Avec Peltier puis Rivière, Zemmour persiste et signe sur l’union des droites

Scroll down to content

Une semaine après le ralliement de l’ancien numéro deux des Républicains, le patron de la délégation RN au Parlement européen rejoint Éric Zemmour. Le candidat de Reconquête maintient plus que jamais sa stratégie : l’union des droites. 

Par  Jules Torres. VALEURS ACTUELLES Publié le 20 janvier 2022

À Saint-Quentin, Éric Zemmour a défendu sa stratégie d’union des droites, quelques jours avant le ralliement de Jérôme Rivière. Photo © Bertrand Guay/AFP Partager cet article sur FacebookTwitterLinkedIn

Il ne déviera pas de sa ligne. Tandis que ses concurrents tentent à tout prix d’imposer des clivages nouveaux, Éric Zemmour est bien décidé à poursuivre la recomposition politique enclenchée depuis maintenant plusieurs mois. La semaine dernière, le candidat saluait l’arrivée dans sa campagne de Guillaume Peltier, député du Loir-et-Cher et ancien numéro deux des Républicains. Mercredi 19 janvier, alors que Zemmour rentrait d’un déplacement à Calais, l’annonce est tombée sur Europe 1 : « Le patron des eurodéputés RN, Jérôme Rivière, rejoint Éric Zemmour ». Quelques minutes plus tard, Rivière s’explique dans les colonnes du Parisien : « Il est arrivé, a posé un constat et a renversé la table de cette élection présidentielle. Il dit la vérité sur qui nous sommes et où nous allons. Il a suscité un enthousiasme important et a fait un choix courageux. J’ai le devoir d’en faire un aussi. »

Un ralliement qui tombe à pic. Depuis plusieurs semaines, Marine Le Pen et ses équipes répètent qu’aucun cadre du Rassemblement national n’a pour le moment rejoint Éric Zemmour. C’est chose faite avec Jérôme Rivière. Si les discussions ont débuté il y a plusieurs mois, les deux hommes, qui se connaissent depuis 1993, se sont vus pour la dernière fois lundi, pour convenir des derniers ajustements stratégiques. Président du groupe RN au Parlement européen – le seul groupe parlementaire dont dispose le parti – ce proche de Louis Aliot lance un appel aux autres élus et affirme « que d’autres parlementaires RN suivront dans les semaines qui viennent ». Rivière sera présent lors du déplacement d’Éric Zemmour dans les Alpes-Maritimes (ancien député UMP, il est le prédécesseur d’Éric Ciotti dans la 1re circonscription niçoise) ce week-end, à Nice et Cannes, terres historiques de la droite.

Zemmour se réjouit

Du côté de Reconquête, on savoure ce nouveau ralliement, quelques heures après le discours de Jordan Bardella devant Emmanuel Macron au Parlement européen dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne. « Jérôme Rivière symbolise cette union des droites portée par Reconquête, réclamée par des millions de Français, et ce rassemblement indispensable pour enfin rendre à la France sa grandeur, son identité, sa sécurité et sa liberté. Ce ralliement d’un président de groupe parlementaire marque une nouvelle étape importante vers l’union », avance Éric Zemmour. « Comme des millions d’électeurs du Rassemblement national, Jérôme Rivière a compris l’enjeu de cette présidentielle : la survie de la France. Il a compris que cet enjeu exigeait que l’on sorte de l’impasse électorale créée par François Mitterrand et instrumentalisée par Emmanuel Macron. » Le transfuge du RN est nommé porte-parole de la campagne et vice-président de Reconquête. L’occasion pour Rivière de se rappeler des souvenirs de la présidentielle de 2007. À l’époque, il préside le comité de soutien du candidat Philippe de Villiers quand Guillaume Peltier assure le rôle de porte-parole. Les trois du MPF roulent désormais derrière Zemmour.

Depuis des mois, Jérôme Rivière prenait son mal en patience. Les revers électoraux ont joué pour beaucoup dans sa décision. « L’incapacité que le RN a montré à gagner ces élections régionales est la démonstration flagrante que Marine Le Pen n’est pas en situation de gagner l’élection présidentielle », explique-t-il au Parisien« Je suis convaincu que Marine Le Pen, qui a un vrai instinct politique, a fait le même constat au lendemain des régionales. Elle a compris qu’elle n’arriverait pas à être présidente de la République. » Il n’a pas non plus apprécié le comportement de Marine Le Pen et de son entourage lors du dernier congrès du parti, à Perpignan en juillet dernier. Chef du seul groupe parlementaire du RN, Rivière n’a pas pu intégrer le bureau exécutif, le gouvernement du parti. Contrairement à Alexandra Masson notamment, encartée au parti… la veille du congrès.

Jérôme Rivière est le président de notre groupe, il ne partira pas et ne rejoindra pas Éric Zemmour

Au RN, on tente (comme LR la semaine dernière) de minimiser le ralliement de Jérôme Rivière. Après l’annonce, les hommes de main de Marine Le Pen se sont répandus dans la presse pour balancer sur leur ancien collègue. Selon plusieurs acteurs de la campagne, Rivière allait être remplacé à la tête de la délégation RN au Parlement européen. L’intéressé balaie cette théorie d’un revers de main. « C’est un contre-feu ridicule », confie-t-il à Valeurs actuelles. Mardi 18 janvier, lors de la conférence de presse de Marine Le Pen sur la présidence française de l’Union européenne, un député européen n’allait pas dans le sens de ce scénario. « Jérôme Rivière est le président de notre groupe, il ne partira pas et ne rejoindra pas Éric Zemmour », affirmait l’élu. « Il soutiendra Marine Le Pen jusqu’au bout. »Raté.

Jérôme Rivière n’a toutefois pas tardé à être remplacé après son annonce de démission dans le Parisien« Je remercie Marine Le Pen pour la confiance qu’elle m’accorde en me nommant chef de la délégation du Rassemblement national au Parlement européen », a déclaré sur Twitter Hélène Laporte, qui préside désormais le groupe. La membre du bureau exécutif du RN a remercié Marine Le Pen en personne… quand bien même la candidate n’est plus présidente du parti depuis septembre 2021 et ne possède aucun mandat européen. Dans ses valises, Rivière embarque sa conseillère Isabelle Muller, amie et ancienne attachée de presse d’Éric Zemmour chez Albin Michel, qui a connu le tour de France de l’écrivain lors de sa tournée pour Le Suicide français en 2014. Muller devient directrice de la communication de la campagne de Zemmour.

Union des droites

Avec les ralliements de Guillaume Peltier et Jérôme Rivière, Éric Zemmour peut désormais se targuer de faire la passerelle entre LR et le RN. « Je veux faire ce que ni Valérie Pécresse ni Marine Le Pen ne peuvent faire, c’est-à-dire l’union des droites », soulignait Zemmour il y a quelques jours. « Marine Le Pen ne peut pas le faire car aucun électeur LR n’est prêt à voter pour elle. Valérie Pécresse ne veut pas le faire parce qu’elle est prise au piège par les vieilles lunes du cordon sanitaire ».Le candidat de Reconquête peut désormais enclencher une séquence ralliement.

Les équipes d’Éric Zemmour veulent se persuader que les arrivées successives de Guillaume Peltier et Jérôme Rivière provoqueront un effet domino. Chez LR, les cibles sont Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône, et le député européen François-Xavier Bellamy. Au RN, des élus comme Gilbert Collard et Stéphane Ravier sont visés. « Ma candidate me satisfait à ce jour et au soir du premier tour il faudra se rassembler », déclarait le sénateur mardi sur BFM Marseille. Après Philippe de Villiers, Jean-Frédéric Poisson, Jean Messiha, Laurence Trochu, Benjamin Cauchy et Jean-Yves Le Gallou, Éric Zemmour veut montrer qu’il est le seul candidat à pouvoir réunir les deux électorats de la droite nationale, LR et RN. Un proche de Zemmour “tease” : « Rendez-vous la semaine prochaine pour d’autres ralliements. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :