MEMORABILIA

L’éditorial du Figaro Magazine: «La course aux allocs»

Réservé aux abonnés

Par Guillame Roquette. FIGARO-MAGAZINE. 3 septembre 2021

Guillaume Roquette. Le Figaro

Au pays le plus généreux du monde, nul ne peut impunément critiquer la sacro-sainte solidarité nationale et les abus, pourtant manifestes, de notre modèle social.

Jean-Michel Blanquer n’a pas froid aux yeux. En sous-entendant que l’allocation de rentrée scolaire servait parfois à acheter des écrans plats, il a évidemment déclenché un concert de protestations. «Mépris des plus pauvres», «suspicion envers les familles précaires», «cynisme»… voilà le malheureux ministre de l’Éducation nationale rhabillé pour l’hiver. Et pourtant, son propos était frappé au coin du bon sens: pour éviter que l’allocation soit détournée de son objet, il suggérait simplement de la transformer en bons d’achat de fournitures scolaires.

La semaine du FigaroVoxNewsletter

Le samedi

Retrouvez les chroniques, les analyses et les tribunes qui animent le monde des idées et l’actualité. Garanti sans langue de bois.S’INSCRIRE

À LIRE AUSSIJean-Michel Blanquer, la cinquième rentrée d’un ministre à l’exceptionnelle longévité

Mais au pays le plus généreux du monde, nul ne peut impunément critiquer la sacro-sainte solidarité nationale et les abus, pourtant manifestes, de notre modèle social. Certains restaurateurs n’ont jamais aussi bien vécu que pendant le confinement grâce aux aides de l’État? Chut, il ne faut pas le dire. La fraude massive aux cartes Vitale? N’en parlons pas, ça stigmatiserait les étrangers. Le coût indécent des intermittents du spectacle? Ceux qui le critiquent sont des ennemis de la culture. Les 500.000 emplois non pourvus malgré nos 2,4 millions de chômeurs? Personne ou presque n’ose reconnaître que des indemnisations chômage trop généreuses peuvent dissuader de rechercher un travail. Sauf évidemment les professionnels qui transpirent sang et eau pour trouver les salariés qui leur manquent.

Il fut un temps où Emmanuel Macron osait dire que les aides sociales coûtaient «un pognon de dingue» sans que les gens s’en sortent pour autant et qu’on pouvait parfois trouver un emploi rien qu’en traversant la rue. Mais ça, c’était avant. À huit mois de l’échéance présidentielle, le gouvernement préfère mettre en place (fin septembre) un «revenu d’engagement» ressemblant fort à un RSA jeunes qui ne dit pas son nom. Et nul ne sait encore si la réforme, courageuse, de l’indemnisation du chômage ira finalement à son terme.Pour être populaire, mieux vaut dire qu’on va prendre aux riches pour reverser aux pauvres que de réformer des dispositifs dont les effets pervers sont pourtant flagrants

En 2011, Laurent Wauquiez avait fait scandale en affirmant que l’assistanat était le cancer de la société française. Mais le nombre de titulaires du RSA a encore augmenté depuis. Et les irrégularités du système n’ont pas été corrigées. Une commission d’enquête parlementaire sur la fraude sociale révélait l’année dernière qu’il y a 5 millions d’assurés sociaux de plus que de résidents en France. Elle dénonçait aussi une «culture du versement» chez les organismes (Cnam, Cnav…) chargés de distribuer les prestations, peu enclins à effectuer des contrôles, «comme si le fait même de contrôler pouvait être assimilé à de la suspicion».

À LIRE AUSSIComment la crise a amplifié la fraude et les erreurs au versement des prestations sociales

La préférence française pour l’allocation, qui perdure d’une majorité à l’autre, est le reflet de notre obsession de l’égalité. Pour être populaire, mieux vaut dire qu’on va prendre aux riches pour reverser aux pauvres que de réformer des dispositifs dont les effets pervers sont pourtant flagrants. Confucius préférait apprendre à un homme à pêcher plutôt que de lui donner un poisson. Nos politiques, eux, préfèrent trop souvent promettre le poisson du voisin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :