Mathieu Bock-Côté: «La signification du vandalisme anticatholique»

Réservé aux abonnés

Par Mathieu Bock-Côté LE FIGARO. 14 janvier 2022

Mathieu Bock-Côté. Le Figaro

CHRONIQUE – Deux églises ont été la cible d’actes de vandalisme et de profanation en Seine-Saint-Denis. Des événements qui n’ont rien d’isolés.

Le vandalisme antichrétien est fréquent en France, et dans la nuit de dimanche à lundi deux églises de la Seine-Saint-Denis ont été prises pour cible. Ces événements n’ont rien d’isolés, mais lorsqu’ils se fraient un chemin vers les médias, les politiques sont obligés de se mobiliser. À tout le moins ceux d’entre eux qui ne les réduisent pas à de regrettables faits divers. Le profil des vandales n’est pas toujours le même, leurs motifs varient aussi. Ils vont de la bêtise pure et simple au fanatisme. Les uns, à travers les églises, veulent s’en prendre à la religion catholique. Les autres visent plus largement la France. Sans oublier les simples pillards, qui existent encore et qui rêvent de fendre le tronc de chaque église pour le dévaliser en s’emparant au même moment de précieux objets nécessaires au culte.

À LIRE AUSSIAgression de catholiques à Nanterre: «Un symptôme du délitement de la nation»

Il faut inscrire ces événements dans un contexte plus large. Début décembre, on s’en souvient, une procession catholique a été attaquée à Nanterre. Le cri de guerre de la meute était sans ambiguïté, «Vous n’êtes pas chez vous», d’autant qu’il se mêlait à plusieurs références à l’islam. On ne prêtera pas une culture historique exceptionnelle aux agresseurs de décembre, non plus que la moindre profondeur spirituelle. Mais on constatera qu’ils se percevaient spontanément eux-mêmes comme des conquérants, occupant une terre leur appartenant désormais, se donnant le droit d’en chasser les anciens habitants et de piétiner leurs symboles. Instinctivement, ils se sentaient en droit de chasser les tenants d’une religion vaincue en ses terres historiques devant faire profil bas pour éviter les persécutions. Aux catholiques, ils disaient simplement: couchez-vous et taisez-vous. Certains, qui prennent un peu trop au sérieux l’idée selon laquelle il faudrait tendre l’autre joue, le font obligeamment.

L’imaginaire de l’époque, on pourrait aussi parler de l’idéologie dominante, trie entre les victimes légitimes et les autres

La question est presque rituelle: pourquoi s’émeut-on aussi peu des agressions contre les catholiques alors qu’on réagit vivement lorsque les autres religions sont ciblées? Comment expliquer ce deux poids, deux mesures? La réponse est aussi connue, même si elle est désagréable à entendre: l’imaginaire de l’époque, on pourrait aussi parler de l’idéologie dominante, trie entre les victimes légitimes et les autres. Les victimes légitimes viennent des «minorités». Elles seraient structurellement et presque ontologiquement assujetties aux sociétés occidentales, même s’il s’agit de populations s’y étant librement installées et bénéficiant des libertés et de la prospérité qu’elles offrent. Quant aux victimes illégitimes, comme les chrétiens dont nous parlons ici, il s’agirait de victimes accidentelles, sociologiquement insignifiantes. C’est la même manière de pensée qui pousse la sociologie de gauche à expliquer que le racisme antiblanc est théoriquement inconcevable. À toujours modifier la définition des mots pour les confisquer, elle parvient à fabriquer une vision du monde qui falsifie la réalité.

À LIRE AUSSI«Chrétiens massacrés dans le monde: pourquoi cette indifférence des Français?»

Faut-il donc protéger les lieux de culte? Personne ne dira non, mais il y a quelque tristesse à dire oui. Car cela revient à faire de l’insécurité la norme durable à laquelle les Français doivent s’adapter. Faut-il se faire à l’idée que, pour une période indéfinie, qui pourrait durer longtemps, il faudra toujours plus de policiers et de grillages pour vivre à l’abri des agressions et vivre sa foi en paix? Tôt ou tard, il faudra distinguer la lutte de tous les jours contre l’insécurité d’une véritable pacification de la société française, qui devrait, à terme, espérer jouir de ses libertés sans avoir à mener une lutte de tous les instants contre les différentes formes d’agression possibles, qu’il s’agisse de la persécution des hommes ou du vandalisme contre des lieux qui devraient plutôt inspirer la piété. Pour le dire simplement, il faudrait se déshabituer à l’insécurité.

Qui s’en prend à une église, un temple, une synagogue ou une mosquée n’est rien d’autre qu’un barbare décomplexé

Pour se consoler, on verra néanmoins dans les derniers événements une preuve paradoxale de la permanence du sacré en nos sociétés. Même vides, les églises demeurent au cœur de l’architecture mentale du pays. C’est vers elles que les hommes se tournent quand les questions les plus fondamentales, refoulées dans les jours ordinaires, remontent à la surface et saisissent l’âme. L’existence ne saurait être intégralement «déritualisée» sans être déshumanisée. Croyants et incroyants communient dans une finitude partagée et nul n’est étranger aux questionnements liés au mystère de l’existence et aux fins dernières. Les lieux de culte permettent aux hommes de se recueillir, de trouver un environnement particulier où souffle peut-être l’esprit. Qui s’en prend à une église, un temple, une synagogue ou une mosquée n’est rien d’autre qu’un barbare décomplexé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :