MEMORABILIA

Mathieu Bock-Côté: «Mutation démographique, la fin d’un déni»

Réservé aux abonnés

Par Mathieu Bock-Côté Publié le 27/08/2021 LE FIGARO

CHRONIQUE – Une grande étude de France Stratégie, portant sur la proportion de la population d’origine extra-européenne en France, montre que dans certains quartiers et certaines villes, elle est très clairement majoritaire.

Ils se disent étonnés, surpris, bouleversés, ébaubis. Qui? Tous ceux qui font semblant de découvrir la grande mutation démographique dans laquelle la France s’est engagée depuis des décennies. Vraiment? Pourquoi personne ne leur avait rien dit? Ils veulent bien le croire, désormais, suite à la révélation par Causeur d’une grande étude à partir des données de l’Insee de France Stratégie, un organisme de prospective rattaché au premier ministre et réalisée en 2020, portant sur la proportion de la population d’origine extra-européenne en France. Dans certains quartiers et certaines villes, elle est très clairement majoritaire. Et le phénomène dépasse largement, désormais, la Seine-Saint-Denis. Des villes, comme Rennes et Limoges et bien d’autres, sont concernées par cette mutation démographique. Le parti médiatique est désemparé.À découvrir

À LIRE AUSSIMathieu Bock-Côté: «La “communauté catholique”, vraiment?»

Auparavant, il voulait voir dans l’immigration massive un fantasme et ceux qui osaient le contredire d’une manière ou d’une autre étaient accusés de basculer dans le complotisme nauséabond et de relayer une théorie conspirationniste. Ils risquaient l’extrême-droitisation, le bannissement civique. Ils devenaient les parias et les maudits d’une classe politico-médiatique fonctionnant au déni sur ce sujet.

Une forme de sécession

Aujourd’hui, les «dénieurs» prennent acte de cette mutation mais la jugent lumineuse en répétant que «la diversité est une chance pour la France». Ils accusent évidemment ceux qui s’en inquiètent de vivre dans le passé, de cultiver la nostalgie, d’appartenir au monde d’hier, et de sentir la poussière. Fier rallié à la diversité en marche, c’est avec des trémolos dans la voix que Jean-Luc Mélenchon parlait il y a quelque temps de la créolisation de la France.

Certes, cette grande mutation cause quelques soucis chez ceux qui habitent encore, au moins à temps partiel, le monde réel. François Hollande n’avait-il pas déjà osé parler d’une situation objective de «partition» ethnique? La formule est confirmée par les faits et l’étude de France Stratégie parle pudiquement quant à elle de ségrégation résidentielle. Les prénoms d’origine étrangère qui deviennent la norme dans certains quartiers ne témoignent-ils pas d’une forme de sécession, les codes culturels du pays d’origine s’imposant même au-delà d’une génération? La transformation des territoires perdus de la République en zones perdues de l’identité française n’est-elle pas au cœur de l’actualité depuis des années? Un islam conquérant n’est-il pas en train d’imposer ses mœurs dans un nombre croissant de quartiers?

À LIRE AUSSIMathieu Bock-Côté: «La déseuropéanisation du christianisme»

Tout n’est donc pas rose. Mais s’il s’agit de reconnaître quelques ratés à cette mutation, pourquoi ne pas en faire porter la responsabilité à la population historique française? Tel est le pari des élites diversitaires qui l’accuseront donc de manquer d’enthousiasme pour la «mixité sociale». Elles insistent: les vrais coupables ne seraient-ils pas ces Français qui goûtent bien peu l’exil culturel dans certains quartiers de leur propre pays et font ce qu’ils peuvent pour continuer de vivre encore dans une France ressemblant culturellement à ce qu’on appelait traditionnellement la France? Parce qu’ils fuient les quartiers démographiquement modifiés, ne sont-ils pas les premiers responsables de cette France morcelée? Ceux qu’on appelait hier les «Français de souche» sont les vrais séparatistes, osent-ils affirmer.

Patrie de rechange

Évidemment, le parti du «circulez, y a rien à voir» ne désarme pas. Les démographes lyssenkistes répètent que le pourcentage d’étrangers en France ne varie pas, en oubliant de préciser qu’il n’en est ainsi qu’en raison du nombre très élevé de naturalisations et à la législation sur le droit du sol.

À LIRE AUSSIMathieu Bock-Côté: «La démocratie libérale peut-elle survivre?»

Le droit devient étranger aux mœurs, au point même de se définir contre elles et de les assimiler à un système discriminatoire à déconstruire. Beaucoup parleront lyriquement de la France d’aujourd’hui, à laquelle il faudrait s’adapter. Le peuple français historique, lui, devient finalement une composante parmi d’autres de cette nouvelle France. Le fait est là: bien des Français se sentent désormais étrangers là où ils vivent, en leur propre pays, le seul qu’ils aient, car ils n’ont pas de patrie de rechange. Ils s’inquiètent: seront-ils un jour un résidu historique, puisqu’on leur promet un destin de moignon démographique?

L’assimilation des immigrés est possible seulement si le peuple historique d’un pays impose encore sans ambiguïté sa culture de référence. Il n’en est plus ainsi. Un pays ne saurait être indifférent à la population qui le compose.

Et devenir minoritaire chez soi est un drame pour n’importe quel peuple.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :