Zemmour et les handicapés, récit d’une instrumentalisation .

Scroll down to content
VALEURS ACTUELLES . 17 janvier 2022.

Les journalistes méritent parfois leur réputation de charognards.

Ce week-end, ils ont donné un cours de polémique. Quand la sphère politico-médiatique décide de faire d’une bénigne déclaration de candidat un scandale national digne du Watergate… Récit d’un cas d’école, d’un nouvel épisode qui démontre toute la hargne d’un microcosme. Pour mieux comprendre, rembobinons. 

Vendredi, Éric Zemmour se déplace à Honnecourt-sur-Escaut (Nord) pour rencontrer des enseignants d’école primaire. Le candidat du parti Reconquête ! présente son projet pour l’école. Quelques jours avant, il avait fait connaître son souhait de voir la blouse habiller les élèves de l’école primaire. Une mesure, dans l’ensemble, appréciée par les Français. Arrive le sujet de la scolarisation des enfants handicapés, et le candidat déclare : « Je pense qu’il faut effectivement des établissements spécialisés. Je pense que — sauf les gens qui sont légèrement handicapés, évidemment, qui peuvent rentrer dans la classe […] — l’obsession de l’inclusion est une mauvaise manière faite aux autres enfants et à ces enfants-là, qui sont, les pauvres, complètement dépassés par les autres enfants. Donc je pense qu’il faut effectivement des enseignants spécialisés qui s’en occupent. » La déclaration passe comme une lettre à la poste, aucun journaliste ne réagit sur le moment. Jusque-là, tout va bien. 

Libération s’interroge même sur la pertinence des propos du candidat : « Et si Zemmour posait les vraies questions ? » Le lendemain, le journal se reprend comme réveillé par un mauvais sursaut : « Scolarisation des élèves handicapés. Si l’école défaille, Zemmour déraille ».
Pourquoi une telle volte-face ? Tout simplement, parce que la sphère Twitter l’a décidé ainsi. La secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, dénonce sur le réseau social une « déclaration pitoyable ».

Suffisant pour que BFM s’empare du sujet et change son bandeau en « École/handicap : Zemmour contre l’inclusion ». En panne d’actualité brûlante, l’ensemble de la classe politique réagit au sujet. Marine Le Pen, Valérie Pécresse, Anne Hidalgo s’insurgent.

Même Emmanuel Macron fait entendre sa voix et défend à ses proches « une nation solidaire, humaniste, qui ne divise ni ne stigmatise », relaie Franceinfo. Le week-end a trouvé son tollé.“Ségrégation”, “insulte aux handicapés”, “xénophobie”, “extrême droite” ponctuent chacune des prises de parole de politiques en manque de visibilité. Une fois le champ lexical de l’indignation récité, le monde associatif prend la parole.

Certaines associations dénoncent à leur tour la sortie de l’ex-polémiste. D’autres collectifs de parents d’élèves remercient le candidat de Reconquête ! de mettre enfin ce sujet sur la table.

Comme souvent, Éric Zemmour dicte l’agenda médiatique de cette présidentielle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :