MEMORABILIA

«Migrants et guerre hybride»

Réservé aux abonnés

Par Patrick Saint-Paul. Publié le 12/11/2021 LE FIGARO

Patrick Saint-Paul. Le Figaro

L’éditorial du Figaro, par Patrick Saint-Paul.https://player.ausha.co/index.html?showId=yEM44t6vx8n8&display=horizontal&color=%23163860&podcastId=yeLr4I38MZKW&v=3&playerId=ausha-zMs8

La semaine du FigaroVoxNewsletter

Le samedi

Retrouvez les chroniques, les analyses et les tribunes qui animent le monde des idées et l’actualité. Garanti sans langue de bois.S’INSCRIRE

La tentation était trop grande. Comment le dernier dictateur d’Europe, Alexandre Loukachenko, aurait-il résisté à cette malsaine émulation entre «hommes forts» tant l’exemple offert par Recep Tayyip Erdogan lui a ouvert les yeux sur la façon de déstabiliser à bon compte un Occident «donneur de leçons»? Les jeux pervers du nouveau sultan avec le robinet migratoire avaient mis à rude épreuve les Européens. Le chantage aux migrants de «Batka», le «père» du peuple biélorusse, les place face à un défi d’une nature plus inquiétante encore: une forme de «guerre hybride» où l’on peut difficilement ne pas voir la main de Vladimir Poutine.

Depuis la crise provoquée par la vague migratoire de l’été 2015 et la montée des populismes qui s’ensuivit, la question des migrants est un brûlant sujet de divisions entre Européens. Erdogan tournait le mitigeur au gré de ses difficultés internes, toujours dans le but d’obtenir un gain. Accusé d’avoir volé les élections en Biélorussie pour prolonger son règne, n’hésitant pas à détourner un vol commercial pour faire enlever l’un de ses opposants, Loukachenko, lui, est un voyou d’autant plus dangereux qu’il doit sa survie à Vladimir Poutine.

Comment imaginer qu’il est allé chercher ces milliers de migrants dans leur pays d’origine, pour mieux les projeter contre les barbelés dressés par la Pologne, dans l’unique but d’obtenir une très improbable levée des sanctions européennes? L’intolérable situation humanitaire de ces enfants, femmes et hommes jetés dans le froid aux portes de l’Europe à l’approche de l’hiver finira par déstabiliser les Vingt-Sept, faisant le jeu du maître du Kremlin. L’est et l’ouest du continent, ainsi que les opinions publiques, ne manqueront pas de se déchirer sur la question de savoir s’il faut accueillir les migrants et comment les répartir. Ou encore sur l’opportunité d’ériger de nouveaux murs pour les tenir hors de nos frontières. Avec sa marionnette biélorusse, Poutine tient une arme potentiellement dévastatrice, tant la faiblesse de l’UE face au problème migratoire est devenue le talon d’Achille des Européens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :