MEMORABILIA

L’éditorial du Figaro: «Éric Zemmour et l’ère du vide»


Réservé aux abonnés

Par Vincent Trémolet de Villers. LE FIGARO. 3 octobre 2021

Par Vincent Trémolet de Villers, directeur adjoint de la rédaction.

Le petit théâtre antifasciste a rouvert ses portes. On y joue toujours la même pièce, Le Retour des années 1930, mais c’est désormais sur le visage d’Éric Zemmour que l’on peint la moustache de Hitler. Sur la scène, aux côtés des vieux routiers de l’indignation venus de la gauche, se pressent désormais des comédiens que l’on attendait moins. Les macronistes, à Avignon, ont épuisé en un week-end l’intégralité du champ lexical olfactif («remugles», «nauséabond», «fétide») tandis que Gérard Larcher lâchait sur Europe 1: Zemmour, c’est «radio Kaboul».Les dignitaires LR défilent un à un pour expliquer qu’ils n’ont rien en commun avec un homme qui était reçu «comme chez lui» au parti, avec qui ils déjeunaient volontiers, dans les émissions duquel ils suppliaient d’être invités. Mais Zemmour est-il encore un homme? Jean-Marc Borello, Marcheur historique, y voit un «virus». Un «virus»? Les années 1930 ne sont pas toujours là où on les cherche…

La semaine du FigaroVoxNewsletter

Le samedi

Retrouvez les chroniques, les analyses et les tribunes qui animent le monde des idées et l’actualité. Garanti sans langue de bois.S’INSCRIRE

À LIRE AUSSIPrésidentielle 2022: Emmanuel Macron garde un œil sur Éric Zemmour

Malgré eux, tous ces indignés forment la première ligne de l’équipe de campagne d’Éric Zemmour. Comme l’antitrumpisme à front de taureau – on se souvient des «déplorables» moqués par Hillary Clinton – fut un providentiel levier médiatique et électoral pour le candidat américain, l’antizemmourisme outrancier est une des causes de l’envol du presque candidat dans les sondages.

La droite, dans cette histoire, ne peut s’en prendre qu’à elle-même. Empêtrée depuis des mois dans d’assommantes procédures, elle est inaudible sur le délitement de l’autorité, la pression migratoire, la délinquance ordinaire, le déclassement économique du pays, les enjeux climatiques. Ses électeurs tendent l’oreille, mais n’entendent rien d’autre que la disqualification morale de l’auteur du Suicide français!

Zemmour n’a ni parti, ni structure, ni équipe, ni programme, ni expérience du pouvoir, et son aventure politique a quelque chose d’abracadabrantesque. Pourtant, il exerce une attraction plus forte que tous les professionnels réunis. Feu de paille ou poutre qui travaille, son succès est d’abord le symptôme d’une défaillance politique collective.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :