MEMORABILIA

Ivan Rioufol: «Les bons sentiments affaiblissent la France»

Réservé aux abonnés

Par Ivan Rioufol. LE FIGARO. 11 novembre 2021

CHRONIQUE – Emmanuel Macron a tenté mardi soir de s’extraire du seul terrain sanitaire en réaffirmant son intention de poursuivre les réformes. Mais celles-ci ne répondent pas à la constante pression islamiste sur un pays aveuglé.

La France est une terre à prendre. Derrière les effets de sabre d’Emmanuel Macron sur le front sanitaire, l’avancée islamique se poursuit sans obstacles. Depuis le 16 mars 2020, le chef de l’État ne cesse de déployer de nouvelles stratégies dans sa «guerre» au Covid. Mardi aura été sa neuvième prise de parole. Or cette mise en scène d’un État super-mamma relève de la propagande. En effet, face à l’islam et son djihad, la nation apeurée demeure vulnérable. Jean-Louis Harouel va jusqu’à soutenir (1): «L’État s’obstine à ne pas voir que beaucoup de musulmans dits modérés sont eux aussi, sans le dire, dans une logique de conquête, mais de conquête patiente.» Pour lui, «il est vain de penser que l’Europe changera l’islam, c’est l’islam qui changera l’Europe». Harouel voit, dans les droits de l’homme devenus religion officielle, l’instrument masochiste de la disparition de l’Occident béat.

Faits & GestesNewsletter

Le dimanche

Ivan Rioufol vous propose une analyse percutante des détails de l’actualité de la semaine écoulée, les coulisses de son célèbre Bloc-Notes.S’INSCRIRE

À LIRE AUSSILe président Macron lance sa campagne à droite

Rien n’est plus simple pour le président que de décliner à l’envi l’hygiénisme d’État promu le 12 juillet. La sidération de l’opinion est telle que les mensonges gouvernementaux ne sont plus relevés. Alors qu’une troisième dose devient nécessaire pour pallier la faible efficacité du vaccin, personne ne demande au premier ministre, Jean Castex, de s’expliquer sur sa «fake news» du 21 juillet: «Les personnes qui ont deux doses n’ont plus de chance d’attraper la maladie.» Le slogan du ministère de la Santé – «Tous vaccinés, tous protégés» – propage une désinformation nulle part dénoncée. S’il est admis que le vaccin protège des formes les plus graves, il n’empêche pas les contaminations, voire les hospitalisations. La Haute Autorité de santé vient de déconseiller le Moderna aux moins de 30 ans. Le passe «sanitaire» est la marque obscène d’un État failli: il a laissé dépérir l’hôpital et s’indiffère de voir la nation partir en lambeaux.

Au prétexte de « sauver des vies », les idéologues de la pureté hygiéniste rêvent d’une société aseptisée et sous contrôle de l’État

La grande mascarade, qui marque ce quinquennat de la jactance, affaiblit encore davantage la France bonne fille. Macron s’est construit son propre piège en réduisant sa politique à la généralisation (à 75 % de la population) d’un vaccin expérimental aux effets secondaires mal évalués. Certes, le président a tenté mardi soir de s’extraire du seul terrain sanitaire en réaffirmant son intention de poursuivre les réformes. Mais celles-ci (relance du nucléaire, restriction des allocations-chômage, retraites après 2022) ne répondent pas à la constante pression islamiste sur un pays aveuglé. Lundi, à Cannes, deux policiers, heureusement protégés par leurs gilets pare-balles, ont été attaqués au couteau par un djihadiste algérien inconnu des services de renseignement. Les accusés du massacre du Bataclan étaient, jusqu’à leur basculement dans le fanatisme, des jeunes musulmans ordinaires issus de familles paisibles.

La France est faible à cause des bons sentiments défendus par ses «élites» irréfléchies. Au prétexte de «sauver des vies», les idéologues de la pureté hygiéniste rêvent d’une société aseptisée et sous contrôle de l’État. Les régimes totalitaires ont ainsi recherché la perfection théorisée. La dévotion pour les droits de l’homme accélère la colonisation africaine de la France, au nom de l’amour de l’Autre et de la non-discrimination: ce principe ne différencie plus le citoyen de l’étranger ; il noie la nation dans l’indifférenciation. C’est d’ailleurs le «retour au nationalisme» qui est vu comme une menace pour Macron. Ce même droit-de-l’hommisme autorise l’islam politique, qui n’a cure des vertus occidentales, de s’en réclamer pour justifier sa présence en Europe chrétienne et y exiger sa visibilité. 
«Je ne confonds pas islam et islamiste»
 a déclaré dimanche le président du Sénat, Gérard Larcher, en reprenant l’antienne bien-pensante. La nuance est affaire de degré.

Délicieux souvenir

Le pessimisme de Jean-Louis Harouel sur les capacités de la France à résister à l’islam est contestable. Rien ne démontre qu’une majorité de Français musulmans dissimulerait un rejet de la société occidentale et de la culture nationale. Surtout, il n’est pas dit que les Européens, et les Français plus que d’autres, seraient prêts à leur dilution. La laïcité française, appliquée sans complexe, peut être un obstacle au suprémacisme islamiste qui rejette la séparation entre le spirituel et le temporel. Reste que le diagnostic de l’universitaire sur les effets pervers de la politique humanitarisme doit être compris comme une alerte. La France peut disparaître si ses dirigeants persistent à lui inoculer le doute, en laissant l’islam à sa fierté. La faute de l’Union européenne est de défendre un «État de droit» construit sur des valeurs d’ouverture qui favorisent les invasions extra-européennes. La Pologne se bat seule, ces jours-ci, contre des tentatives d’intrusions d’immigrés du Moyen-Orient qui, instrumentalisés, semble-t-il, par la Turquie et la Russie via la Biélorussie, cherchent à abattre ses frontières. Matteo Salvini est poursuivi par la justice italienne pour s’être opposé, en 2019 comme ministre de l’Intérieur, à l’accueil d’un bateau transportant 147 clandestins.

Rien n’est plus ridicule que le pèlerinage, mardi, du monde politique à Colombey-les-Deux-Églises, à l’occasion du 51 anniversaire de la mort du général de Gaulle. Tous ces acteurs sans relief ont frileusement cautionné l’angélisme et la xénophilie qui ont rendu la nation désarmée. Jamais de Gaulle, qui savait les incompatibilités de l’Islam avec l’Occident en retirant la France de l’Algérie, n’aurait eu la naïveté de croire en un «vivre ensemble» des deux civilisations. Jamais il n’aurait accepté que son village devienne un jour «Colombey-les-Deux-Mosquées». Or ce temps est venu, après un demi-siècle de trahisons et d’abandons de la part d’«élites» nombrilistes. La France, oui, est déjà pour partie musulmane. L’islam est la deuxième religion du pays, et son dynamisme est indéniable. Si aucun dirigeant ne se décide à mettre un terme à la religion des droits de l’homme et à ses effets suicidaires pour la nation, la France ne sera plus qu’un délicieux souvenir.

Haro sur Zemmour

Nicolas Sarkozy, lundi, parlant d’Éric Zemmour«Tout le monde n’est pas capable d’être un homme d’État.» Ce mépris de caste est au cœur de la crise démocratique. Faut-il comprendre le jugement de Sarkozy comme un appel à ne pas parrainer l’empêcheur de tourner en rond, qui rivalise avec Macron dans les sondages? Sa mise à l’écart, faute des 500 signatures, serait scandaleuse.

(1) L’Islam est-il notre avenir? La Nouvelle Librairie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :