier à Katowice.© BEATA ZAWRZEL / NurPhoto via AFP

Par Luc de Barochez. Publié le 06/07/2021 LE POINT

L’Union européenne entretient avec ses voisins des relations qui tournent au vinaigre, et ce n’est pas dans son intérêt. Avec le Royaume-Unile ton est devenu acrimonieux depuis le Brexit. La Suisse, après l’échec de la négociation d’un accord-cadre avec l’UE, a préféré acheter des avions de combat américainsplutôt que le Rafale français ou l’Eurofighter. La Russie poursuit ses actions déstabilisatrices, et les Vingt-Sept se querellent sur les moyens de reprendre le dialogue avec elle. La Turquie, qui vient de renier sa signature de la convention européenne contre les violences faites aux femmes, confirme son rôle de voisin aussi encombrant que difficile. Dans les Balkans, les négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord et l’Albanie piétinent. Au Maghreb, la pression migratoire monte avec les beaux jours. De tous côtés, les nuisances de voisinage s’aggravent.

Longtemps, l’UE a exercé une influence bénéfique sur son environnement immédiat. Son outil, très efficace, s’appelait l’élargissement. La perspective d’une adhésion future incitait les pays proches à adopter la démocratie, l’économie de marché et l’État de droit. La chute des dictatures méridionales dans les années 1970 (Espagne, Portugal, Grèce) puis l’effondrement de l’Empire soviétique en 1989-1991 ont ouvert la voie à l’unification pacifique et démocratique, unique dans l’Histoire, de la majeure partie du continent européen. Au début du XXIe siècle, c’était chose faite, sous le regard bienveillant et intéressé de l’Amérique.

À LIRE AUSSINicolas Baverez – 1989-2019 : les Trente TrompeusesHélas ! cette démarche ne fonctionne plus, sauf encore un peu dans les Balkans. L’UE n’a plus envie de s’agrandir ; ses voisins sont moins enclins à la rejoindre. Les revers de la mondialisation libérale sont passés par là. D’autant que les précédents élargissements ont été mal digérés. Leur succès démocratique n’était pas garanti dans la durée, comme en témoigne la régression autoritaire et corrompue incarnée par Viktor Orban en Hongrie. Toute nouvelle adhésion est vue avec suspicion, en particulier en France. Le dernier sondage Eurobaromètre indique que 59 % des Français y sont par principe opposés. Loin de s’agrandir, l’Union rétrécit avec, pour la première fois, le départ d‘un État membre l’an dernier, et non des moindres.

En panne d’élargissement, l’UE n’a aucune stratégie de rechange pour influer sur ce que les géopolitologues appellent son « étranger proche ». Les États membres continuent à faire comme si la Turquie n’avait pas tourné le dos à l’Europe. Elle reste cataloguée « pays candidat » et subventionnée en conséquence. Le Royaume-Uni, première puissance militaire d’Europe occidentale avec la France, est considéré au contraire comme un vulgaire « pays tiers ». La Suisse, puissance économique de premier ordre et modèle d’État libéral, a été traitée par-dessus la jambe par Bruxelles, Paris et Berlin.

Une « architecture européenne de sécurité »

Tout cela serait burlesque si ce n’était aussi grave. Si l’Union veut, comme elle le prétend, exercer une influence géopolitique dans un monde dominé par l’affrontement entre les États-Unis et la Chine, si elle entend défendre efficacement ses valeurs et ses intérêts, si elle souhaite continuer à prospérer sans renoncer à ses libertés, elle doit accroître son poids politique et mobiliser ses voisins à ses côtés, plutôt que se replier sur elle-même.

N’est-il pas temps de relancer sérieusement le projet d’une Grande Europe, plus économique que politique, réunie autour d’une UE qui en formerait le cœur ? La France a souvent évoqué l’idée, mais de manière confuse. François Mitterrand avait proposé, après la chute du mur de Berlin, en 1989, la création d’une « Confédération européenne ». Nicolas Sarkozy avait évoqué le besoin d’un « partenariat privilégié » avec la Turquie. Emmanuel Macron a suggéré pour sa part une « architecture européenne de sécurité » incluant la Russie.

À LIRE AUSSILa chute du mur de Berlin, une leçon de modestieL’Europe à géométrie variable est déjà une réalité avec la zone Schengen de libre circulation ou la zone monétaire de l’euro, qui n’ont pas les mêmes frontières que l’UE. L’objet de la nouvelle architecture pourrait être, par exemple, l’octroi d’avantages économiques en échange d’un meilleur contrôle des flux migratoires. Des pays comme le Maroc, la Tunisie, Israël, l’Ukraine, la Géorgie, la Serbie, peut-être même le Royaume-Uni, y auraient probablement un intérêt. La stabilisation de son environnement devrait être une préoccupation majeure de l’UE si elle ne veut pas laisser le champ libre aux influences néfastes de la Turquie, de la Russie et de la Chine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :