MEMORABILIA

EURO DE FOOTBALL : LE PRESSOIR ISLAMO-LIBERTAIRE

Scroll down to content

Clôt dimanche dernier par la victoire italienne, l’Euro de football a été le théâtre d’une propagande islamo-gauchiste sans précédent. Quelque part entre le Qatar et George Soros.

PartagePartager sur facebook Partager sur twitter Partager sur linkedin Partager sur email

© Valentin Deniau pour L’Incorrect

L’Euro de football 2020, qui s’est conclu le 11 juillet 2021 (crise sanitaire oblige), aura été la grande vitrine du lobby LGBTQIA+. Durant toute la compétition, les signaux publicitaires n’auront cessé de clignoter en sa faveur, principalement ceux émanant d’un géant de l’industrie automobile allemande, sponsor de l’événement.

Un spectacle « arc-en-ciel » parfaitement réalisé par les joueurs, puisque les couleurs ont même été arborées à travers le port du brassard de capitaine par l’Anglais Harry Kane à l’occasion du huitième de finale contre l’Allemagne, le 29 juin.

Puis, à l’instar du footballeur français Antoine Griezmann, beaucoup de champions n’hésitent plus à se déclarer militants contre les « discriminations » que subiraient massivement les homosexuels et autres minorités tant genrées que racisées. En Occident, d’abord ?

Pire encore, les deux nations qualifiées pour la finale, l’Angleterre et l’Italie, ont mis un genou à terre avant le coup d’envoi, selon la coutume requise par le mouvement « Black Lives Matter ». En somme, une immense vague sociétale et multi-culturelle, puisque la pelouse d’un stade est nécessairement un terrain de jeu privilégié pour le supposé progressisme.

Lire aussi : Orban contre la déferlante progressiste

Sur cette toile de fond, la présidente de l’exécutif européen, Ursula Von der Leyen, est passée à la menace contre la loi accusée d’être « anti-LGBT », loi que Viktor Orban, le Premier ministre de Hongrie, a fait adopter par son parlement le 15 juin et fait entrer en vigueur le 8 juillet. « Si la Hongrie ne corrige pas le tir, la Commission fera usage des pouvoirs qui lui sont conférés en sa qualité de gardienne de traités », a-t-elle annoncé.

Pourtant, Orban s’était justifié en déclarant à plusieurs reprises : « La loi ne porte pas sur les homosexuels. Elle concerne la façon dont les parents veulent faire l’éducation sexuelle de leurs enfants ».

Notons, d’ailleurs, que l’UEFA était tombée dans un imbroglio communicationnel pour avoir empêché la « communauté LGBT » de répandre ses couleurs à Munich et notamment sur le stade, dans le contexte du match Allemagne-Hongrie du 23 juin, pour « dénoncer » cette loi d’Orban.

Dans le même temps, les bouteilles d’une célèbre marque de bière hollandaise avaient été retirées des conférences de presse tenues par les joueurs de confession musulmane. Un fait majeur qui laissera des traces dans les futurs événements sportifs, d’où la promotion, à terme, des bières sans alcool.

Parce qu’il n’est plus à démontrer que le Qatar pèse de tout son poids dans l’organisation de ces événements : en l’occurrence, la prochaine Coupe du monde de foot se déroulera là-bas, mais en novembre-décembre 2022. Ce sera une première.

En substance, ces séquences signifient subrepticement un seul et même projet : imposer, tant spatialement que temporellement, un ordre islamo-libertaire, ou rendre « nécessaire » l’annihilation des héritages juif et chrétien.

En effet, les grands agitateurs œuvrant pour ce nouvel ordre mondial sont essentiellement le Qatar et le milliardaire hongro-americain George Soros, ce dernier finançant des organisations dites « humanistes » et « écologistes ».

En bref, d’Extinction Rebellion à la Cour européenne des droits de l’homme, en passant précisément par « Black Lives Matter » et LGBTQIA+ – l’Open Society Foundations de Soros soutient officiellement ces mouvements –, rien ne doit lui échapper, celui-ci se posant en sauveur de toutes les minorités. Par exemple, en matière d’immigration massive, il n’est jamais en reste, comme lorsqu’il souhaitait distribuer des cartes de crédit prépayées à des exilés, en novembre 2018.

Et la pression à l’endroit de l’Europe ne pouvant s’arrêter là, que dire de la propagande du média AJ+ de nos amis qataris, au nom de la défense de ces « communautés » opprimées, minorités raciales, sexuelles et religieuses ?

D’autant plus que l’actuel propriétaire du Paris Saint-Germain Football Club est souvent soupçonné de soutenir le Hamas et le Hezbollah islamique.

Quoi qu’il en soit, de simulations en dissimulations, la méthode du Qatar et de Soros, entre autres, consiste toujours à presser et à vendanger.

Comme en France, où l’effondrement des politiques et des savants ne peut que profiter à ces mains à peine invisibles, nos démocraties n’étant plus que des régimes de lobbies, des pays refaçonnés par une oligarchie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :