MEMORABILIA

La sécurité, préoccupation déterminante pour les Français dans leur choix de vote

Réservé aux abonnés

Par Christophe Cornevin LE FIGARO. 25 octobre 2021

L’idée d’un doublement de la présence des forces de l’ordre sur la voie publique d’ici à dix ans recueille notamment l’adhésion de 79 % des Français. YANNICK MONDELO/AFP

SONDAGE – Selon le dernier baromètre Fiducial-Odoxa de la sécurité des Français pour Le Figaro, 82 % de nos concitoyens jugent que ce thème sera majeur dans la campagne présidentielle.

Alors que la violence et le spectre des attentats continuent d’empoisonner le pays au quotidien, les clefs de l’élection présidentielle appartiendront bel et bien à celui ou celle qui investira le mieux le champ du régalien. Tel est l’un des enseignements majeurs du dernier baromètre Fiducial-Odoxa de la sécurité des Français pour Le Figaro.

Dieu seul le saitNewsletter

Le dimanche

Religions, laïcité, spiritualité, à retrouver dans la lettre de Jean-Marie Guénois.S’INSCRIRE

Sans ambiguïté, cet état des lieux révèle que l’enjeu de la sécurité sera déterminant dans le choix de 82 % des Français en âge de se rendre aux urnes. Soit une proportion analogue à celle constatée à la veille des échéances de 2017. Si, comme le soulignent les auteurs du document, «ces questions seront incontournables, quel que soit l’électorat de gauche, de droite ou du centre», les sympathisants LR et ceux du RN y seront sensibles dans leur écrasante majorité (96 %), loin devant ceux de LREM (78 %), des Insoumis (76 %), du PS (67 %) ou encore des écologistes (64 %).https://static.lefigaro.fr/eidos-infographies/web_202143_sondage01/html/web_202143_sondage01.html

Des Français pragmatiques

Désormais, seuls 5 % des sondés considèrent que les propositions régaliennes des candidats ne seront «pas importantes du tout» avant d’aller dans l’isoloir. Tableaux à l’appui, cette étude montre que les Français sont très pragmatiques. Au cours de la campagne à venir, nos compatriotes attendent avant tout des candidats des solutions concrètes pour faire baisser la délinquance du quotidien, en particulier sur le front des vols, des insultes et des dégradations. «C’est une préoccupation majeure pour 36 % des Français», relève le baromètre qui précise que «d’autres (25 %) sont davantage préoccupés par les attaques aux biens et aux personnes».

La droite bénéficie structurellement d’un “bonus” quand la gauche est traditionnellement considérée comme fragile sur le sujetLes auteurs de l’étude

Dans une France épargnée de toute frappe islamiste depuis six mois, le risque terroriste est quant à lui relégué en troisième position (20 %), juste devant les «agressions sexuelles» contre lesquelles le pouvoir politique apparaît comme démuni.

À VOIR AUSSI – L’insécurité est-elle en hausse en France?Play Video

Notre baromètre, qui teste pour la première fois, sur la question de la confiance des Français en matière de sécurité, les candidats déclarés ou potentiels à la magistrature suprême en avril prochain, place Marine Le Pen (43 %) et Emmanuel Macron (38 %) en tête des personnalités. Xavier Bertrand et Éric Zemmour se partagent la troisième marche du podium, ex aequo à 35 %. Les candidats de gauche, une fois encore, attisent quant à eux la défiance des Français sur cette thématique.

À LIRE AUSSILa police tue-t-elle chaque année une quinzaine de jeunes des quartiers?

Seuls 20 % des sondés font crédit à Jean-Luc Mélenchon et Anne Hidalgo – dont les premiers pas de sa police municipale à Paris ont été calamiteux – tandis que Yannick Jadot est bon dernier avec 19 %. «Ce n’est pas nouveau, la droite bénéficie structurellement d’un “bonus” quand la gauche est traditionnellement considérée comme fragile sur le sujet», soulignent les analystes qui rappellent que «déjà en mars 2017, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon étaient placés loin derrière Marine Le Pen (30 %), François Fillon ou encore un certain Emmanuel Macron (19 %)».https://static.lefigaro.fr/eidos-infographies/web_202143_sondage04/html/web_202143_sondage04.htmlhttps://static.lefigaro.fr/eidos-infographies/web_202143_sondage02/html/web_202143_sondage02.html

Doubler la présence policière

Si aucun des candidats ne suscite la confiance d’une majorité de Français sur la question de la sécurité, l’actuel locataire de l’Élysée s’impose en revanche sur les critères d’efficacité, de compétence et de sérieux. Le «toujours pas candidat» Éric Zemmour étant quant à lui le plus «innovant» sur le sujet, selon eux.

À LIRE AUSSILes violences contre la police ont doublé en quinze ans

Même si le régalien a longtemps été présenté comme l’un des «angles morts» de sa politique, le chef de l’État semble avoir réinvesti ce champ. Il y aurait même marqué des points, avec le «Beauvau de la sécurité» qu’il a clôturé en septembre dernier à Roubaix : nombre de dispositions, consensuelles et taillées sur mesure pour devenir des arguments de campagne, sont plébiscitées par les sondés. C’est en particulier le cas, avec 85 % d’approbation, à propos de l’amende de 200 euros pour l’«occupation illicite d’un terrain» ou encore la dotation d’une caméra-piéton pour chaque policier et gendarme d’ici à 2022.

L’idée d’un doublement de la présence des forces de l’ordre sur la voie publique d’ici à dix ans recueille aussi l’adhésion de 79 % des Français. Seule la mise en place de la plainte en ligne, à partir de 2023, est accueillie de manière plus mitigée: si 8 Français sur 10 jugent que cette solution fera «gagner du temps aux citoyens», et dans une moindre mesure aux forces de l’ordre, ils craignent dans la même proportion un «risque de faire augmenter fortement le nombre des dépôts de plaintes». En clair, d’engorger la machine, là où l’État s’escrime précisément à éviter cela.

À LIRE AUSSIÀ Champigny-sur-Marne, «on cherche à atteindre le policier»

Soucieux que les policiers se recentrent sur leur cœur de métier, à savoir chasser les délinquants et garantir la paix publique, les Français ont le sentiment qu’il y a encore des marges de progression. Ils sont à 72 % favorables à ce que certaines missions, comme le transfert des prisonniers, la surveillance des plages ou encore la protection des personnalités, soient confiées à des agents de sécurité privée.https://static.lefigaro.fr/eidos-infographies/web_202143_sondage03/html/web_202143_sondage03.html

Inversion de tendance

Ils sont en revanche majoritairement plus réticents (55 %) à ce que ces derniers prennent en charge la surveillance sur la voie publique ou patrouillent. Toujours au nom de cette synergie entre forces, les sondés éprouvent à 57 % le sentiment que les différentes unités de sécurité du pays ne coopèrent pas assez entre elles. S’ils se disent quasiment tous convaincus que les gendarmes sont bien formés (73 %), leur jugement est plus contrasté concernant la police (57 %).

À LIRE AUSSILes mortiers d’artifice, arme «anti-flics» à la mode dans les cités

Ils deviennent franchement plus critiques (à 70 %) sur le manque de niveau des policiers municipaux et des agents de sécurité privée (75 %). Comme rassurés par la baisse globale du nombre des cambriolages, qui ont reculé d’un quart depuis 2017 même si un rebond de + 16 % a été observé ces trois derniers mois, et par le repli de 20 % des vols de voitures en quatre ans, les Français sont désormais 54 % à se sentir en insécurité. Si le chiffre est encore fort, il témoigne d’une baisse de 14 pointsen l’espace d’un an. Cette inversion de tendance marque le niveau record le plus bas jamais enregistré depuis mai 2016.

Pour le criminologue Alain Bauer, il faudrait cependant se garder de crier victoire. D’abord, certains voyants du tableau de bord de la délinquance restent au rouge. Même les atteintes à la personne continuent de flamber. La peur du voyou, explique-t-il, est supplantée par un autre «bloc d’insécurités», financières celles-là, qui touchent au pouvoir d’achat. Sa conclusion: il s’agit d’un simple «phénomène de transfert», bien identifié, qui fait que l’envolée des prix de l’électricité et de l’essence capte pour l’heure l’attention du public. Jusqu’à ce qu’une série de faits divers ou un attentat ne rappelle la réalité d’une France toujours tenaillée par la violence.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :