MEMORABILIA

La CJUE condamne la Pologne à une astreinte d’un million d’euros par jour

Scroll down to content

FRONT POPULAIRE. 28 octobre 2021

ARTICLE. Nouveau rebondissement dans l’affaire polonaise. La Cour européenne de justice exige que Varsovie suspende l’activité d’un organe de sa Cour suprême, jugée trop peu indépendante du pouvoir en place. La Pologne a été condamnée à payer une astreinte d’un million d’euros par jour tant qu’elle n’aura pas donné suite aux injonctions de Bruxelles.

La CJUE condamne la Pologne à une astreinte d’un million d’euros par jour

Alors, Polexit ou pas Polexit ? Si la question n’est pas encore à l’ordre du jour — la majorité des Polonais restant attachés à l’Union européenne et à ses avantages financiers — la nouvelle de ce 27 octobre risque d’accentuer un peu plus la tension entre la Pologne et l’UE. La Cour de justice européenne (CJUE) a condamné le pays du président Andrzej Duda à verser une astreinte colossale : un million d’euros par jour tant que la Pologne n’aura pas suspendu l’activité de sa Cour suprême.

Les juges n’ont donc pas été sensibles à la volonté affichée du vice-premier ministre Jaroslaw Kaczynski de répondre à l’exigence bruxelloise. Samedi 7 août, le conservateur avait déclaré à l’agence presse polonaise PAP vouloir « supprimer la chambre disciplinaire sous la forme dans laquelle elle fonctionne actuellement ». Le 7 septembre, un mois plus tard, la Commission européenne exigeait une sanction financière, tandis qu’une décision de la Cour constitutionnelle polonaise du jeudi 7 octobre venait remettre en cause la suprématie du droit européen sur le droit national.

L’Union européenne, tu l’aimes ou tu la quittes

Depuis plusieurs mois, c’est la guerre froide. Dans le viseur de Bruxelles, la chambre disciplinaire instituée en 2017 au sein de la Cour suprême polonaise, chambre qui peut porter atteinte à l’intégrité des juges en permettant la levée de leur immunité et un ajustement de leur rémunération. Le 6 mai 2021, la justice européenne condamnait la Pologne et ordonnait la suspension de cette chambre disciplinaire à titre conservatoire. Le mardi 20 juillet, la Commission européenne publiait son « rapport annuel sur l’État de droit dans l’UE » qui envisageait le blocage des fonds du plan de relance européen si la Pologne persistait dans cette voie.

Difficile de ne pas voir dans la réaction de la CJUE du 27 octobre une mesure de rétorsion face aux velléités judiciaro-indépendentistes de la Pologne. Le 17 octobre, le Commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, considérait sur LCI que quiconque rejoignant l’UE devait accepter que la CJUE prime sur ses droits nationaux. Il avait alors menacé : « Nous avons donc toute une gamme de sanctions et bien entendu (…) nous allons les utiliser ». En somme, l’intervention de l’ancien ministre français pouvait se résumer en un cassant « l’Union européenne, tu l’aimes ou tu la quittes ».

La justice européenne – avec toute l’indépendance qui est la sienne – a tranché. La Pologne devra plier ou payer un montant astronomique. Une manière également d’étouffer dans l’œuf les désirs d’indépendance venus de tout autre État membre qui essaierait imiter les Polonais.

Auteur

Bertrand GUYOTJournalistePublié le 28 octobre 2021J’ACHÈTE CE DERNIER NUMÉRO HORS SÉRIEJE M’INSCRIS!
OFFRE SPECIALE
DEBAT ERIC ZEMMOUR MICHEL ONFRAY + 1 mois découverte FrontPopulaire.fr 
3,90 €accès au débat Zemmour/Onfray du 4 octobre 2021
accès à tous les contenus de Frontpopulaire.fr pendant un mois
10 commentairesAfficherCommenter

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :