Sahara occidental : la vaste offensive du Maroc pour s’en emparer (pour de bon)

Scroll down to content

Depuis la reconnaissance de la « marocanité » du Sahara occidental par Washington, le Royaume s’est lancé dans une OPA pour mettre définitivement la main sur cette ex-colonie espagnole disputée.

Des kitsurfeurs dans le lagon de Dakhla, au coeur du territoire disputé du Sahara occidental, le 10 octobre 2019

Des kitsurfeurs dans le lagon de Dakhla, au coeur du territoire disputé du Sahara occidental, le 10 octobre 2019

  • L’EXPRESS. 19 décembre 2021

Au beau milieu des dunes de sable blanc, les eaux turquoise de la lagune de Dakhla, au Sahara occidental, connaissent une activité inhabituelle en ce début novembre. A l’horizon, des voiles gonflées par le vent volent au-dessus de l’océan. Sur le rivage, où flotte le drapeau du Maroc, le public encourage les concurrents du premier championnat du monde de wingfoil, mix de planche à voile et de kitesurf.  

Officiellement, le Sahara occidental (600 000 habitants), situé à la frontière sud du royaume, n’appartient pas au Maroc. La majorité des Etats de la planète ne reconnaît pas sa souveraineté sur ce territoire disputé, également revendiqué par les indépendantistes du Front Polisario. Soutenus par l’Algérie, ceux-ci ont proclamé en 1976 la République arabe sahraouie démocratique. Quatre décennies plus tard, le conflit reste à vif. Mais sur le terrain, le Maroc administre de facto les deux tiers de la région. Et le souverain Mohammed VI (surnommé « M6 ») n’a pas l’intention d’en rester là.  

Infographie
InfographieDario Ingiusto / L’Express

En témoigne cette « diplomatie de la glisse », qui vise à arracher aux grands de ce monde un précieux sésame : la reconnaissance de la « marocanité » du Sahara occidental. Au coeur de la rivalité entre Rabat et Alger, et même de la rupture diplomatique entre les deux frères ennemis en août dernier, la région recèle une manne économique. Elle bénéficie d’une façade maritime de 1000 kilomètres – ses eaux sont parmi les plus poissonneuses du monde – et de sols riches en phosphate, composant principal des engrais, dont les cours flambent en ce moment. « Attirés par de généreuses subventions gouvernementales, de nombreux Marocains ont déménagé sur ce territoire pour obtenir des emplois dans le secteur public et les industries de la pêche et des phosphates », précise un récent rapport de l’ONG Crisis GroupLa Loupe, le podcastNouveau ! Ecoutez l’info de plus près
Le matin, dès 6hJe découvre gratuitement

« M6 » ou la stratégie du fait accompli 

Dans ce dossier ô combien sensible, le roi a réussi en décembre 2020 un tour de force. En échange de la normalisation de ses relations avec Israël, « M6 » a décroché le Graal : la reconnaissance, par Washington, de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental. A peine un an plus tard, son partenariat stratégique, conclu avec l’Etat hébreu, progresse à vitesse grand V. En témoigne l’accord de défense historique conclu le 26 novembre entre les deux pays. Cette signature couronne en réalité une coopération souterraine bien plus ancienne. Les autorités israéliennes ont non seulement partagé des renseignements, mais aussi leur savoir-faire technologique avec leurs homologues marocains. Elles ont aussi contribué, dès les années 1980, à la construction du « mur des sables », une ligne de fortification de 2700 kilomètres qui traverse le désert, destinée à éviter toute incursion du Front Polisario. 

Visible du ciel, cette « grande muraille » matérialise l’occupation marocaine de cette province, initiée par la « Marche Verte ». Le 6 novembre 1975, le roi Hassan II, père de Mohammed VI, invite ses concitoyens à une grande marche pacifique sur les provinces du Sud. « Demain, tu fouleras une terre qui est tienne. Tu palperas des sables qui sont tiens. Demain, tu embrasseras un sol qui fait partie intégrale de ton cher pays », harangue-t-il dans un discours à la nation. Coran dans une main, drapeau rouge et vert dans l’autre, 350 000 volontaires civils répondent à l’appel. Le pari du souverain est réussi : le Maroc met la main sur le Sahara occidental. LIRE AUSSI >> Algérie-Maroc : « Les deux pays ne s’adressaient de toute façon plus la parole » 

Depuis cet événement fondateur, le territoire s’est métamorphosé. Une voie express de 1000 km est en chantier entre les villes de Tiznit et Dakhla, un projet pharaonique de 10 milliards de dirhams (environ 950 millions d’euros) qui doit permettre de désenclaver la région et sera opérationnel en 2022. A l’aéroport de Dakhla, le trafic aérien a quasiment quadruplé entre 2011 et 2019. Et les autorités ont annoncé en novembre son extension de 3000 à 10 000 m², portant sa capacité d’accueil à un million de passagers par an. Mais le nouveau porte-étendard du Sahara occidental s’appelle « Dakhla Atlantique » : un port en eaux profondes au budget de 1,2 milliard d’euros. Cet ouvrage, dont les travaux ont débuté en septembre dernier, prévoit d’accueillir un port de commerce, un port de pêche et des chantiers navals. 

Diplomatie active

Ces dépenses colossales servent le nouveau modèle de développement promu par Mohammed VI. Son objectif : faire du Sahara une vitrine de l’excellence marocaine. Seul hic, « la question de la souveraineté du Sahara occidental reste entière, malgré ces investissements massifs, rappelle Khadija Mohsen-Finan, enseignante à l’université Paris-I. Dans ce dossier, depuis la résolution adoptée par le Conseil de sécurité en 1991, seules les Nations unies sont compétentes pour trancher. » 

Il n’empêche, le roi avance. Il s’appuie dans sa percée sur une diplomatie africaine très active. Entre 2001 et 2016, « M6 » a effectué une quarantaine de déplacements en Afrique et obtenu une consécration géopolitique en 2017 : sa réintégration dans l’Union africaine. Son père, Hassan II, en avait claqué la porte en 1984 pour protester contre l’admission, au sein de l’institution, de la République arabe sahraouie démocratique. Depuis, une dizaine de pays africains ont retiré leur soutien aux séparatistes. LIRE AUSSI >> Hakim El Karoui : Aider le Maghreb, un impératif stratégique pour l’Europe

Mohammed VI ne perd pas une occasion de mettre en scène ces nouvelles amitiés. Depuis le début de l’année 2021, une vingtaine d’Etats ont inauguré un consulat dans les villes de Laâyoune, la capitale du Sahara occidental (Jordanie, Emirats arabes unis, Gabon) et Dakhla (Sénégal, Burkina Faso, Haïti). Un rituel parfaitement huilé pour le ministre marocain des Affaires étrangères : Nasser Bourita invite son homologue sur place, puis ils dévoilent ensemble une plaque préalablement cachée sous un épais rideau vert, avant de couper le ruban inaugural sous le crépitement des flashs des photographes locaux conviés pour l’occasion. 

« La plupart des Etats qui soutiennent le Maroc sont des petits pays d’Afrique, tempère Aboubakr Jamaï, ancien journaliste marocain exilé en France et professeur à l’Institut américain de la Méditerranée d’Aix-en-Provence. Leur poids géostratégique est très faible, voire nul. »  

Sourd aux critiques, Rabat entend toutefois profiter de la dynamique. L’Etat a donné le coup d’envoi, le 16 novembre, de la première édition du forum d’investissements Dakhla-Laâyoune-Abu Dhabi, dans le Golfe. Les Emirats arabes unis ont promis de doubler, dans les prochaines années, leurs investissements dans le Royaume.  Sur le même sujet

Pour attirer les financeurs, Mohammed VI cultive aussi l’image de Dakhla, temple du « cool » chez les fanas de la glisse. A cet effet, il peut compter sur des ambassadeurs de luxe, à l’instar de… Richard Branson. En vacances cet été au bord de la lagune, le milliardaire britannique n’a pas caché ses ambitions : « Je suis subjugué par Dakhla et sa région et je reviendrai faire du kitesurf. Et certainement investir ». 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :