MEMORABILIA

Vingt ans après le 11 Septembre, pourquoi il faut relire Le Choc des civilisations

Par Alexandre Devecchio. 9 septembre 2021. LE FIGARO

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Shimon Peres (
à gauche), s’entretient avec Samuel P. Huntington, de l’Université de Harvard, avant un débat d’experts au Forum économique mondial à New York, le 3 février 2002. Reuters Photographer/REUTERS

ANALYSE – A l’inverse de Francis Fukuyama, Samuel P. Huntington voyait dans le nouvel ordre mondial qui suivait la guerre froide un rirsque d’émergence des conflits tribaux et religieux. Les nations occidentales, en délaissant leurs identités et en menant une politique globale, acceptaient de devenir multicivilationnelles.

Nous sommes le 12 septembre 2001 au matin. Le XXIsiècle vient de commencer selon un scénario que personne ou presque n’avait anticipé. Les avions de lignes détournés par les terroristes sont, non seulement, venus percuter les tours jumelles du World Trade Center ainsi que les bâtiments du Pentagone, mais aussi les visions du monde les plus ancrées. Quelle grille pour analyser le nouveau monde en train d’émerger des attentats du 11 Septembre? La presse française et internationale redécouvre alors un ouvrage écrit par l’américain Samuel Huntington cinq ans plus tôt. Son titre: Le Choc des civilisations. Lors de sa parution en 1996, la thèse du professeur à Harvard avait pourtant été dénigrée par la majorité du monde universitaire.

À l’époque, c’était un autre ouvrage qui faisait autorité: La Fin de l’histoire et le Dernier Homme de l’économiste Francis Fukuyama. Publié en 1992 alors que l’URSS venait de s’effondrer, le livre de Fukuyama affirme que la fin de la guerre froide marque le triomphe planétaire de la démocratie et du libéralisme. Dans le sillage de ce best-seller, la plupart des élites rêvaient alors d’un nouveau monde post-national gouverné et pacifié par les experts, le droit et le doux commerce.

Nous éviterons une guerre généralisée entre civilisations si, dans le monde entier, les chefs politiques admettent que la politique globale est devenue multicivilisationnelle et coopèrent à préserver cet état de faitSamuel Huntington

Tout au contraire, Huntington, dans Le Choc des civilisations, voit dans le terme de la guerre froide, non le début d’un vivre-ensemble planétaire mais le commencement d’une nouvelle ère encore plus chaotique. Aux conflits entre blocs idéologiques va succéder, selon lui, le choc des civilisations, c’est-à-dire des affrontements culturels, religieux, ethniques. A posteriorile 11 Septembre semble invalider la thèse de Fukuyama et valider celle de Huntington. Mais la revanche et la réhabilitation de ce dernier seront de courte durée.

«Culture de Davos»

Une fois passé la sidération créée par les attentats, Le Choc des civilisations ne va cesser d’être diabolisé. De l’islamologue Olivier Roy à BHL, en passant par Jacques Chirac, en France, les nombreux détracteurs de Huntington réduisent le livre à son titre sans tenir compte de son contenu. On lui reproche d’opposer de manière manichéenne et essentialiste l’Occident et l’Islam, et d’être l’inspirateur des guerres en Afghanistan et en Irak menées par les néoconservateurs américains pour exporter la démocratie. Or, tout au contraire, Huntington, fustigeant ce qu’il appelle «la culture de Davos», ne cesse de mettre en garde l’Occident contre ses prétentions universalistes. Et pointe le danger d’une politique globale qui, dans un contexte de réaffirmation identitaire et de retour en force de la religion, ne peut, selon lui, que conduire à l’escalade de la violence.

«Les Occidentaux doivent admettre que leur civilisation est unique, mais pas universelle. Nous éviterons une guerre généralisée entre civilisations si, dans le monde entier, les chefs politiques admettent que la politique globale est devenue multicivilisationnelle et coopèrent à préserver cet état de fait», explique-t-il. De manière subtile, Huntington distingue «occidentalisation» et «modernisation», précisant que la modernisation ne donne nullement lieu à l’occidentalisation des sociétés non occidentales. Autrement dit, si les peuples non occidentaux aspirent au confort moderne, à la prospérité économique et aux progrès technologiques, ils ne se reconnaissent pas pour autant dans les valeurs et la culture occidentale et désirent conserver leur propre identité et leurs traditions.

«Civilisations multiples»

Si, sur fond d’explosion démographique de nombreux pays musulmans et de montée en puissance de l’islamisme. Huntington s’inquiète d’un éventuel conflit entre l’Occident et l’islam, il ne le souhaite nullement et montre tout autant le danger représenté par l’affirmation économique et militaire de la Chine. Contrairement à ce qui a été beaucoup écrit, il ne fait pas non plus de l’islam un bloc monolithique. L’auteur constate cependant la confusion qui y règne entre politique et religion et qui, selon lui, rend une partie des musulmans «inassimilables»Le Choc des civilisations contient une critique du multiculturalisme qui fait redouter à Huntington l’apparition «de pays aux civilisations multiples», et le risque de phénomènes séparatistes. «Les guerres tribales et les conflits ethniques feront rage à l’intérieur même des civilisations», prédit Huntington qui observe avec inquiétude le déclin de la civilisation occidentale et la déconstruction identitaire des États-Unis. Réflexion qu’il poursuivra peu avant sa mort dans son ultime livre, Qui sommes-nous?.

Vingt-cinq ans après sa parution, vingt ans après le 11 Septembre, à l’heure où les États-Unis quittent Kaboul de manière chaotiqueoù la Chine semble sortir renforcée de la crise du Covid et où la gauche woke mène l’offensive, les événements semblent donner raison à Huntington.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :