MEMORABILIA

Sécurité: derrière le succès populaire de BAC nord, un défi politique

Réservé aux abonnés

Par Arthur Berdah. 21 septembre 2021. LE FIGARO

Gilles Lellouche (Greg), dans BAC nord. Le film de Cédric Jimenez assume d’épouser le point de vue de 3 des 18 policiers incriminés. JEROME MACE CHIFOUMI PRODUCTIONS

DÉCRYPTAGE – Avec plus de 1 million et demi d’entrées, le film s’est imposé comme un incontournable de la rentrée, confirmant que la sécurité serait l’un des thèmes forts de la campagne de 2022.

Une critique médiatique divisée. Une appréciation politique clivée. Mais un succès populaire incontesté. Avec déjà plus de 1 million et demi d’entrées, malgré un contexte sanitaire défavorable pour le secteur du cinéma, BAC nord s’est imposé comme l’un des incontournables de cette rentrée.À découvrir

À LIRE AUSSIL’histoire vraie qui a inspiré le film BAC nord: une brigade de «super flics» aux méthodes équivoques

Le film, qui s’inspire de l’histoire vraie de «baqueux» marseillais jugés pour avoir volé ou extorqué des dealers et des revendeurs de cigarettes de contrebande en 2012, assume d’épouser le point de vue de trois des 18 incriminés. Lesquels risquent leur carrière puis leur vie pour une intervention anti-stups à haut risque dans les quartiers nord, avant d’être lâchés par leur hiérarchie.

Un parti pris qui s’affranchit de la dimension judiciaire – l’affaire n’est, à ce jour, pas terminée. Au risque de braquer une partie de la gauche. À l’instar du rappeur marseillais Soso Maness, qui a dénoncé un «film de merde» à la Fête de l’Humanité, où le public lui a répondu avec des slogans antipolice.Découvrez la bande-annonce du film «Bac nord»Play VideoPlayUnmuteCurrent Time 0:03/Duration 1:49Loaded: 90.97% PartagerFullscreenACTIVER LE SON

Découvrez la bande-annonce du film «Bac nord» – Regarder sur Figaro Live

Une géographie particulière, qui fragmente Marseille

«Oui, c’est pro-flics, et alors! Pourquoi pas! J’ai été le ministre de la Police, et la police le mérite», défend Manuel Valls, auprès du Figaro. L’ancien chef du gouvernement, qui était encore à Beauvau au moment des faits, a d’ailleurs eu la surprise de se découvrir à l’écran lorsqu’il s’est rendu en salle la semaine dernière. On l’y voit à l’Assemblée nationale, répondre à l’interpellation du député PS de l’époque Patrick Mennucci. Bien qu’il juge l’extrait en question à la fois partiel et partial – il y condamne sans nuance les écarts présumés des fonctionnaires -, l’ex-premier ministre a apprécié la projection. Il faut dire que le résultat est particulièrement réaliste. «Il y est question de quartiers ghettoïsés qui échappent à tout contrôle, dans lesquels bourreaux et victimes se confondent, de même que trafiquants et habitants… Tout ça, je l’ai vu, je l’ai vécu», témoigne-t-il, lui qui s’est rendu à de très nombreuses reprises à Marseille, entre 2012 et 2017, pour y représenter l’exécutif.

À LIRE AUSSIBAC nord: «Ce film nous raconte, nous petits flics, à hauteur du bitume»

Depuis, rien ou presque ne s’est arrangé dans la Cité phocéenne. Outre les problèmes de logement, d’éducation, de pauvreté, de chômage et de transport, l’insécurité et la délinquance minent elles aussi la deuxième métropole de France. Pas un mois – quand ça n’est pas une semaine – ne passe sans qu’un règlement de comptes sanglant vienne faire les gros titres. La faute, d’abord, à une géographie particulière, qui fragmente la ville: d’un côté le nord, enclavé, coincé entre littoral maritime et massif montagneux, où des noyaux villageois côtoient les cités ; et de l’autre le sud et le centre, mieux desservis, plus urbanisés et attractifs. La faute, aussi, à une gestion municipale défaillante depuis un demi-siècle, marquée par des renoncements en série et des accommodements pas toujours raisonnables.

C’est ce sombre tableau qui a incité Emmanuel Macron à choisir la Cité phocéenne, début septembre, pour une visite historique de trois jours. Une plongée long format qui l’a, entre autres, amené à déambuler au pied des tours, puis dans le quartier de Bassens.«200 policiers en 2022, caméras de surveillance dans les quartiers nord»…: Emmanuel Macron dévoile ses mesures pour la sécurité à MarseillePauseUnmute ACTIVER LE SON

«200 policiers en 2022, caméras de surveillance dans les quartiers nord»…: Emmanuel Macron dévoile ses mesures pour la sécurité à Marseille – Regarder sur Figaro Live

Des images familières de quasi-zones de non-droit

«Alors que le président va faire un show médiatique à Marseille, la réalité c’est BAC nord ! Allez le voir! Prenez conscience de cette terrible réalité et de l’urgence à reprendre la main», a aussitôt fulminé Marine Le Pen sur Twitter, en découvrant les images. Le conseil de la candidate RN ne s’adressait évidemment pas au président de la République, qui a lui aussi déjà vu le film, mais plutôt aux Français en colère, las de voir l’Élysée changer de couleur politique tous les cinq ans, sans que cela ne s’en ressente dans leur quotidien. Ces Français qui ont eu la désagréable sensation de voir des images familières. Celles de quasi-zones de non-droit, où la République a disparu peu à peu. Des territoires qui obéissent à leurs propres lois, et où les forces de l’ordre n’ont plus droit de cité.

À LIRE AUSSIDrogue, violence, clientélisme: Marseille reste minée par ses vieux démons

En clair, tout ce qui va sans doute participer – et qui participe déjà – du débat pour la prochaine élection présidentielle. Marine Le Pen l’a identifié, mais elle est loin d’être la seule. Elle est désormais concurrencée sur ce terrain par son adversaire putatif Éric Zemmour, tandis que la droite reste en embuscade en attendant de désigner son candidat. Quant à Emmanuel Macron, il a longtemps privilégié une approche économique et sociale du sujet, avant de sembler opter finalement pour la fermeté. Cela supposerait toutefois d’assumer l’abandon du «en même temps».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :