MEMORABILIA

Covid-19 : plongée dans le monde de la fraude à la vaccination

 Réservé aux abonnés

ENQUÊTE – Malgré les risques encourus, la fraude à la vaccination prospère depuis les annonces d’Emmanuel Macron lundi dernier.

Par Mayeul Aldebert. LE FIGARO. 16 juillet 2021

Le marché noir de faux certificats de vaccination fonctionne via les réseaux sociaux, le Darknet et le bouche-à-oreille.
Le marché noir de faux certificats de vaccination fonctionne via les réseaux sociaux, le Darknet et le bouche-à-oreille. Artem / stock.adobe.com

C’est une galaxie complexe, un marché noir de faux certificats de vaccination qui fonctionne via les réseaux sociaux, le Darknet et le bouche-à-oreille. Si les récentes mesures gouvernementales ont convaincu nombre d’hésitants à prendre un rendez-vous de vaccination, elles ont aussi motivé les plus réticents à franchir cette ligne rouge de l’illégalité et risquer le tout pour le tout.

Dieu seul le saitNewsletter

Le dimanche

Religions, laïcité, spiritualité, à retrouver dans la lettre de Jean-Marie Guénois.S’INSCRIRE

À LIRE AUSSI :Est-il légal de conditionner l’accès aux lieux publics au pass sanitaire ?

«Plutôt payer pour frauder que de me soumettre aux mensonges et à l’incompétence de ceux qui veulent nous faire croire que c’est pour notre bien», lance Grégoire* remonté, pointant du doigt les contradictions du gouvernement qui promettait il y a quelques mois de ne jamais mettre en place le passe sanitaire dans les lieux du quotidien. Le jeune homme de 33 ans est prêt à dépenser 200 euros, d’autant plus qu’il devra se rendre à la clinique dans deux semaines pour l’accouchement de sa femme. «On n’a plus le choix», regrette-t-il.

Marie*, 26 ans, s’est décidée après l’annonce de l’extension de l’obligation du passe sanitaire pour accéder aux lieux publics. «Jamais je ne pourrai me résoudre à me faire vacciner, et pour prendre le train, aller dans les cafés et restaurants, j’ai franchi le pas.» Comme d’autres Français, son premier réflexe a été de chercher sur les réseaux sociaux les propositions de fausses vaccinations. La société israélienne de cyber sécurité Check Point a noté depuis le début de semaine une augmentation d’au moins 5000% des utilisateurs inscrits dans les groupes proposant ces faux passes sanitaires.

Sur l’application Snapchat en particulier, les offres pullulent. Avantage de l’interface : les messages s’effacent après la lecture par le destinataire. L’inconvénient : impossible de faire la différence entre les vraies annonces frauduleuses et les pures arnaques.

Des intermédiaires qui risquent gros

Pour des sommes allant de 75 à 600 euros, des comptes, le plus souvent baptisés «pass sanitaire» ou «passeport vaccinal», proposent des QR codes à enregistrer sur l’application TousAnticovid, ou mieux encore, un certificat de vaccination directement enregistré sur le compte Ameli.

Baptiste*, un intermédiaire habitant à Marseille, explique au téléphone : «je sers d’entremetteur avec un médecin qui accepte de vacciner pour de faux». Concrètement, le soignant dans la boucle offre des créneaux de vaccination. Après avoir envoyé informations d’identité et numéro de sécurité sociale, l’intermédiaire transmet tous les documents au médecin qui attestera ensuite que la vaccination a bien été réalisée sur un patient qu’il n’a jamais rencontré. «J’ai quinze créneaux de vaccination pour jeudi prochain, ils vont vite partir», précise Baptiste. Le faussaire demande 350 euros, à payer par PayPal. «Mais si tu habites à Marseille, on peut se rencontrer pour que tu me remettes l’argent en main propre, si ça te rassure», propose l’entremetteur. Bien sûr, nous déclinerons l’offre, comme les autres, basées sur un même modèle : la complicité d’un personnel soignant habilité à vacciner.

À LIRE AUSSI :Pass sanitaire: «Une remise en cause profonde et inédite de notre modèle de société»

Un autre de ces intermédiaires, que nous appellerons Rémi, a démarré cette combine récemment. «J’ai commencé à le faire pour ma famille», témoigne-t-il, «et j’ai vu qu’il y avait une demande très forte». Le père de famille affirme qu’il reçoit plus d’une centaine de messages par jour. «Beaucoup de gens m’appellent et me confient leurs inquiétudes», rapporte celui qui travaille avec deux médecins qui ont accepté l’un comme l’autre de fournir de faux certificats. Évidemment, «gagner un peu de fric en plus» est une des motivations. L’homme a vendu récemment neuf certificats pour 2500 euros. Mais le principal reste, selon lui, ce «dégoût du système» pour celui qui fut aussi «gilet jaune».

À voir aussi – Covid-19: cette «ultra-minorité» qui s’oppose à la vaccination a «de la défiance pour la notion même d’autorité», déplore Olivier VéranCovid-19: cette «ultra-minorité» qui s’oppose à la vaccination a «de la défiance pour la notion même d’autorité», déplore Olivier VéranPlay VideoPlayUnmuteCurrent Time 1:33/Duration 2:48Loaded: 90.18% PartagerFullscreenACTIVER LE SON

Ces soignants dans la boucle

Tout comme leurs complices, les médecins, infirmières ou pharmaciens qui acceptent de s’adonner à ce procédé illégal risquent gros : trois ans d’emprisonnement et 45.000 euros d’amende pour fabrication et usage de faux selon le Code pénal, et la peine peut s’alourdir jusqu’à cinq ans de prison pour manœuvre frauduleuse.

Si quelques-uns franchissent la ligne rouge, motivés par leur scepticisme vis-à-vis du vaccin et l’argent, d’autres, tout aussi vaccino-sceptiques, préfèrent ne pas prendre de risque. «J’ai une patiente qui m’a déjà demandé de lui fournir un certificat, et de la ‘vacciner’ dans l’évier», reconnaît un médecin de la région lyonnaise qui préfère garder l’anonymat. «J’ai refusé, c’est trop dangereux».

Structuration des réseaux

Malgré l’illégalité, de vrais réseaux se constituent clandestinement, sur Telegram par exemple où un marché d’offres grandissant se structure. «Plus les pirates parviennent à augmenter leur rémunération grâce à ces activités, plus ils essaient d’améliorer leurs méthodes et d’augmenter encore leurs profits»explique Xavier Ducros de la société de cyber sécurité Check Point«Les cybercriminels se sont professionnalisés, pour cibler, en fonction de l’actualité, des zones géographiques en particulier.» Depuis les annonces du gouvernement en début de semaine par exemple, de nombreux groupes se sont constitués en français sur Telegram, avec des allures de comptes institutionnels. L’un d’eux réunit 23.000 participants. Pour 100 euros, les faussaires proposent un passe sanitaire à recevoir par la poste. «Nous avons traité une centaine de dossiers ces dernières semaines», assurent-ils dans la conversation.

Exemple de propositions illégales sur la messagerie Telegram. Captures d’écran

Évidemment, les arnaques peuvent être nombreuses. Les pirates s’évertuent donc à convaincre de la sécurité du processus. Certains publient par exemple des retours de personnes ayant reçu le précieux sésame mais la plupart ne donnent aucune assurance. Les moyens de paiement demandés sont souvent PayPal, virements bancaires ou cartes prépayées. «Il y a un vrai risque d’usurpation d’identité quand on donne des informations sensibles à des personnes malveillantes», préviens Xavier Ducros, en plus de la certitude de ne jamais revoir la somme dépensée.

Enfin, certains faussaires proposent un règlement par crypto-monnaies. C’est souvent le cas sur le Darknet, un réseau web moins accessible car non référencé par les moteurs de recherche, où les offres se multiplient. Au printemps dernier, l’entreprise Check Point y avait noté cinq principaux fournisseurs de faux certificats de vaccination.

Contacté pour cet article, le pôle judiciaire de la gendarmerie nationale n’a pas souhaité communiquer sur le sujet pour le moment. Des enquêtes sont menées néanmoins par les autorités, notamment par la brigade de lutte contre la cybercriminalité de la police judiciaire parisienne qui a mis en examen récemment six personnes pour trafic de faux certificats. Via un compte Snapchat et un employé d’un centre de vaccination à Lyon, l’équipe de faussaires aurait fourni plus de 400 faux certificats en vendant des créneaux de vaccination non honorés.

*Les prénoms ont été modifiés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :