Ivan Rioufol: «Les idéologies, désarmées devant les réalités»

Réservé aux abonnés

Par Ivan Rioufol. LE FIGARO. 20 janvier 2022

CHRONIQUE – La polémique sur la scolarisation des handicapés illustre la difficulté pour un observateur sans œillères à dire crûment les choses.

«Vive l’école inclusive!» répètent-ils, rassurés sur leur grande bonté. Les prétendants à la présidentielle sont tombés, cette semaine, sur le dos d’Éric Zemmour. Sa faute: avoir abordé les échecs de l’immersion de certains élèves sévèrement handicapés dans des classes ordinaires, et avoir défendu des structures attentives à leur sort. Au vrai, il n’y avait rien de choquant dans la remarque du «candidat du réel». Qui peut nier l’absurdité à vouloir ignorer les sérieuses déficiences d’un enfant au nom de la non-discrimination? Si le handicap physique peut ne pas être un obstacle à une scolarité habituelle, un retard mental peut en être un. En fait, la moraline légitime le désintérêt pour des suivis individuels. Pourtant, à l’unisson de la gauche, Valérie Pécresse a qualifié la réflexion de Zemmour de «scandaleuse» et Marine Le Pen d’«impardonnable». «Nous devons avoir l’obsession de l’inclusion», a renchéri Damien Abad, patron des députés LR.

Faits & GestesNewsletter

Le dimanche

Ivan Rioufol vous propose une analyse percutante des détails de l’actualité de la semaine écoulée, les coulisses de son célèbre Bloc-Notes.S’INSCRIRE

À LIRE AUSSIÉric Zemmour est-il «antirépublicain»?

«Faites-leur avaler le mot, vous leur ferez avaler la chose», avait prévenu Lénine, en illustration de sa stratégie de subversion des esprits endormis. L’inclusion est un terme qui, repris par la droite caméléon, fait partie de cet arsenal concocté par les démolisseurs de la cohésion nationale. Car le mot est tout sauf anodin. Quand le conseiller d’État Thierry Tuot l’emploie en 2013 dans son rapport sur «la refondation des politiques d’intégration», destiné au gouvernement de Jean-Marc Ayrault (PS), c’est pour balayer «la frénétique invocation du drapeau» et encourager l’immigré à s’installer en France comme il est. Le «Nous inclusif et solidaire» est l’arme offerte aux minorités au nom de l’égalitarisme. Elles sont invitées à «faire France» avec leurs «identités multiples». Le collège unique puis l’écriture inclusive (é.e) viennent de cette société liquide et plate, qui efface les différences afin que chacun devienne remplaçable.

Le multiculturalisme, qui disloque la nation, est la conséquence de ce poison inoculé par le «diversitisme». Aussi est-il désolant d’observer la droite pragmatique tomber dans ce piège. Ce retour de l’idéologie est un paradoxe, alors que les vieilles doctrines «progressistes», à commencer par le socialisme, s’effondrent sous leurs aveuglements. La philosophe Bérénice Levet le remarque pour l’écologisme (1): «Notre époque ne consent décidément pas à habiter le monde réel, complexe, contradictoire.» Cette analyse rejoint celle de la démographe Michèle Tribalat (2). Elle constate, sur l’immigration, un même phénomène de croyance indifférent aux faits: «Comment des citoyens ordinaires pourraient-ils distinguer la vérité du mensonge si ceux dont c’est le métier de produire des informations rusent avec lesfaits qu’ils étudient dans le but de réformer l’opinion publique?»

Cette vaine polémique sur la scolarisation des handicapés illustre la difficulté pour un observateur sans œillères à dire crûment les choses. La guillotine médiatique s’est mise au service des candidats policés. Tous ne rêvent que d’abréger la nouvelle carrière politique de Zemmour. Le politiquement correct, qui a de beaux restes à droite, tient l’ancien journaliste pour coupable d’empêcher le système de tourner en rond. Lundi, Zemmour a été à nouveau condamné par la justice, pour «complicité de provocation à la haine raciale», après des propos décrivant la délinquance observable chez des «mineurs isolés». Reste que cette unanimité à vouloir faire taire l’intrus insolent risque d’éveiller les curiosités. Que cherchent à occulter les lyncheurs, sinon les réalités?

Sommet de l’absurde

Le sommet de l’absurde a été atteint, dimanche, avec le vote par l’Assemblée nationale du passe vaccinal (215 voix contre 58), alors que l’épidémie prend fin! «Le passe vaccinal va entrer en vigueur et ne sera plus utile», a admis lundi Valérie Pécresse, après avoir apporté le soutien des Républicains à cette mesure sans objet. Les défenseurs de l’égalitarisme n’ont rien dit, cette fois, au spectacle loufoque des parlementaires imposant un passe dont ils seront exonérés. Les avocats de la société inclusive n’ont rien trouvé d’anormal à exclure des indésirables de certains lieux. Les mêmes qui s’opposent à la discrimination assument une ségrégation sanitaire contre les personnes qui ne sont ni malades ni dans l’illégalité. Christian Estrosi, maire de Nice et soutien zélé de Macron, a été jusqu’à suggérer que ces sous-citoyens soient contraints à des confinements et exclus de l’assurance-chômage.

Par son incapacité à se confronter aux faits, l’hygiénisme démontre son appartenance aux idéologies de substitution. Celle-ci permet à Emmanuel Macron d’ignorer les autres sujets. Dimanche, le président a frénétiquement tweeté: «Nous sortirons de cette crise en vaccinant la France, en vaccinant le monde, car le virus ne connaît pas de frontières (…) Vacciner, vacciner, vacciner. Avec solidarité. On continue.  Le maréchal Lanrezac avait eu ce trait cruel, contre les stratèges exaltés de la Grande Guerre: «Attaquons! Attaquons!… Comme la lune».

À LIRE AUSSICovid-19: le passe vaccinal est-il vraiment utile pour contrôler l’épidémie?

Rien ne doit résister au dogme du sanitairement correct. La propagande est son arme. Mardi, les médias ont repris une étude du Conseil d’analyse économique (CAE) assurant que le passe sanitaire avait évité 4000 décès et augmenté le PIB au second trimestre 2021 de 6 milliards d’euros. Précision: le CAE dépend du premier ministre ; son président, Philippe Martin, est un proche du chef de l’État. Plus généralement, il serait temps pour les «investigateurs» de se pencher sur d’éventuels conflits d’intérêts du monde médical avec l’industrie pharmaceutique, qui promeut des vaccins ARN aux effets mitigés. S’ils évitent les cas les plus graves, leurs effets à long terme sont ignorés. La troisième dose déclenche chez certains des contaminations qui pourraient être causées par des «anticorps facilitants». Votre serviteur reçoit beaucoup de témoignages qui vont dans ce sens. Est-il normal également que l’État refuse d’appliquer aux vaccinés anti-Covid la garantie d’indemnisation de l’Oniam (Office national d’indemnisation des accidents médicaux), ouverte pour les autres vaccins obligatoires? Que craint-il?

Hors-sol

Et ceci: le chef de l’État aurait été furieux d’apprendre les cinq jours de vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza (Espagne). Le ministre de l’Éducation aurait montré sa déconnexion. Mais qui est hors-sol, sinon Macron qui, mercredi devant le Parlement européen, a vanté la souveraineté européenne en négligeant la souveraineté nationale?

(1) L’Écologie ou l’Ivresse de la table rase, L’Observatoire. (2) Immigration, idéologie et souci de la vérité, L’Artilleur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :