Les miroirs déformants de la société française, par Gaël Brustier

Scroll down to content

Les mondes ruraux sont résumés, dans la bouche des politiques, par des poncifs qui ne disent rien de leur réalité et risquent de les détourner du débat public.

Durée : 3 min"Décréter une réalité d'en haut, en imprégner le débat public par l'inlassable répétition d'idées fausses coupées des faits sociaux ne peut qu'accroître le décalage entre citoyens et "élites""

« Décréter une réalité d’en haut, en imprégner le débat public par l’inlassable répétition d’idées fausses coupées des faits sociaux ne peut qu’accroître le décalage entre citoyens et « élites » »

Publié le 12/12/2021

Dans l’hebdo du 16 Décembre l’express

L’ouverture de la campagne présidentielle révèle – parfois ad nauseam – les biais et travers de notre vie politique et médiatique : la tendance à décrire une France qui n’existe pas ou à ignorer celle qui existe est un poison lent pour notre société. Décréter une réalité d’en haut, en imprégner le débat public par l’inlassable répétition d’idées fausses coupées des faits sociaux ne peut qu’accroître le décalage entre citoyens et « élites », voire susciter un puissant désintérêt civique. Les gilets jaunes ont été une conséquence du hiatus entre réalités sociales et construction des représentations du pays et du débat public. LIRE AUSSI >> Cécile Maisonneuve : Lançons un plan massif pour convertir le monde rural à la voiture électrique

Les griefs faits à une chaîne d’information muée en productrice de débats hors sol sont tellement nombreux et propagés que les répéter perd de son intérêt. On ne doit en revanche jamais oublier deux réalités qui cohabitent dans la construction de la vision du monde des Français : leur autonomie en la matière et le rôle indéniable des médias audiovisuels, des responsables politiques qui fixent souvent l’agenda politique en fonction de la dernière idée en vogue, bref de ceux qui disposent peu ou prou d’une capacité à fabriquer une vérité du pays censée représenter les préoccupations de la société française.  « De façon classique, le Salon de l’agriculture sera l’apothéose à la fois de la définition et de l’exploitation d’une vision désuète ou fausse de la réalité de cette ruralité »

Victimes majeures du miroir déformant de notre société, fait de clichés éculés mais facilement exploitables, les mondes ruraux s’apprêtent ainsi à voir les réalités qui les concernent résumées à quelques poncifs creux lors de cette campagne. De façon classique, le Salon de l’agriculture sera l’apothéose à la fois de la définition et de l’exploitation d’une vision désuète ou fausse de la réalité de cette ruralité. Il ne faut pas oublier que les mondes ruraux sont d’abord des mondes ouvriers, souvent ravagés par la désindustrialisation. Chacun comprend aisément que l’avenir ne se résume pas à couvrir la France de gîtes et de voies vertes, si sympathiques et utiles soient-ils. Il est vrai que la multiplication des reportages sur les riches traditions gastronomiques de nos terroirs fait oublier une réalité moins riante : l’allongement des listes de bénéficiaires des comités d’oeuvre sociale de nombre de bourgs ruraux et des banques alimentaires.  La Loupe, le podcastNouveau ! Ecoutez l’info de plus près
Le matin, dès 6hJe découvre gratuitement

Les réalités sociales des mondes ruraux trop peu traitées

Là où certains pointent un malaise « identitaire », d’autres plaideront pour une vision fondée sur des faits sociaux. Croire que, dans une ville qui abrite une usine dont le nombre de salariés est passé de 2000 salariés à 600 en trente ans, la préoccupation première de ses habitants est d’adhérer à une reconquista fantasmée échappe à l’entendement. Il faut vraiment n’avoir aucune curiosité pour la vie des Français pour penser que tel est le cas. Les réalités sociales des mondes ruraux dans leur diversité sont trop peu, bien trop peu traitées. La curiosité folklorique du coin, l’inévitable « chef étoilé » préemptent l’espace médiatique. A foison les « recettes de grand-mère » supplantent sur nos écrans la vie de chômeur ou de précaire du petit-fils.  LIRE AUSSI >> Jean-Laurent Cassely : La campagne, l’utopie du XXIe siècle« Si les « terroirs » existent, ils ne sont nullement l’alpha et l’oméga de la vie sociale rurale, si diverse dans le pays qu’elle vaut la peine d’être un tant soit peu connue par l’ensemble de nos concitoyens »

Les habitants des mondes ruraux n’aspirent à l’évidence pas à représenter le « vrai peuple » et encore moins à être parés de vertus imaginées pour eux comme une forme de conservatisme moral et traditionnel. Si les « terroirs » existent, ils ne sont nullement l’alpha et l’oméga de la vie sociale rurale, si diverse dans le pays qu’elle vaut la peine d’être un tant soit peu connue par l’ensemble de nos concitoyens. 

Peu d’hommes politiques ont cherché à définir une vision d’avenir pour les mondes ruraux. Fabien Bazin est de ceux-là. Ancien maire de Lormes, dans la Nièvre, département dont il préside désormais le conseil départemental, Bazin a toujours fait montre d’imagination et d’originalité au sein du PS bourguignon. Il y a dix ans, il a conçu une trame de revendications vitales pour les mondes ruraux sous le nom de « bouclier rural ». Postulant que le temps pour accéder notamment aux services publics devait être au centre des stratégies de déploiement des services publics dans le rural, il pointait une préoccupation diffuse de nombre de Français. Il faudra cependant poser la question démocratique en réformant ces appareils dépolitisants que sont les actuelles intercommunalités.  » Il faudra bien qu’un jour la politique s’intéresse à eux, sinon ils se désintéresseront de la politique »Sur le même sujet

Dans ce prélude chaotique à la campagne présidentielle, on comprend que les mondes ruraux seront ramenés à des clichés éculés et serviront d’alibis à des folies idéologiques diverses. Il faudra bien qu’un jour la politique s’intéresse à eux, sinon ils se désintéresseront de la politique. Et que la vision médiatique s’identifie enfin à la réalité sociale du pays.  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :