MEMORABILIA

Erdogan durcit le bras de fer avec l’Occident

Réservé aux abonnés

Par Anne Andlauer LE FIGARO 23 octobre 2021

ANALYSE – Le président turc a annoncé l’expulsion d’une dizaine d’ambassadeurs occidentaux, dont ceux de la France, de l’Allemagne et des États-Unis.

Istanbul

Vu d’ailleursNewsletter

Le samedi

Le meilleur du journalisme européen, sélectionné et traduit par Édouard de Mareschal.S’INSCRIRE

Dans les capitales occidentales et au sein de leurs chancelleries installées en Turquie, la nouvelle a choqué ceux qui s’étaient pourtant habitués aux affronts de Recep Tayyip Erdogan. Elle signale qu’une nouvelle étape a été franchie dans ce pays devenu imprévisible, dont la politique étrangère semble dépendre plus que jamais des aléas de sa politique intérieure.

Samedi, devant une foule de partisans, le chef de l’État turc a annoncé que dix ambassadeurs devraient plier bagage «au plus vite»«J’ai donné des instructions (…) pour que ces dix ministres des Affaires étrangères… pour que ces ambassadeurs soient déclarés persona non grata, a-t-il déclaré, commettant un lapsus. Ils vont connaître la Turquie, la comprendre… Sinon, ils la quitteront!»

À LIRE AUSSITurquie: les ambassadeurs de 10 pays, dont la France, déclarés «non grata»

Les ambassades en question, parmi lesquelles celles de France, des États-Unis, d’Allemagne, des Pays-Bas et du Canada, avaient publié en début de semaine dernière une lettre appelant Ankara à respecter un arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme réclamant la libération d’Osman Kavala. Cet homme d’affaires et philanthrope de 64 ans, né à Paris, est incarcéré depuis quatre ans sans condamnation. La justice et le pouvoir l’accusent d’avoir financé les manifestations du parc Gezi en 2013 et d’avoir joué un rôle dans le coup d’État manqué de 2016, ce qu’il dément, dénonçant inlassablement un dossier vide de preuves.

Selon la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, une fois que les ambassadeurs auront été officiellement déclarés «persona non grata», leurs pays respectifs devront les rappeler. L’agence de presse indépendante Anka affirme que pendant plusieurs jours, des responsables du ministère des Affaires étrangères sont intervenus auprès de leur ministre pour qu’il tente de dissuader Recep Tayyip Erdogan. En vain, à l’évidence.

Une telle décision, inédite dans l’histoire diplomatique de la Turquie, aura des conséquences sur ses relations avec les pays concernés, mais aussi sur sa fragile économie. Sept de ces États sont membres de l’Otan, comme l’est aussi la Turquie. Parmi eux, l’Allemagne est son principal partenaire commercial, les Pays-Bas sont la première source d’investissements étrangers dans le pays depuis 2003, et les États-Unis restent son premier fournisseur d’armes.

Corde nationaliste

Recep Tayyip Erdogan, loin d’apaiser des relations déjà tendues – comme certains l’avaient espéré -, continue en fait d’exploiter les tensions et le sentiment anti-occidental d’une partie de ses concitoyens. Raison pour laquelle il a annoncé sa décision devant des partisans, en direct à la télévision, et non par des voies diplomatiques. Tout son discours jouait sur la corde nationaliste. «Où vous croyez-vous?, a-t-il lancé aux diplomates. Ici, c’est la Turquie! Ce n’est pas un État tribal! C’est la glorieuse Turquie!»

À LIRE AUSSILa livre turque tombe au plus bas

L’opposition l’accuse de chercher à détourner les Turcs de leurs problèmes économiques, notamment l’inflation et le chômage élevés. Au pouvoir depuis bientôt dix-neuf ans, Recep Tayyip Erdogan assiste à une érosion inédite de sa base électorale, qui compromet ses chances de réélection. Le prochain scrutin législatif et présidentiel aura lieu en juin 2023, à moins qu’il ne soit avancé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :