MEMORABILIA

France 2030 : la (très) timide conversion de Macron à la relance de l’industrie

Scroll down to content
France 2030 : la (très) timide conversion de Macron à la relance de l’industrie
Emmanuel Macron s’est livré à une longue analyse lénifiante sur l’industrie du futur
Crédit Ludovic MARIN / POOL / AFP

Fébrilité

Par Mathias Thépot

Publié le 12/10/2021 MARIANNE

Le président de la République a dévoilé les grandes lignes de son plan d’investissement dans l’industrie à l’horizon 2030. Problème : celui-ci est sous dimensionné financièrement et ne répond pas aux problèmes de concurrence à l’intérieur de la zone euro.

Le télévangéliste Macron était de sortie ce mardi 12 octobre. À l’Élysée, face à un parterre d’experts et d’étudiants, il a déroulé durant plus d’une heure et demie sa vision du monde et de l’industrie pour les dix prochaines années. Parfois lénifiante, la longue présentation du plan « France 2030 » du chef de l’État n’en révèle pas moins sa conversion – au moins dans le discours – à la relance de l’industrie. Lui qui avait pourtant laissé filer ces dernières années des entreprises stratégiques comme Alstom et Technip aux mains des Américains.

Finis donc les discours dépassés sur la résilience contrainte face à une mondialisation inéluctable auxquels plus personne ne croit – la crise sanitaire ayant montré à l’opinion publique et même aux élites la nécessité de réindustrialiser le pays. Ainsi, Macron avance désormais qu’il souhaite « relocaliser et rebâtir un début de souveraineté ». « C’est frappant à quel point le discours du chef de l’État a changé du tout au tout depuis la crise sanitaire », note François Geerolf, économiste à UCLA, qui salue toutefois ce virage politique à « 180 degrés » vers plus de souveraineté industrielle.

UNE DEMI-JOURNÉE DE PIB PAR AN POUR L’INDUSTRIE !

Au menu de son plan : des investissements dans le nucléaire, l’hydrogène vert, la décarbonation de l’industrie, les start-up, l’avion bas-carbone, les véhicules électriques, les bio-médicaments, le secteur spatial, l’agriculture et l’agroalimentaire, l’exploration des fonds marins et les semi-conducteurs. Le Macron nouveau qui revêt ses habits de planificateur veut croire que « le rêve est possible » et aimerait que tous les acteurs privés et publics se mettent en « mode commando ».https://edda07536775dd3a503185622bc0ffc8.safeframe.googlesyndication.com/safeframe/1-0-38/html/container.html

Mais il ne convainc pas. Pour quelles raisons ? D’abord la très faible ambition financière de son plan. En effet, il est pour l’instant chiffré à seulement 30 milliards d’euros sur neuf ans (d’ici 2030) soit un peu plus de 3 milliards par an. Cela représente seulement… 0,15 % du PIB chaque année ! Autrement dit, la France consacrera une demi-journée de création de richesse par an à la relance de ses industries stratégiques. C’est très peu. Pis, si l’on regarde dans le rétroviseur, on constate que le plan de relance de 100 milliards d’euros de septembre 2020 et le plan d’investissement de 57 milliards d’euros du début du quinquennat étaient bien plus ambitieux, alors même qu’ils n’ont pas été reconnus pour leur caractère démesuré.

DÉCEPTION SUR LE NUCLÉAIRE

Quels que soient les enjeux, l’exécutif reste en fait arc-bouté sur ses vieux principes de maîtrise des déficits et de la dépense publique sur le long terme, quand bien même la dépense serait des plus productives. « Je n’ai jamais pensé que l’on pouvait construire l’avenir du pays à crédit ou à découvert » a réaffirmé le chef de l’État ce mardi 12 octobre.

Sur le nucléaire par exemple, l’ambition du plan a dû en décevoir plus d’un : seulement 1 milliard d’euros sera débloqué sur 10 ans pour soutenir le développement, entre autres, des Small modular reactors (SMR), ces mini-réacteurs d’une puissance dix fois moins qu’un réacteur classique, censés représenter le nucléaire du futur pour la France. C’est à peine plus de 100 millions d’euros par an. Alors que le budget annuel de la R&D publique pour le nucléaire dépasse les 700 millions d’euros, tout comme le budget R&D d’EDF. Les défenseurs des énergies renouvelables seront encore plus déçus : le plan ne leur consacre que 500 millions d’euros d’ici 2030.

QUELLE SOUVERAINETÉ ?

« France 2030 » est donc davantage politique qu’ambitieux. Mais l’économiste François Geerolf concède tout de même qu’il y a dans ce plan un meilleur ciblage des secteurs stratégiques. « Jusqu’ici, la politique industrielle consistait à créer des niches fiscales de manière totalement horizontale, sans différenciation entre secteur de l’économie. » Ainsi se sont imposés dans le paysage français des dispositifs comme le crédit d’impôt compétitivité et emploi (CICE) ou le crédit d’impôt recherche (CIR), qui ont tous les deux montré leur coût très élevé pour les finances publiques et leur inefficacité, comme l’expliquent deux études de France Stratégie ici et . De l’argent public qui est venu gonfler les marges des plus grandes entreprises, sans que la France ne se réindustrialise pour autant. Dès lors, pourquoi ne pas réduire la voilure sur ces dispositifs, tout en réorientant les fonds vers les secteurs industriels dits stratégiques ? Hélas, de cela, il n’a pas été question dans les annonces du chef de l’État.

Dernier grief, Emmanuel Macron ne tranche pas véritablement entre souveraineté industrielle française et européenne. Il compte faire les deux. Mais n’est ce pas un vœu pieux ? Car les intérêts divergent entre pays européens. En effet, « si l’Europe est en réalité surindustrialisée par rapport au reste du monde, avec lequel elle a un surplus commercial. En revanche, la France, elle, est désindustrialisée », rappelle François Geerolf. Emmanuel Macron espère-t-il que la France fasse cavalier seul pour son industrie ; où qu’elle laisse, comme c’est le cas jusqu’ici, ses entreprises subir la loi de leurs concurrentes allemandes, notamment, qui leur sont supérieures ? Sur ce point, « Emmanuel Macron reste ambigu », s’inquiète l’économiste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :