Pascal Bruckner: «Bien vieillir, c’est renoncer au renoncement»

Scroll down to content
  1. Accueil
  2. Vox
  3. Vox Économie

Réservé aux abonnés

Par Clara Galtier LE FIGARO. 13 décembre 2021

Pascal Bruckner dans le studio vidéo du Figaro, le 1er décembre. François BOUCHON/Le Figaro

ENTRETIEN – À l’occasion de la 6e édition du Big Bang Santé du Figaro, l’essayiste donne sa vision de la vieillesse.

Le philosophe et essayiste Pascal Bruckner chasse les préjugés sur la vieillesse et ses pendants. Dans son livre Une brève éternité. Philosophie de la longévité (Grasset), le lecteur est invité à regarder la vie qui avance de l’automne vers l’hiver. Un voyage intime et souvent émouvant. Nous avons du temps, nous rappelle Pascal Bruckner. Les hommes et les femmes ont gagné plus de quinze ans de vie depuis le début des années 1950. Il faut apprendre à chérir ce prolongement de l’existence, assure le philosophe.

La semaine du FigaroVoxNewsletter

Le samedi

Retrouvez les chroniques, les analyses et les tribunes qui animent le monde des idées et l’actualité. Garanti sans langue de bois.S’INSCRIRE

LE FIGARO. – Il y a un âge qui revient régulièrement dans votre ouvrage, c’est 50 ans. Pourquoi?

Pascal BRUCKNER. – Oui, 50 ans, c’est l’âge que les entreprises fixent pour vous classer dans la catégorie des seniors. Or, cela est problématique, parce que la fin est encore loin, si j’ose dire. À 50 ans, nous avons encore trente ou quarante ans d’espérance de vie devant nous. Si vous êtes en bonne santé, il est absurde de marquer cet âge du sceau du déclin. Au contraire, on devrait se dire que c’est le début d’une troisième ou quatrième vie, qui devrait être aussi passionnante que les précédentes. À 50 ans, vous pouvez tout à fait être un post-adolescent en pleine forme…

À LIRE AUSSIPierre Manent-Pascal Bruckner: «Le pire ennemi de l’Occident, c’est l’Occident lui-même»

Est-ce que l’on apprend à vivre avec la vieillesse?

À 20 ans, on se dit qu’on peut tout faire, tout accomplir, être médecin, explorateur, astronaute… En avançant dans la vie, chacun découvre le rétrécissement des possibles. Petit à petit, la vie vous enseigne à réduire vos ambitions, et donc à vous incarner et à choisir une seule voie. Évidemment, en vieillissant, il y a beaucoup de choses que l’on ne peut pas faire, notamment dans le domaine amoureux, des voyages ou du sport. À partir de 45-50 ans, le corps, qui était jusque-là un compagnon plus ou moins docile, devient un maître. Il nous dit: «Si tu ne m’obéis pas, je vais te mettre un pistolet sur la tempe et tu vas tomber malade.» On apprend à vivre avec cette conscience de ces possibilités limitées.

Nous sommes dans une société qui oscille entre le jeunisme et un sentiment, au contraire, d’admiration pour les gens qui ont une longévité exceptionnelle. Qu’en pensez-vous?

D’un côté, le jeunisme est symptomatique d’une société vieillissante. Les personnes qui vieillissent louchent sur la jeunesse et l’idéalisent. Plus la société va vieillir, plus le jeunisme va devenir l’expression d’un désir collectif. Mais, de l’autre, nous admirons aussi nos grands centenaires. Je pense notamment à Pierre Soulages (il fêtera ses 102 ans le 24 décembre, NDLR), qui est l’un des plus grands peintres français reconnus. Effectivement, on se dit: comment a-t-il fait, quel est son secret?

Ce qui est merveilleux, avec la médecine moderne, c’est que l’on vous remet sur pied, là où nos parents ou grands-parents auraient mené une vie amoindriePascal Bruckner

Est-ce que la sagesse vient avec le nombre des années?

Surtout pas! Si par sagesse on entend renoncement, alors on peut dire que bien vieillir, c’est d’abord renoncer au renoncement. C’est ne jamais se résigner à l’âge de ses artères. C’est tomber malade, parce que la maladie est la compagne de l’âge, dont on peut s’accommoder. Une personne entre 60 et 70 ans, c’est une vieille berline élégante qui doit aller chez le garagiste tous les 100 kilomètres. On répare par morceaux, les genoux, les hanches, le cœur, les poumons… Ce qui est merveilleux, avec la médecine moderne, c’est que l’on vous remet sur pied, là où nos parents ou grands-parents auraient mené une vie amoindrie. Nous, nous repartons d’un bon pied, et cela est tout de même très important. Tant que l’on garde ses capacités physiques et intellectuelles, on est capable d’accomplir un certain nombre de choses. C’est exaltant!

Est-ce que cela est une façon de se dire que le progrès a une vertu: pouvoir nous faire vivre plus vieux?

Sainte-Beuve disait: «La vieillesse, c’est le seul moyen qu’on a trouvé pour vivre longtemps.» De manière relative, le progrès médical permet de vivre longtemps en plus ou moins bonne santé. Ne nous trompons pas, ce progrès, indiscutablement spectaculaire, ne prolonge pas tant la jeunesse que la vieillesse. Il y a toutes ces questions de dépendances, d’Alzheimer, de Parkinson, qui sont catastrophiques. C’est à chacun d’adapter sa mentalité à cette avancée de la science et de veiller à ne pas rentrer, comme l’avaient fait mes propres parents et leurs parents à eux, dans le costume de la vieillesse.

À LIRE AUSSIPascal Bruckner: «Non à l’ehpadisation générale des plus de 65 ans!»

C’est-à-dire?

Ce sont ces gens qui rentrent dans ce schéma où ils n’osent plus, ils se disent: «Ah non, les voyages ce n’est plus pour moi, je ne peux plus prendre l’avion…» Cette mentalité résonne tout à fait avec la mentalité de catastrophisme général. Que cela soit le déclinisme d’un côté ou le catastrophisme de l’autre, le climat actuel tend à nous dire: «Restez chez vous, recroquevillez-vous.» Ma vision de l’âge ou de la longévité est beaucoup plus optimiste. Quelles que soient les difficultés, et celles-ci sont innombrables, jouissez de ce dernier été indien de la vie, car il n’y en aura pas d’autre.

Cela veut-il dire que nous ne sommes plus dans une société de l’audace?

L’audace, c’était les années 1960-1970, avec toutes les sottises qu’elles ont charriées. Parce qu’il y avait de la croissance, parce que le monde était ouvert, parce qu’il y avait un optimisme historique… Aujourd’hui, c’est terminé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :