MEMORABILIA

Afghanistan : l’Europe redoute une vague migratoire

Scroll down to content

L’avancée rapide des troupes talibanes en Afghanistan fait craindre une nouvelle vague migratoire en Europe, qui poserait un risque sécuritaire.

La foule se rue au poste-frontiere de Chaman, entre le Pakistan et l'Afghanistan le 17 juillet 2021.
La foule se rue au poste-frontière de Chaman, entre le Pakistan et l’Afghanistan le 17 juillet 2021.© BANARAS KHAN / AFP

Par Géraldine Woessner. Publié le 20/07/2021 LE POINT

Il est ressorti de leur entretien paniqué. Le 11 juillet dernier, lorsque le président du SénatGérard Larcher, rencontre à Strasbourg son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, pour soutenir la restauration d’une chapelle protestante, le président du Bundestag n’a qu’une idée en tête : la situation en Afghanistan. La rapide progression des talibans dans le pays a déjà jeté sur les routes des centaines de milliers d’Afghans – depuis janvier, 270 000 ont fui dans d’autres parties du pays, selon l’agence des réfugiés de l’ONU, venant grossir le nombre de déracinés afghans, estimé à 3,5 millions. De longues lignes de centaines de migrants ont été filmées ces derniers jours en Iran, à 700 mètres de la frontière turque, que quelque 500 Afghans franchissent quotidiennement depuis plusieurs semaines, s’inquiètent les ONG locales.

Dans une Allemagne encore traumatisée par la vague migratoire ayant accompagné le conflit syrien, la situation provoque des sueurs froides. « Schäuble est obsédé par cette menace. Je n’avais moi-même pas pris conscience que la situation était grave à ce point », confie Gérard Larcher, qui, le 15 juillet, réclame au Quai d’Orsay une note diplomatique pour l’informer d’éventuelles pistes d’anticipation. Mais alors que d’autres parlementaires s’alarment, les informations délivrées par le Quai d’Orsay, si elles donnent un état des lieux, restent très laconiques. « Les forces afghanes comme les milices locales peinent à contenir la progression des talibans », qui auraient conquis « près de la moitié des districts du pays », détaille une note que Le Point a pu consulter. La France, qui « procède à la mise en sécurité sur son sol de ses personnels afghans », a d’ores et déjà accueilli plus de 600 personnes – les 45 derniers agents locaux et leurs ayants droit ont atterri dimanche, en même temps que le dernier avion affrété pour rapatrier les Français. Mais au-delà de ces informations immédiates, ni le ministère de la Défense, ni celui de l’Intérieur, ni le Quai d’Orsay ne disent rien des dispositions prises pour prévenir une éventuelle vague migratoire.

À LIRE AUSSILuc de Barochez – Le retour du Talibanistan

La Turquie comme point d’entrée

La situation, pourtant, pourrait devenir rapidement critique. La Turquie, où vivent déjà 4 millions de réfugiés (dont 3,7 millions de Syriens), paraît peu disposée à accueillir les masses fuyant le joug taliban. Et ni l’Europe ni la France n’ont encore défini de doctrine. Jusqu’à présent, les anciens « auxiliaires afghans » se disant menacés par les talibans pouvaient bénéficier de la « protection fonctionnelle », à la condition qu’un lien soit établi entre la menace et leur ancien emploi pour les forces françaises – une précaution justifiée par le contexte explosif d’un pays gangrené par le terrorisme et le trafic de drogue, où les talibans sont loin de constituer le seul péril.

Une doctrine qu’Emmanuel Macron a fait voler en éclats au printemps, lorsqu’il a décidé de rapatrier en France l’ensemble des membres du personnel local et leurs familles. « Les services juridiques du ministère des Armées ont été pris de court », confie un député membre de la commission de la Défense. « Les ambassades et consulats étrangers à Kaboul sont assaillis de demandes. Va-t-on accorder l’asile à tout le monde ? Si ces migrants arrivent en Europe, que fera-t-on des demandeurs déboutés, que nous ne pourrons plus renvoyer en Afghanistan ? Faut-il négocier avec des pays tiers, comme l’Iran ou le Pakistan, pour qu’ils les accueillent ? » Jusqu’à présent, ces questions sont restées sans réponse.

*************************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :