MEMORABILIA

L’agenda politique caché derrière la zadisation de Paris

Scroll down to content

Un processus de destitution symbolique

Josepha Laroche – 27 août 2021 CAUSEUR

L’agenda politique caché derrière la zadisation de Paris
Le maire de Paris Anne Hidalgo, mai 2021 © CHRISTOPHE SAIDI/SIPA Numéro de reportage : 01018330_000032

Saccage de Paris. S’opérant jour après jour avec méthode, la vandalisation de la capitale par la majorité d’Anne Hidalgo (PS) ne doit rien au hasard. 


Le terme de ZAD (zone à défendre) désigne un squat ou l’occupation d’un pan de territoire afin d’empêcher un projet d’aménagement. Les militants qui mènent ce type d’intervention sont le plus souvent issus des milieux écologistes radicaux et de la mouvance gauchiste. Ces zadistes qui s’opposent généralement à un pouvoir politique local, régional ou central, utilisent les zones qu’ils ont conquises pour y développer des contreprojets à vocation politique et sociale. 

Parler de « zadisation » de Paris peut donc apparaître doublement paradoxal. Tout d’abord parce que la mise à sac et la malpropreté qui accompagnent ces raids territoriaux sont ici en l’occurrence le fait de l’équipe politique en place et non d’activistes extérieurs à la ville. Le second paradoxe tient au fait qu’en l’espèce, il n’y a aucune remise en cause d’un quelconque projet innovant. Au contraire, cette zadisation vise bien plutôt à effacer et à supprimer toutes les sédimentations patrimoniales qui ont fait jusque-là de Paris une ville historique au cachet exceptionnel. Or, le patrimoine urbanistique qui s’enracine dans une histoire multiséculaire ayant structuré la morphologie de cette cité, se trouve désormais en péril.

A lire aussi: Immigration et démographie urbaine: les cartes à peine croyables de France Stratégie

Partagés entre la fureur et la sidération, les Parisiens ne cessent depuis quelque temps de dénoncer le saccage de leur ville par l’équipe municipale elle-même, une coalition PS, PCF, EELV. Emmenés par Anne Hidalgo, les édiles de sa majorité travaillent en effet avec acharnement, – voire avec fanatisme – à zadiser Paris. Pourtant, sa beauté, son charme et sa grandeur faisaient il y a peu encore de la ville-lumière la première destination touristique au monde. Toutefois, depuis quelques années, la maire et ses conseillers ont gravement porté atteinte à son identité et à sa singularité, entraînant d’ores et déjà plusieurs dommages irréparables [1] et le départ de milliers de résidents. Ainsi, l’existant – qu’il s’agisse des perspectives, des jardins, des édifices ou encore du mobilier urbain – se retrouve-t-il bien souvent dénaturé, pillé, souillé ou même purement et simplement détruit, comme les fontaines de la Porte de la Chapelle (XVIIIe siècle). Opérée méthodiquement, jour après jour, cette vandalisation, qui bat actuellement son plein, passe tout d’abord par le triomphe de la malpropreté, une donnée sur laquelle nous allons nous attarder à présent.

La tartufferie des Verts

Sous prétexte de préserver l’environnement, les Parisiens sont sommés d’être « écoresponsables participatifs et inclusifs » et de se livrer en outre au compostage, via d’immenses conteneurs installés plus ou moins partout [2]. Tartufferie suprême, la municipalité invoque cette norme prétendument « écoresponsable » afin d’user le moins possible d’eau pour nettoyer les rues, au motif qu’il conviendrait d’économiser ce bien commun. Son recours devenant par conséquent quasiment criminalisé, le service de la voirie ne lave plus la chaussée comme par le passé. Les Parisiens en sont donc réduits à attendre la pluie pour voir leurs trottoirs débarrassés des miasmes, souillures et autres salissures qui polluent leurs quartiers parfois transformés en décharges à ciel ouvert. Dans la même logique, ils constatent que l’équipe municipale laisse tous les espaces publics non balayés et envahis par les mauvaises herbes. Or, dans le même temps, ils notent avec stupéfaction l’abattage de très nombreux arbres sains et magnifiques – parfois centenaires comme la glycine patrimoniale de la Butte Montmartre – fréquemment sans motif valable. Certes, des raisons phytosanitaires sont quelquefois invoquées pour justifier certaines coupes, mais l’opacité de l’information prédominant, il y a lieu de mettre sérieusement en question la nécessité de tronçonner avec tant de zèle [3].https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=causeur&dnt=true&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NwYWNlX2NhcmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1372721501804359684&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fwww.causeur.fr%2Fagenda-politique-zadisation-paris-anne-hidalgo-208808&sessionId=cbfb0e13763ef90cde9d3629b902c669c052254e&siteScreenName=causeur&theme=light&widgetsVersion=1890d59c%3A1627936082797&width=550px

In fine, dans une ville abandonnée telle un terrain vague, toutes ces altérations urbaines conduisent naturellement à une détérioration du cadre de vie des Parisiens et à une dégradation générale du niveau sanitaire de la cité. Alors même que sévit une pandémie mondiale, on serait pourtant en droit d’attendre un surcroît de précautions et un renforcement des mesures en termes d’hygiène publique. Or, force est de constater au contraire que nombre de rues sont à présent devenues d’immondes dépotoirs. Perpétuellement maculées, taguées, souillées, elles sont envahies par les poubelles des immeubles qui trônent en permanence sans aucun respect d’horaires. Ces récipients malodorants obstruent de la sorte la circulation des piétons, lorsque ceux-ci ne sont pas condamnés à se frayer leur chemin entre plusieurs dépôts sauvages non sanctionnés. Dans ces conditions, avec des espaces publics envahis de détritus et d’immondices qui empestent si souvent l’urine, on ne s’étonnera pas qu’il puisse régner une insalubrité inquiétante en bien des endroits, sans même parler du nord-est livré au chaos engendré par le crack et ses violences. 

A lire aussi: Champs-Elysées: l’avenue la plus bête du monde?

Sans nul doute, nous sommes face ici à une régression institutionnalisée de grande ampleur. En effet, à partir du XVIIIe siècle, pour nettoyer la capitale on se souciait avant tout d’évacuer scrupuleusement les déchets et de recourir à l’eau comme stratégie de gestion collective. Un siècle plus tard, cette précieuse ressource naturelle devenait même un des éléments les plus importants du réaménagement urbain fondé sur le triptyque : propreté, beauté, santé. A contrario, il n’existe plus rien de tel aujourd’hui. Seuls les rats, visibles dans tous les arrondissements sans exclusive, se montrent des occupants pleinement satisfaits. Finalement, dans le Paris de madame Hidalgo, la crasse est partout et le bien-être est nulle part.

Entre récup’ et bricolage infantilisant

De surcroît, le règne de la récup’ domine désormais la moindre parcelle parisienne. Ainsi, voit-on proliférer tous azimuts, les palettes de chantier, les bidons en ferraille, les cagettes et autres ustensiles improbables qui sont destinés à « végétaliser les quartiers » ou bien à édifier des bancs de bric et de broc. Ces objets recyclés participent d’une laideur insoutenable comme les centaines de milliers de bittes jaunes ou blanches en plastique et les centaines de milliers de plots en béton monumentaux, qui balafrent les rues et obstruent la circulation. Tous plus aberrants les uns que les autres, ces dispositifs déplorables contribuent de la sorte à encrasser et enlaidir l’espace urbain. 

Avenue de l’Opéra à Paris, 2021 © Daniel Ino / Saccageparis

Mais les Parisiens doivent aussi compter avec le bricolage infantilisant du « do it yourself ». Ce mode d’appropriation individuelle, qui révoque toute politique d’ensemble harmonieuse, triomphe dorénavant dans tous les secteurs, saccageant harmonie, style, perspectives et patrimoine architectural. En vertu d’une démagogie municipale sans limites, n’importe quelle petite association subventionnée peut à présent se permettre de décider strictement n’importe quoi et n’importe où en matière d’équipement, notamment au pied des arbres où ne manquent plus que les nains de jardin, alors que les classiques grilles en fonte ont en revanche disparu. En l’espèce, la suprême perversité consiste à impliquer quelques habitants du coin pour pouvoir mieux les instrumentaliser ensuite, tout en s’exonérant de la moindre responsabilité.

Une zadisation vecteur de l’idéologie woke

Devant ce terrible état des lieux, il faut bien comprendre qu’il s’agit là d’une démarche systématique et globale et non d’un malheureux laisser-aller ou d’une simple divagation urbanistique qui donnerait lieu à une accumulation de négligences. Là où d’aucuns ne perçoivent qu’une regrettable inconséquence, voire une consternante incompétence, il convient de discerner plutôt une politique délibérée et planifiée qui déroule un agenda mortifère, celui de l’idéologie woke et de la cancel culture (culture de l’effacement) qui lui est associée. C’est en effet toute une construction symbolique lentement édifiée au cours des siècles qui est aujourd’hui remise brutalement et sauvagement en cause. Par conséquent, ne voyons pas le fruit du hasard dans ces enlaidissements réitérés ou cette malpropreté sans précédent qui gangrènent Paris. Au contraire, en souillant et en profanant tout autant la qualité de vie que l’héritage légué par les ans, la zadisation de Paris témoigne d’un processus de destitution. Ce dernier concourt à priver cette ville de son statut prestigieux et de son rayonnement mondial, lui ôtant ainsi son rang jusque-là si admiré et envié. 

A lire aussi, du même auteur: Paris, la poubelle ville du monde


On l’aura compris, par-delà une saleté savamment entretenue d’année en année, l’équipe municipale entend faire avant tout table rase du passé. Il s’agit pour elle de déchoir la capitale, en la ravalant au niveau d’une vulgaire ZAD. De prime abord, une telle stratégie peut légitimement surprendre et paraître inexplicable. Mais il faut bien comprendre qu’elle n’est pas un but en soi. Elle constitue au contraire une simple étape faisant partie intégrante d’un projet plus vaste. En privant cette grande métropole de son image jadis si glorieuse, ces élus la réduisent à n’être plus qu’un vaste chantier d’expérimentation woke. Constatons en l’occurrence que madame Hidalgo et ses conseillers travaillent sans relâche à faire de Paris le centre mondial du wokisme dans lequel ils promeuvent pêle-mêle, une radicalité verte, une « égalité raciale » et une sacralisation des minorités [4]. En bref, il y a là une convergence des luttes qui œuvre pas à pas à une réécriture de l’histoire de la nation et à l’effacement de la culture française portée jusqu’ici par sa capitale. Nous vivons donc un tournant suffisamment inquiétant pour que le risque paraisse désormais bien réel de voir Paris devenir demain un champ de ruines. C’est dire l’impérieuse nécessité de mettre rapidement un terme définitif aux agissements malfaisants de cette politique de dévastation en marche.


[1] Mentionnons la disparition de nombreuses fontaines Wallace, des kiosques à journaux haussmanniens et de bien des lampadaires en bronze, ou encore celle de quantité de colonnes Morris.

[2] La Ville de Paris expérimente depuis 2017 la collecte des déchets alimentaires. Les 2e, 12e et 19arrondissements sont pilotes en la matière.

[3] Plus de 15 000 arbres ont été abattus ces six dernières années (chiffre donné en février 2020 au quotidien Le Parisien par Pénélope Komitès, alors adjointe d’Anne Hidalgo chargée des espaces verts).

[4] La municipalité a, par exemple, édifié de manière définitive des passages pour piétons aux couleurs arc-en-ciel LGBTQI dans le 4e arrondissement de Paris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :