MEMORABILIA

Plages, piscines publiques : vers un nouvel été de violences et d’incivilités ?

Scroll down to content

 Réservé aux abonnés

Remarquable exercice de style du FIGARO qui arrive à publier 120 lignes pour décrire un phénomène affectant tout le pays…sans jamais prononcer le nom de ses acteurs. Comme on dit chez ces derniers, justement , « Plus hypocrite, tu meurs » !!!!

Artofus

DÉCRYPTAGE – En 2020, la saison avait tourné au cauchemar dans de nombreuses stations balnéaires ou centres de loisirs. Habitants, commerçants et élus concernés restent préoccupés par la vague touristique qui s’annonce.

Par Luc Lenoir LE FIGARO. 16 juillet 2021

-Si vous cherchez absolument le délassement, peut-être faudra-t-il revoir certains de vos projets. Sur les côtes françaises, et dans certains sites de loisirs en ce début de saison, l’heure est à l’appréhension après un été 2020 douloureux et globalement plus violent sur l’ensemble du territoire. Première mise en garde, des affrontements dès le week-end des 3 et 4 juillet derniers aux Sables-d’Olonne (Vendée), impliquant plus d’une centaine de jeunes. Ces derniers, sur le front de mer, ont attendu le départ des CRS, autour de minuit, pour s’attaquer à deux policiers en patrouille, puis aux renforts, le calme ne revenant qu’à 5 heures du matin. Un augure pour les prochaines semaines ?

À LIRE AUSSI :Pour cet été, la montagne cherche la parade contre le tourisme de masse

L’année dernière, c’est la station balnéaire de Palavas-les-Flots (Hérault), qui avait principalement attiré l’attention : l’été y avait été cauchemardesque, entre rodéos sauvages de nuit, vols et provocations avec les commerçants, rixes et jusqu’à des coups de couteau… Dans l’incertitude du coronavirus, la ville était devenue un refuge, sa fréquentation dépassant de 40% celle des autres années. En visite sur place le 5 juillet dernier, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a promis un été serein : «L’année dernière, il y a eu des difficultés, un peu partout, sur le territoire national. Singulièrement, dans les lieux de vacances. Et évidemment ici (…). Du fait du Covid-19, beaucoup n’ont pas pu partir ailleurs qu’en France, et nous avons eu un afflux de personnes sur les plages», expliquait le ministre, espérant des «vacances sans violence». Gérald Darmanin annonçait au même moment que depuis le début du mois de juillet, 3600 policiers et gendarmes avaient été envoyés sur le littoral et en montagne, dont 280 pour l’Hérault. Le maire de Palavas, Christian Jeanjean, peut désormais compter sur 16 gendarmes mobiles pour épauler ses équipes, ce qui rassure… tout en soulignant le défi. Reste à savoir ce que penseront les Français, sur leur lieu de vacances habituel, de cette atmosphère de paix armée. L’innocence et le charme pourraient en être pour leurs frais sur tout le littoral.

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=Le_Figaro&dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfX0%3D&frame=false&hideCard=false&hideThread=true&id=1412042128826437641&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.lefigaro.fr%2Ffaits-divers%2Fplages-piscines-publiques-vers-un-nouvel-ete-de-violences-et-d-incivilites-20210716&sessionId=9ad0b256b4a582af83476f55591e72f8e9a2790b&siteScreenName=Le_Figaro&theme=light&widgetsVersion=82e1070%3A1619632193066&width=550px

Un public nouveau depuis le coronavirus

La perte d’un certain agrément : précisément ce à quoi songe, à plusieurs centaines de kilomètres de Palavas, Diane, une habituée de la côte normande qui voit aussi «les tensions monter», notamment à Trouville-Deauville. Elle l’assure : «Les touristes à problème vont revenir, évidemment. Ici, ce n’est pas en raison du Covid qu’il y a eu un afflux particulier. Nous sommes proches et bien desservis pour l’Île-de-France. L’endroit reçoit donc beaucoup de Franciliens, les embrouilles augmentent doucement depuis plusieurs années. Et nos plages sont bondées», regrette celle qui est elle-même Parisienne, et dit désormais «surtout profiter de la côte hors saison».

Le Covid aurait-il alors amplifié le mouvement à de nouvelles destinations ? Aux Sables-d’Olonne, Michel témoigne de la nouveauté de certains estivants : «C’est un profil qu’on voit pour la deuxième année ici. Ce qu’ils faisaient avant, l’été, je n’en sais rien. Mais ils ont créé un nouveau défi de sécurité». Selon nos informations, certaines des personnes interpellées ou contrôlées l’année dernière lors des heurts étaient venues des agglomérations de Nantes, Le Mans ou encore Angers.

Une partie de ce public, de façon générale, serait venue avec des chèques transports offerts par la région des Pays-de-la-Loire, logeant grâce à des aides fournies par la Caisse d’Allocation Familiale. Un choc des cultures ? «La fin de soirée typique, c’était un affrontement avec les forces de l’ordre», commente une source bien informée, qui se refuse pour autant à généraliser ou stéréotyper, se bornant à décrire les événements, qui semblent se répéter : «Un soir, l’année dernière, deux bandes ont décidé de se battre et de casser autour d’eux, de brûler les poubelles… La police nationale est intervenue, mais les effectifs présents ont été débordés par les centaines de jeunes, qui ont fini par se retourner contre eux. Il n’y a pas eu d’interpellation, les policiers ont juste essayé de sauver leur peau». Le maire Yannick Moreau (DVD), qui n’a pas souhaité commenter, a néanmoins assuré sur Twitter que «l’ordre et la tranquillité publics seront garantis cet été», avec les renforts prévus.

D’autres célèbres stations, à la clientèle internationale, ont eu aussi à expérimenter de nouveaux visiteurs. Jean, professionnel de sécurité cannois, décrit l’été 2020 comme une parenthèse : «La situation s’est un peu normalisée. L’année dernière, les touristes habituels ne sont pas venus, les Russes, les Saoudiens ou les Britanniques sont restés bloqués chez eux. L’hôtellerie-restauration, pour sauver la saison, avait dû baisser ses prix et nous nous sommes retrouvés avec des touristes français qui d’habitude partent vers le Maghreb, l’Espagne ou la Thaïlande. Et parmi eux, des voyous» analyse-t-il. Le fameux festival du cinéma, de retour, permet de «lancer la saison sur de bonnes bases, et rappeler à nos touristes historiques de venir nous voir !», espère-t-il.

À LIRE AUSSI :Présidentielle 2022 : David Lisnard n’exclut pas de participer à une primaire de la droite

À Montbéliard, 40.000 euros par mois pour la sécurité d’une piscine

Si certains retrouveront peut-être leurs destinations habituelles, d’autres, les plus jeunes, resteront probablement sur leur lieu de vie à l’année. Leur programme ? Les piscines municipales, qui redoutent elles aussi un nouvel été mouvementé.

Près de Troyes (Aube), des bagarres avaient en effet rythmé la saison au lac d’Orient. En plus de la violence, des témoins interrogés par L’Est-Eclair fustigeaient une dégradation généralisée, «La musique à fond, les ballons de foot, les déchets à même le sol…». Le maire de Mesnil-Saint-Père avait même dû prendre un arrêté interdisant la chicha, activité fixant les jeunes sur place de longues heures, et annonciatrice de débordements.

En Île-de-France plusieurs bases de loisirs avaient dû renforcer leur sécurité, les bandes rivales s’en donnant à cœur joie au sein même des bassins ou des plages artificielles, nécessitant souvent des interventions policières musclées (gaz lacrymogènes, etc.). À Étampes, une rixe sur l’île de loisirs avait nécessité de renforcer la sécurité avec des maîtres-chiens, une brigade équestre de gendarmerie, et des drones de surveillance. Une drôle d’ambiance.

À LIRE AUSSI :Près de Troyes, la tranquille plage du lac s’organise contre les bagarres

Une zone frontalière avait enfin fait parler d’elle aux dernières grandes vacances : la Franche-Comté. D’abord vue de la Suisse voisine : à Porrentruy (canton du Jura), la piscine avait fini par fermer ses portes aux ressortissants Français, pour rétablir «l’ordre public et la sécurité sanitaire», après de multiples incidents. Côté français à Pont-de-Roide (Doubs), un père de famille était sauvagement agressé au marteau en août, récoltant un enfoncement de la boîte crânienne sur la plage de la ville le long du fleuve.

Pour les riverains, interrogés par plusieurs journaux régionaux, la mise en place d’une ligne de bus vers Montbéliard avait changé définitivement l’ambiance du site. Dans le chef-lieu également, au centre nautique du quartier de la Petite-Hollande, trois maîtres nageurs et quatre médiateurs avaient été jetés dans le bassin par une horde comportant de nombreux mineurs voire à peine adolescents, pendant que le matériel était saccagé, tout ce qui pouvant l’être étant volé. La piscine avait fermé pour la fin de saison, la sécurité devenue mission impossible.

Marie-Noëlle Biguinet, maire (LR) de Montbéliard, se dit «assez confiante» pour la saison qui s’annonce, mais reste prudente. Elle souligne que les moyens ont dû être adaptés en conséquence. Pour la Petite-Hollande, «on a cette année 19 maîtres nageurs, 3 encadrants, 5 médiateurs, et 10 agents de sécurité», soit 82.000 euros en dépenses de sécurité, pour les seuls mois de juillet et août… «C’est de la folie, mais tant que les délinquants ne sont pas attrapés, nous devons assurer la sûreté de tous», assume la maire auprès du Figaro.

Une situation qu’elle espère pouvoir évoquer avec Gérald Darmanin, qui doit assister à une cérémonie à l’école de police de la ville, ce vendredi 16 juillet. Tout en restant circonspecte : «On ne résout pas des problèmes qui existent et augmentent depuis plusieurs décennies… en un été».

(Certains prénoms ont été modifiés)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :