MEMORABILIA

Général Lecointre: «Les périls se rapprochent de la France»

Scroll down to content

 Réservé aux abonnés

Par Jean-Marc Gonin LE FIGARO. 16 juilley 2021

-Le 14 juillet, il a connu sa quatrième et dernière revue des troupes sur les Champs-Élysées au côté du président Macron. Nommé chef d’état-major des armées (Cema) en 2017, immédiatement après le départ fracassant de son prédécesseur Pierre de Villiers, le général François Lecointre a décidé de prendre sa retraite bien que le chef de l’Éta t lui eût demandé de rester.

Cet officier d’infanterie de marine, qui s’est illustré au feu – notamment en Bosnie – et s’est distingué comme un véritable intellectuel de l’armée de terre en lançant la revue Inflexions, a le souci impérieux de protéger les institutions. Et pour lui, ceci passe par une nette déconnexion entre le mandat présidentiel et la mission dévolue au Cema. Si les deux termes avaient coïncidé, le général Lecointre craignait que l’on eût considéré qu’il avait servi Emmanuel Macron alors que lui entendait servir le président de la République. Quelques jours avant son départ, il a reçu Le Figaro Magazine dans ses salons privés de l’École militaire pour une interview-bilan de son action où il évoque également la place du militaire dans notre société.

LE FIGARO. – Comment les armées ont-elles traversé la crise sanitaire?

Général François LECOINTRE. –Les armées ont vécu la pandémie en mission, engagées au service de nos concitoyens. Cela correspondait à une attente de nos soldats, marins et aviateurs. Ils avaient vraiment envie de ne pas rester les bras ballants alors que notre société était profondément atteinte. Notre engagement n’a pas été central ni essentiel mais il était important parce qu’attendu par la nation. Le service de santé a bien entendu apporté sa contribution mais également toutes les armées pour assurer du transport, de la gestion logistique, la protection de certains sites. Nous avons lancé une opération baptisée Résilience pour mener à bien cet engagement.

Par ailleurs, les armées ont poursuivi leurs missions sur les théâtres d’opérations où elles sont déployées – en Afrique, en Irak ou en mer – parce que la Covid n’a pas arrêté l’ennemi. Les armées avaient un avantage néanmoins: c’est une population jeune et en bonne forme physique donc pas particulièrement frappée par la Covid, en tout cas sous ses formes graves. Ensuite, nous avons établi des priorités dès que les vaccins sont arrivés: les équipages des sous-marins, ceux de la mission Jeanne d’Arc ou encore ceux du groupe aéronaval (GAN), dont le Charles de Gaulle, afin d’éviter une nouvelle contamination. Le vaccin a permis d’alléger les contraintes, notamment les quarantaines avant le départ et au retour, ce qui a été le lot de beaucoup de nos soldats. Quarantaines et «septaines» ont allongé encore la séparation d’avec les familles.

En revanche, dans les états-majors, il a fallu se plier aux règles imposées à l’ensemble des entreprises et des administrations centrales avec un suivi précis du télétravail. Nous avons dû déplacer une partie du Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO) au mont Valérien pour éviter sa paralysie en cas d’épidémie sur le site de Balard.

Tout cela nous a confortés dans l’idée de maintenir la capacité des armées à agir de manière autonome, sans dépendre des autres. Quand le pays est en crise, on attend d’elles qu’elles continuent la mission. Elles ne peuvent donc dépendre d’autres prestataires. Autre leçon: pratiquer la subsidiarité en particulier grâce à des commandements zonaux chargés de gérer la crise dans toutes ses dimensions et qui ont la main sur les unités basées dans leur zone.

Sur les quelque huit années d’engagement au Sahel, Serval puis Barkhane, quatre se sont déroulées sous votre commandement. Quels enseignements en tirez-vous?

Dans les opérations de gestion de crise, ce n’est pas l’action militaire qui emporte la décision ou qui résout le problème. Car on n’a pas affaire à une crise spécifiquement militaire, mais à une question de gouvernance globale et de légitimité de cette gouvernance.

À LIRE AUSSI :Général Lecointre: «Nous allons vers une réorganisation de l’ordre du monde»

Cette crise est liée au sous-développement. La pression que subissent les populations, la disparition progressive de l’État et de l’administration d’une grande partie du territoire malien pour laisser place à une forme de guérilla en sont la partie la plus visible mais pas la cause profonde. Nous pouvons bien entendu endiguer la dégradation, en limiter l’accélération mais nous ne pouvons agir sur le cœur de la crise. C’est la grande différence avec un conflit classique du type Seconde Guerre mondiale où le fait militaire est le fait majeur et toute la nation, toute l’économie et l’ensemble de l’État se mobilisent et s’articulent autour de la conduite de la guerre. Au Mali, c’est presque l’inverse. C’est l’ensemble de l’État qui est en cours d’effondrement sur lui-même.

Malgré tout, il faut que nous soyons là. Mais c’est frustrant parce qu’il est difficile de faire comprendre à nos élus, à notre opinion publique que le pire a été évité et que ceci est à porter au crédit des militaires. Ce n’est pas satisfaisant mais c’est vrai. J’avais déjà compris cela quand j’étais jeune officier à Sarajevo ou au Rwanda. C’est tout aussi compliqué pour nos soldats qui vont risquer leur vie et tuer des ennemis tandis qu’on leur explique qu’ils ne seront pas la clé, ni la solution du conflit. Ils doivent néanmoins conserver leur motivation et leur engagement intacts.

Il est difficile de faire comprendre à nos élus, à notre opinion publique que le pire a été évité

Pour annoncer la fin de Barkhane, le président Macron a dit: «Notre présence sous forme d’opération extérieure n’est plus adaptée à la réalité des combats.» Qu’est-ce que cela signifie?

Sa phrase a suscité une certaine interrogation dans les armées parce que l’expression «opération extérieure» correspond à un statut. Cet encadrement juridique est essentiel et il protège nos soldats engagés à l’extérieur de nos frontières.

En fait, ce que le chef de l’État a voulu dire, c’est qu’il ne fallait plus que la France combatte seule face à un ennemi identifié susceptible de conquérir tout le pays, comme ce fut le cas au déclenchement de Serval. On passe de cette logique-là à une autre dans laquelle l’armée française ne doit plus être en première ligne. Elle doit au contraire se trouver en appui, en réassurance de ses partenaires sahéliens. Cela a deux vertus: premièrement, de moins faire peser la responsabilité sur nos forces et deuxièmement, de placer nos partenaires sahéliens en «déséquilibre avant», et accélérer leur montée en première ligne.

À LIRE AUSSI :Armées: «Nous nous adaptons de façon encore plus réactive à l’évolution des menaces»

Nous avons neutralisé autant que possible ces groupes terroristes tandis que les armées malienne, nigérienne et burkinabé montaient en puissance avec notre aide. À terme, elles devront prendre en charge cette tâche. On ne les laisse pas seules pour autant: on les accompagnera au combat et on leur apportera un appui aérien et dans le renseignement avec des drones, des chasseurs et des avions légers.

À VOIR AUSSI – Barkhane: «La France ne peut être en première ligne pour lutter en permanence», estime le général LecointreBarkhane: «La France ne peut être en première ligne pour lutter en permanence», estime le général Lecointre Play VideoPlayUnmuteCurrent Time 0:37/Duration 1:12Loaded: 100.00% PartagerFullscreenACTIVER LE SON

Cela passe aussi par la coopération avec les armées partenaires sahéliennes et la formation des hommes. En outre, la mutation s’opérera avec une forte européanisation. C’est le cas au sein de Takuba (Task force composée de forces spéciales européennes, NDLR) où plusieurs pays européens se sont engagés – République tchèque, Estonie, Belgique, Italie, Suède, Portugal, Pays-Bas. Que des États de l’UE exposent désormais leurs forces au Sahel constitue un pas politique significatif.

Il est donc faux de parler d’échec. Nous ne partons pas du Sahel. Nous allons rester et accompagner les armées africaines. Nous ne les abandonnons pas à leur sort.

Il est faux de parler d’échec. (…) Nous allons rester et accompagner les armées africaines

Les coups d’État successifs au Mali ont-ils changé la donne?

La légitimité de notre engagement repose sur le fait d’opposer une vision de stabilisation et de développement de l’Afrique fondée sur l’état de droit et la démocratie à celle des islamistes tenants d’un État religieux dur. Notre conception s’oppose également à celles portées par la Russie ou la Chine qui sont dans une logique de prédation et se désintéressent de la légitimité du pouvoir en place et du respect de l’état de droit. Ces valeurs universelles donnent un sens à la mission de nos soldats et j’y tiens beaucoup.

Face au colonel Goïta, l’auteur du dernier coup d’État au Mali, la France a donc insisté sur une période de transition la plus courte possible avant la restauration des institutions démocratiques. Ce n’est qu’à cette condition que nous avons repris les missions militaires conjointes.

Au Sahel, nos meilleures unités déployées sur le terrain surveillent et arrêtent souvent deux ou trois quidams à moto. Cette disproportion semble incongrue…

Nous n’avons pas des types d’équipement pour les grands conflits et d’autres pour les «sous-guerres». Notre armée, petite mais complète et efficace, est composée ainsi. Ensuite, nous vivons sous la contrainte de la protection des soldats. Elle nous conduit à renforcer les blindages, porter des gilets pare-balles, des casques en Kevlar, etc. Au-delà du devoir absolu qu’a tout chef d’assurer la protection maximale de ses hommes au combat, on sait aussi que l’opinion publique est extrêmement sensible à la mort de nos hommes.

À LIRE AUSSI :L’armée française en manque de bras pour la guerre du futur

Enfin, nous respectons les lois de la guerre. Quand vous faites face à des gens qui se muent soudain en combattants en déterrant une kalachnikov cachée dans une termitière et qui l’instant d’après redeviennent de «braves» bergers, cela vous met en situation délicate. Dans cette lutte entre des irréguliers et une armée soumise aux lois de la guerre, on a un désavantage évident. C’est compliqué à faire comprendre à l’opinion française. Mais elle ne doit pas perdre de vue que nous combattons sur des territoires immenses et que nos ennemis ont le temps et sont chez eux. Encore une fois, ce ne sont pas des batailles rangées.

Certains stratèges pensent que l’on s’est trop focalisé sur le terrorisme sans regarder ce qui se passe ailleurs. Que leur répondez-vous?

Les menaces se cumulent. Nous devons à la fois faire face au terrorisme, qui existe toujours et se renforce dans certaines zones d’Afrique sans oublier la percée des talibans en Afghanistan, et affronter d’autres périls: des compétiteurs de plus en plus agressifs, et des tensions dans le spatial, le cyberespace et les fonds sous-marins. Il n’est pas question d’abandonner l’un pour s’occuper des autres. Nous pratiquons donc de manière permanente un exercice d’équilibre complexe. Nous sommes une armée d’emploi qui doit aussi se préparer à une guerre future qui n’est pas celle d’aujourd’hui.

Nous devons nous préparer à une guerre future qui n’est pas celle d’aujourd’hui.Général Lecointre

Quand les forces françaises vont-elles commencer à se retirer du Sahel?

On va déjà arrêter le «surge» (plusieurs centaines d’hommes envoyés en renfort depuis février 2020, NDLR). Pourtant, les effectifs vont augmenter temporairement. Certaines unités, notamment logistiques, seront nécessaires pour conduire la transformation du dispositif militaire sur place. Le changement sera véritablement perceptible à partir de la fin de cette année.

Les tribunes publiées par des officiers généraux de deuxième section représentent-elles un courant d’opinion au sein des armées?

Je ne pense pas. Il est difficile de vous répondre parce qu’on évite de parler de cela dans l’armée. Ce qui existe dans les armées comme dans le reste du pays, c’est le constat d’un danger de séparatisme, de «l’archipélisation» de la société. Personne ne conteste ces choses-là et l’État agit contre ces dérives. Dire que la tendance «droitière» est plus représentée dans les armées, je n’en sais rien. Assez naturellement, c’est un milieu plutôt conservateur par vocation. Mais les armées sont légitimistes avant tout et assez prudentes dans l’expression de toute opinion politique. C’est très bien ainsi.

Le général François Lecointre au Mali, à bord d’un hélicoptère NH 90 «Caïman», en avril 2018. Georges Merillon / Le Figaro Magazine

Vous avez dit au Sénat que le monde devenait plus violent et que les Français seraient très vite rattrapés par cette violence. À quoi pensiez-vous?

D’abord, ils ont déjà souffert de cette violence à travers le terrorisme. Ensuite, les confrontations avec des acteurs régionaux – Turquie, Iran, Russie – vont être de plus en plus dures et de plus en plus fortes. Elles se rapprochent de nous. La France ne peut imaginer qu’elle va rester à l’écart comme dans une bulle protégée. C’était le sens de mon message à la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat. Si vous voulez préserver notre liberté, il faut que vous nous donniez les moyens de la préserver.

À LIRE AUSSI :Armée française: une éthique pour des soldats surhumains

Dans un discours aux élèves de l’École de guerre, vous avez insisté sur la mort, la blessure et la souffrance qui rendent le métier de militaire singulier et le sépare de plus en plus de la société. Pourquoi?

Parce que la mort a été évacuée de notre société. Vivre au contact ou avec la perspective constante de la mort fait qu’elle appartient à notre univers. Elle nous structure mentalement. Elle induit une inquiétude spirituelle qui entraîne une manière différente d’aborder les choses. Cette réalité-là n’existe pas ailleurs. C’est cela qui entretient le décalage avec le reste de la société. On vit dans un monde de plus en plus consumériste et matérialiste qui a complètement évacué la mort et l’idée de transcendance. Le décalage existe et va encore s’accentuer.

Le militaire s’isole dans la société?

Je ne crois pas. Il est différent. Et sa différence peut provoquer une incompréhension. Une incompréhension à sens unique. Le militaire comprend la société dont il est issu mais le civil, qui ignore souvent comment les armées transforment les hommes, ne comprend pas le militaire. Antoine de Saint-Exupéry a écrit (il ouvre un vieux cahier où il note des citations depuis qu’il était élève d’hypokhâgne): «Il n’y a qu’un problème, un seul de par le monde: rendre aux hommes une signification spirituelle des inquiétudes spirituelles.» Les armées, parce qu’elles ont cette communauté de vie et cette proximité avec la perspective de la mort, sont naturellement enclines à des inquiétudes spirituelles.

******************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :