MEMORABILIA

Mathieu Bock-Côté: «La droite cesserait-elle d’être dominée?»

Réservé aux abonnés

Par Mathieu Bock-Côté Le figaro. 15 octobre 2021

CHRONIQUE – La droite peut amorcer un retournement du jeu politique si elle parvient à s’affranchir complètement de la mécanique de la diabolisation, ce qui implique toutefois qu’elle cesse d’accorder le moindre crédit au concept d’«extrême droite».

On pourrait dire des trente dernières années qu’elles ont été marquées, politiquement, par un désir de remplacer le clivage gauche-droite. Associé globalement à l’opposition entre le socialisme et le libéralisme au moment de la guerre froide, il semblait d’un coup périmé ou, du moins, inopérant, d’autant que de nouvelles préoccupations identitaires, culturelles et sociétales en venaient à prendre le relais de la question sociale, congelée dans les paramètres d’une «mondialisation heureuse» condamnant chaque pays à adopter à peu près le même modèle de société.

La semaine du FigaroVoxNewsletter

Le samedi

Retrouvez les chroniques, les analyses et les tribunes qui animent le monde des idées et l’actualité. Garanti sans langue de bois.S’INSCRIRE

À LIRE AUSSIÉric Zemmour, le phénomène: ira-t-il jusqu’au bout?

Mais comment mettre en scène ces nouvelles querelles? Les uns proposèrent de remplacer le clivage gauche-droite par celui entre souverainistes et mondialistes, les autres, par celui entre conservateurs et progressistes et même entre républicains et démocrates. Aucune de ces propositions n’est toutefois parvenue à s’imposer vraiment, et cela encore moins en France, où le clivage gauche-droite semble inscrit dans la psyché nationale et conditionne en profondeur les comportements politiques, et plus encore les réflexes qui les alimentent.

Il faut dire, et même redire, que le clivage gauche-droite a joué historiquement à l’avantage exclusif de la gauche, qui s’autoproclame gauche, et rejette ensuite à droite ceux dont elle ne veut plus dans ses rangs. C’est d’ailleurs ainsi que la gauche se renouvelle, au gré des avant-gardes, qui purgent la famille de ceux qui ne suivent pas leur rythme et ne se soumettent pas à leurs innovations idéologiques. Pour la gauche intellectuelle, il suffit de marquer une idée à droite pour la disqualifier. D’ailleurs, on ne passe pas à droite: on y dérive, comme on le dit chez les intellectuels à propos des membres de cette tribu qui commencent trop ouvertement à mal penser.

Au-delà de Zemmour, la droite renoue avec ce que l’on pourrait appeler son substrat en se rapprochant de la question identitaire

On ne pense pas à droite: on rumine des idées sombres, on nage dans les eaux troubles, on se noie dans des pensées noires. On en entendra même, chez les intellectuels de gauche en rupture avec leur tribu, expliquer que ce n’est pas eux qui ont quitté la gauche mais la gauche qui les a quittés, comme s’ils demeuraient hypnotisés par ce mot. La gauche a tout intérêt à maintenir en vie un clivage qui l’avantage et qui lui assure un surplomb moral dans la définition des termes de la vie politique. Car c’est elle, en dernière instance, qui décide qui est à droite, qui est très à droite, qui est trop à droite et, plus encore, qui est à l’extrême droite.

Ces considérations sur le clivage gauche-droite devraient aller de soi. Il faut toutefois les amender à la lumière de l’actualité politique. On a beaucoup dit de la candidature probable d’Éric Zemmour qu’elle s’inscrit dans la tradition de la droite bonapartiste, associée au RPR, qu’il entend faire revivre. Au-delà de Zemmour, la droite renoue avec ce que l’on pourrait appeler son substrat en se rapprochant de la question identitaire. Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, par exemple, ont quitté Les Républicains à cause de la ligne Wauquiez, il y a quelques années, mais y reviennent en l’empruntant. Michel Barniers’est quant à lui prononcé en faveur d’un moratoire sur l’immigration.

Comment la droite peut-elle être autre chose qu’une gauche pâle ou une gauche au ralenti ?

À travers la question identitaire, la droite touche à la définition même du lien social et marque une opposition avec une vision constructiviste et strictement artificialiste du lien social, qui pousse à dénoyauter un pays de son identité historique et à gommer son substrat culturel et ses mœurs, avant de se soumettre à une nouvelle identité, par mauvaise conscience occidentale. Une question toujours revient: comment la droite peut-elle être autre chose qu’une gauche pâle ou une gauche au ralenti? Sa vision pourrait tenir en une formule simple: il importe que la France demeure le pays du peuple français.

La droite peut-elle retourner le clivage gauche-droite à son avantage? On aime bien parler de la droite décomplexée. La formule est ambiguë puisqu’elle prend souvent la forme d’un reproche: de la droite décomplexée il faut se méfier, puisque désinhibée, et connectée aux basses passions. Elle peut toutefois amorcer un retournement du jeu politique si elle parvient à s’affranchir complètement de la mécanique de la diabolisation, ce qui implique toutefois qu’elle cesse d’accorder le moindre crédit au concept d’«extrême droite».

À LIRE AUSSIPrésidentielle: les électeurs de droite déboussolés

Elle a été victime d’une forme d’écartèlement politique entre une droite «républicaine» paralysée par sa peur d’être trop à droite et une droite populiste enfermée dans une fonction tribunicienne qui l’excluait structurellement du pouvoir. Son courant idéologiquement majoritaire était électoralement écrasé entre deux formations, ce qui le condamnait à s’exprimer principalement dans les médias sans trouver vraiment d’incarnation politique convaincante. Peut-être est-ce la dernière étape qu’elle doit franchir pour redéfinir à son avantage l’espace politique?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :