Alain Finkielkraut: «Le iel nous est-il tombé sur la tête ?»

Par Alain Finkielkraut LE FIGARO. 18 décembre 2021

Alain Finkielkraut, de l'Académie française.
Alain Finkielkraut, de l’Académie française. AFP

FIGAROVOX/TRIBUNE – Le pronom «iel», utilisé par des militants pour désigner une personne quel que soit son «genre», est rentré dans le dictionnaire Le Robert. Cette manipulation grammaticale vise à congédier le donné biologique constitutif de toute condition humaine, argumente le philosophe et écrivain Alain Finkielkraut.

À côté de il et de elle, une troisième troisième personne – iel – a fait sans préavis son apparition dans notre univers lexical. Ce pronom inopiné n’est pas, tel un aérolite, tombé du ciel ou chu d’un désastre obscur. Aberrante à première vue, sa soudaine présence parmi nous remplit une fonction politique précise. L’avant-garde inclusive qui veut en codifier l’usage croit dur comme fer que l’heure est enfin venue de libérer l’humanité de la condition humaine. Rien de moins.

Faits & GestesNewsletter

Le dimanche

Ivan Rioufol vous propose une analyse percutante des détails de l’actualité de la semaine écoulée, les coulisses de son célèbre Bloc-Notes.S’INSCRIRE

Sans avoir été consultés, masculin pluriel, nous naissons homme ou femme. Pas homme ou femme, ou sirène, ou centaure : homme ou femme. Impossible d’aller au-delà de deux. Impossible d’échapper à la différence des sexes, à nous de faire avec.

Sur ce qui, depuis des temps immémoriaux et sous toutes les latitudes passait pour indisponible, le « je veux » entend régner sans partage.Alain Finkielkraut

Mais voici que la notion de genre et la déconstruction patiente des dynamiques historiques, qui ont façonné au cours de siècles les diverses versions du masculin et du féminin, font naître l’espoir d’un monde entièrement reconstruit. La nature n’a plus voix au chapitre, le donné est congédié, des assignations biologiques sont déclarées nulles et non avenues. Sur ce qui, depuis des temps immémoriaux et sous toutes les latitudes passait pour indisponible, le « je veux » entend régner sans partage.

Fin de la fatalité et de la part non choisie de l’existence. Homme, femme, ou non-binaire : chacun doit pouvoir décider de soi, souverainement, sans avoir à en référer à l’origine. Et l’on demande maintenant à la langue d’homologuer ce grand soir de l’Émancipation subjective.

Mais on aura beau dire et mettre un bonnet arc-en-ciel aux vieux dictionnaires : l’être humain ne pourra jamais multiplier les sexes à sa guise, ni devenir, par la magie du verbe, son propre créateur.Alain Finkielkraut

Mais on aura beau dire et mettre un bonnet arc-en-ciel aux vieux dictionnaires : l’être humain ne pourra jamais multiplier les sexes à sa guise, ni devenir, par la magie du verbe, son propre créateur. Il faut donc opposer à cette innovation militante une ferme fin de non-recevoir. On n’entre pas dans la grammaire comme dans un magasin, la langue n’est pas là pour satisfaire, en remplaçant l’être par le ressenti, le fantasme de toute puissance.

À VOIR AUSSI – Polémique : Le « pronom iel » est-il français ?Polémique : Le « pronom iel » est-il français ?Play Video

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :