Crise en Ukraine : sur Poutine, l’influence de Macron est minimale

Scroll down to content

Les deux dirigeants s’entretiennent au téléphone ce vendredi pour parler Ukraine. L’histoire du quinquennat Macron démontre hélas que ce dernier n’a pas l’oreille de son homologue.

Le président français Emmanuel Macron accueillant le président russe Vladimir Poutine, au fort de Bregancon le 19 août 2019

Le président français Emmanuel Macron accueillant le président russe Vladimir Poutine, au fort de Bregancon le 19 août 2019

. Par Paul Véronique. Publié le 28/01/2022 L’EXPRESS

A la Fondation Louis-Vuitton, les mots doux étaient encore de rigueur entre Paris et Moscou, en cette soirée du 21 septembre 2021. « Il y a une telle histoire, une telle compréhension de ce que sont l’âme française et l’âme russe », se prenait à philosopher Emmanuel Macron, à l’inauguration de l’exposition Morozov dans la capitale française. Elle « nous oblige à continuer à oeuvrer, malgré les turpitudes du temps présent et des circonstances, à continuer à rapprocher » les deux pays, avait-il ajouté, devant la ministre russe de la Culture Olga Lioubimova, elle présente à cet événement mondain organisé dans ce bâtiment signé Frank Gehry, au coeur du Bois de Boulogne. 

Quatre mois plus tard, ce sont pourtant au contraire les « turpitudes du temps présent » qui conduisent le chef d’Etat à s’entretenir par téléphone avec son homologue russe ce vendredi. En toile de fond, la crainte grandissante d’un conflit armé entre Moscou et Kiev, alors que tensions s’amplifie autour de la question de l’Ukraine. « Le président s’entretiendra (…) avec Vladimir Poutine pour, au fond, lui proposer un chemin de désescalade », a déclaré l’Elysée lundi. La « relation spéciale » construite avec le chef du Kremlin ces quatre dernières années l’y aidera-t-elle ? 

LIRE AUSSI >> Face à Poutine, la France doit prendre la tête de « l’Europe puissance »

« Il ne faut pas s’attendre à une désescalade en Ukraine à l’issue de cette discussion, parce que cette crise concerne la question de la sécurité européenne et de l’Otan et dépasse, de facto, la France, estime Carole Grimaud Potter, fondatrice du Center for Russia and Eastern Europe Research, basé à Genève. En revanche, Macron peut servir de médiateur et de courroie de transmission pour l’Union européenne, comme le faisait Merkel en son temps. » L’application L’ExpressPour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyezTélécharger l’app

Des hauts et des bas

A l’inverse de nombreux dirigeants européens, Emmanuel Macron avait dès le début de son mandat plaidé pour un rapprochement avec le chef du Kremlin, en dépit du contentieux autour de l’annexion de la Crimée en 2014. Deux semaines après son entrée à l’Elysée, le 30 mai 2017, il dévoile les contours de sa doctrine en recevant son homologue russe au château de Versailles. « Nous nous sommes tout dit, on partage des désaccords mais au moins, on les a évoqués », avait-il résumé au terme d’un dialogue « cash », affirmant vouloir avancer « sur des solutions communes ». LIRE AUSSI >> Crise en Ukraine : pourquoi la démarche de Poutine n’a rien de logique

Les ennuis, pourtant, sont vite arrivés. Quelques mois plus tard, en mars 2018, l’ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille sont victimes d’un empoisonnement dans un parc de Salisbury, au sud de l’Angleterre. L’agent neurotoxique utilisé, le Novitchok, porte la marque des services secrets russes. Rapidement mis en cause, Moscou fait face à une levée de boucliers occidentale : plus de 150 diplomates russes sont expulsés, du jamais-vu depuis la guerre froide. En France, ils sont au nombre de quatre, la Russie réplique de la même manière. 

Le président français Emmanuel Macron et son homologue russe Vladimir Poutine lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg le 25 mai 2018
Le président français Emmanuel Macron et son homologue russe Vladimir Poutine lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg le 25 mai 2018afp.com/Kirill KUDRYAVTSEV

Bon an mal an, Emmanuel Macron accepte tout de même l’invitation du chef du Kremlin en Russie deux mois plus tard, à l’occasion du Forum économique de Saint-Pétersbourg. « Un dialogue, c’est toujours mieux qu’une confrontation », souligne Vladimir Poutine à l’issue d’un tête-à-tête au Palais Constantin, à une vingtaine de kilomètres de l’ancienne capitale impériale russe. Au-delà des déclarations d’intention concernant une meilleure coordination bilatérale, il est toutefois difficile de percevoir de réelles avancées diplomatiques. 

« Les espoirs de reset ont débouché sur assez peu de choses », constate Carole Grimaud Potter. « Du côté du Kremlin, je pense que la présidence Macron a un peu déçu, dans la mesure où elle ne s’est pas traduite par un allègement des sanctions contre la Russie. » 

« Pas de résultats flagrants »

Une nouvelle tentative de rapprochement est tentée à l’été 2019, au fort de Brégançon où le président français reçoit le chef du Kremlin pour une « visite de travail ». « Nous croyons à l’Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok », lui assure Emmanuel Macron qui espère alors « réarrimer la Russie à l’Europe ». Promesse est faite de se rendre à Moscou le 9 mai 2020 pour le 75e anniversaire de la victoire soviétique contre l’Allemagne nazie. Mais en raison du Covid-19, la rencontre n’aura jamais lieu. 

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, le 29 mai 2017 dans la galerie des Batailles du château de Versailles.
Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, le 29 mai 2017 dans la galerie des Batailles du château de Versailles.Stéphane de Sakutin/AFP

L’été suivant, en août, le ton se durcit une nouvelle fois après l’empoisonnement de l’opposant russe Alexeï Navalny, au Novitchok, encore une fois. « L’affaire a jeté un froid, se souvient Sylvie Bermann, ancienne ambassadrice de France en Russie (2017-2019). D’autant plus lorsque Vladimir Poutine a suggéré que Navalny s’était peut-être empoisonné tout seul… » Son emprisonnement dès son retour en Russie en février 2021 – après six mois de soins en Allemagne – n’a guère arrangé les choses depuis. LIRE AUSSI >> Crise en Ukraine : les cinq scénarios d’une possible invasion russe

« Depuis le début, la diplomatie russe de Macron consiste en un subtil mélange de dialogue et de fermeté, dont le dosage a pu varier à des moments différents, observe Tatiana Kastoueva-Jean, directrice du centre Russie à l’Institut français des relations internationales (Ifri). Cette approche n’a certes pas eu de résultats flagrants, néanmoins son mérite est d’avoir au moins maintenu le dialogue en dépit des désaccords. » Sur le même sujet

Cette volonté de maintenir les canaux de discussion ouverts n’est toutefois pas partagée par tous les Européens, en particulier dans les anciens pays de la sphère d’influence soviétique. En juin dernier, alors qu’Emmanuel Macron et l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel avaient proposé la tenue d’un sommet entre l’UE et la Russie, ils avaient essuyé le refus net de plusieurs Etats membres à commencer par la Pologne et les pays baltes. Ceux-ci craignaient que l’initiative n’envoie un « mauvais signal » face au comportement belliqueux de Poutine. Il n’est pas dit que l’initiative française soulève davantage d’enthousiasme aujourd’hui chez ces mêmes pays. 

Opinions

ChroniqueLevée des restrictions anti-Covid : vitesse ou précipitation ? Par le …Le Pr Gilles Pialoux est chef de service d'infectiologie de l'hôpital Tenon (AP-HP), à Paris.Par le Pr Gilles PialouxJournal d’un libéralPourquoi l’inflation n’existe pas, par Alain MadelinHausse des prix ne signifie pas inflation, même si tout le monde, ou presque, fait la confusion, souligne Alain Madelin.Par Alain MadelinChroniqueLouise Labé : du rififi chez les seiziémistes, par Pierre AssoulinePierre Assouline, journaliste, écrivain, membre du jury Goncourt et chroniqueur à L'ExpressPierre AssoulineChroniqueAux justiciers du net : le droit n’est pas une affaire de sentiments, …Au nom de la lutte légitime contre les violences sexuelles, nous ne devons jamais oublier que ce qui nous préserve de la barbarie est notre droit, la prescription, la présomption d'innocence, la réinsertion.Abnousse Shalmani

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :